Déclaration du BP de l'AFP sur l'interpellation des jeunes de l'AFP par la police

 

Le lundi 14 Avril 2008, au petit matin, à la veille de la marche programmée par des jeunes du Front Siggil Senegal, les camarades Malick Gakou, Secrétaire Général de la Coordination régionale de l’AFP à Dakar, Papa Sagna Mbaye, Secrétaire Général de la Délégation départementale de Pikine, Babacar Ngaraf Mbaye, responsable départemental des jeunes de l’AFP à Guédiawaye, ont reçu des convocations intempestives de la Police.

 

Tout au long des interrogatoires subis par les trois camarades précités, les questions ont tourné autour d’un procès d’intention qui frise le ridicule. Pour masquer les véritables mobiles du gouvernement pseudo libéral de Maître Abdoulaye Wade, on a fait semblant de s’intéresser à des troubles éventuels de l’ordre public et l’hystérie programmée est allée jusqu’à évoquer une atteinte à la sûreté de l’Etat, en tenant les intéressés pour responsables de tout désordre ultérieur, dans la région de   Dakar.

 

De quoi s’agit-il en fait ?

 

L’on se souvient que dans le cadre du projet inqualifiable de monarchisation en cours, le prince pressenti, une fois son incompétence mise à nu par la préparation et le déroulement du  XI ème Sommet de l’OCI, avait réservé sa première sortie publique à Guédiawaye. Le véritable fond du problème, c’est que les camarades convoqués au Commissariat central évoluent respectivement dans le mouvement associatif, dans les activités portuaires et  dans le syndicalisme enseignant. Aux yeux de la camarilla qui nous gouverne, l’AFP et ces trois responsables constituent un des obstacles à la réalisation du funeste projet d’assassinat de notre démocratie, qui se trame dans une atmosphère pesante de fin de règne.

 

Le Bureau politique de l’AFP, réuni sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, tient tout d’abord à adresser ses vives félicitations et ses chaleureux encouragements aux camarades Malick Gakou, Papa Sagna Mbaye et Babacar NGaraf Mbaye, qui ont fait preuve, comme d’habitude, d’une détermination et d’un courage sans faille.

 

Par ailleurs le Bureau politique condamne cet énième acte ignoble du fascisme rampant, qui tente de ravaler la Police nationale au rang de Police politique, au service d’intérêts privés troubles, en porte à faux avec l’esprit et la lettre de la Constitution de la République du Sénégal.

 

Le Bureau politique de l’AFP tient à mettre en garde solennellement les fascistes aux pieds d’argile et à souligner que leurs tentatives d’intimidation de l’AFP, de ses responsables et de ses militants resteront toujours vaines. Aucune menace, aucune violence, fussent-elles la violence d’Etat privatisée, ne sauraient venir à bout de la détermination inébranlable de notre parti à poursuivre son combat au service de notre pays et de ses populations victimes de l’affairisme et autres pratiques mafieuses qui polluent la République depuis l’avènement des pseudo libéraux.

 



Dakar, le 17 avril 2008 

 

Le Bureau politique