BENNOO SIGGIL SENEGAAL

/)/°  0 0 3 / BSS

Dakar, le 28 Septembre 2009

 

Monsieur le Président de la République,

Votre lettre n° 000421 du 29 Juillet 2009 nous est bien parvenue.
Vous avez choisi, en réponse à la notre n°002/BSS du 23 Juillet 2009, de vous placer sur le terrain du déballage, de la polémique et des accusations tous azimuts.

Une telle attitude de votre part, nous a profondément déçu et a sérieusement choqué l'opinion.

Vous comprendrez dès lors, que nous nous refusions de Vous suivre sur cette voie, par respect pour nos concitoyens, et pour l'honneur de notre République.

Nous avons également été surpris par certains propos contenus dans Votre réponse, notamment lorsque Vous parlez de " procès du régime de l'Alternance", de "ce qu'il faudra faire de l'enquête" ou " de participer à un débat public contradictoire".

Il ne s'agissait dans notre lettre, de rien de tout cela.

Contrairement à ce que Vous affirmez, la répartition des tâches entre Pouvoir et Opposition est claire à nos yeux et ne saurait souffrir d'aucune confusion de rôle. Notre responsabilité, en tant qu'opposition démocratique, est d'une part de critiquer, de dénoncer et de manifester contre les décisions et actes du Gouvernement lorsque nous les jugeons contraires aux intérêts de notre pays et aux préoccupations de notre peuple, et d'autre part de formuler des propositions alternatives si nécessaire. Nous nous en sommes strictement tenus à ce rôle, en laissant le pouvoir gouverner en attendant d'être jugé le moment venu sur son bilan par le peuple souverain.

Ces précisions apportées, nous restons toujours dans l'attente de Votre réponse sur le format proposé, les parties prenantes, le calendrier, l'ordre du jour et les objectifs assignés à ces concertations afin d'entamer et de garantir un dialogue national utile et fécond pour notre démocratie et pour notre pays.

Pour rappel, il s'agira de nous fixer un délai de trois (3) mois au maximum pendant lesquels nous engagerons un dialogue global quant aux secteurs visés et inclusif pour ce qui est des autres acteurs qui y prendront part.

En ce qui concerne les travaux de la commission paritaire, nous Vous rappelons les questions que nous estimons nécessaires d'inscrire à l'ordre du jour : les urgences sociales, le système électoral, la situation en Casamance, la gestion des Finances publiques et du patrimoine national, la gouvernance institutionnelle et politique, l'Etat de droit et les libertés, l'économie et l'environnement des affaires, la politique de l'emploi, les secteurs sociaux stratégiques.

Enfin, pour ce qui est des conclusions consensuelles auxquelles nous pourrions aboutir, elles devront être mises en œuvre par voie législative et réglementaire.

Si Vous donnez Votre accord formel sur toutes ces questions, nous désignerons immédiatement nos plénipotentiaires à la Commission paritaire, qui pourra alors démarrer ses travaux.

Veuillez croire, Monsieur le Président de la République, à l'assurance de notre très haute considération.

 



P. les Chefs de Partis Membres de la Coalition 
" Bennoo Sigggil Senegaal "
Amath DANSOKHO
Secrétaire Général du P.I.T.

Son Excellence
Maître Abdoulaye WADE
Président de la République du Sénégal
D A K A R