ALTERNATIVE 2007

Compte-rendu de la Réunion des Leaders du 01 novembre 2007

 

     Sous la présidence du Camarade Moustapha Niasse, Président de la Coalition, la Conférence des Leaders s’est réunie au siège de la CA 2007, à Sacré-Cœur 1 sur l’ordre du jour suivant : 

1)      Situation nationale

-          Situation politique

-          Situation économique et sociale 

2)      Activités de la Coalition

3)      Questions diverses 

     Le Président Niasse dans sa déclaration liminaire a insisté sur les points saillants de la situation nationale dont :

-         la situation que vit la jeunesse de notre pays,

-          les menaces qui pèsent sur l’éducation et la formation des élèves et étudiants,

-         la nécessité de protéger nos valeurs qui sont menacées,

-         la situation inquiétante de notre système de démocratie,

-         la détérioration de notre environnement et de notre cadre de vie et ses conséquences. 

     Cette énumération a été complétée par le Professeur Madior Diouf avec les éventuelles conséquences du déficit d’Air Sénégal International et sa recapitalisation.

      Les conflits au sein du PDS avec ses incidences sur le fonctionnement de nos institutions.

     Après cette introduction, un tour de table a permis aux Leaders d’échanger sur les points précédemment cités.

- Sur la jeunesse Sénégalaise : la Conférence est convaincue que l’émigration clandestine qui continue, face à la passivité de l’Etat qui n’a aucune solution sérieuse, est devenue une tragédie humaine qui risque de compromettre l’avenir de notre pays. La CA 2007 partage cette réalité et interpelle le gouvernement Wade qui est le seul responsable de cette situation. 

     La Conférence est convaincue qu’avec les 90 milliards prévus pour l’achat des deux avions de commandement, les 20 milliards de budget de fonctionnement du Sénat (4 milliards x 5 ans = 20 milliards), les 64 milliards de budget de fonctionnement de la PR en 2008, qui étaient de 4,4 milliards en 2000, on pourrait conduire une politique de jeunesse et prendre en charge la demande sociale de nos populations démunies. 

Sur le monde rural : la Conférence dénonce et s’inquiète du maintien du système carreau usine tant décrié, mais aussi, du prix au producteur de l’arachide à 150F malgré la hausse des cours de ce produit tant au niveau local qu’au niveau de l’extérieur et surtout du renchérissement du coût de la vie qui affecte plus particulièrement ce secteur très vulnérable. La Conférence a dénoncé  la subvention de la SUNEOR, une société privée, sur les intrants et sur le financement de la campagne de commercialisation (15 F dans les 150 F le Kg). 

- Sur l’éducation et la formation : les problèmes se trouvent au niveau de la recherche, de la pédagogie et du cadre institutionnel. C’est pourquoi, les leaders de la CA 2007 soutiennent les revendications des enseignants pour le renforcement  de leur  capacité pédagogique et l’octroi d’indemnités de recherches  qui sont les fondements de l’évolution qualitative de l’éducation et de la formation et de ses  effets sur le profil du Sénégalais de demain.

La promotion des contre-valeurs constatée dans notre pays a occasionné la profusion des dérives et compromet tous nos repères.

     Cette situation qui inquiète tous les patriotes est à l’origine du manque de crédibilité de nos institutions que gèrent donc des hommes sans repères et sans éthique. 

- Sur la protection de l’environnement et du cadre de vie : toutes les villes du Sénégal sont sales et particulièrement la capitale, Dakar, à cause de l’incapacité des libéraux sénégalais à trouver des solutions durables à l’évacuation des ordures ménagères et à l’entretien d’un cadre de vie sain. Cette dégradation de notre environnement est à l’origine de la prolifération des maladies comme le choléra, le paludisme et la tuberculose qui est revenue en force dans notre pays.

Dakar  et certaines villes du Sénégal sont les seules agglomérations urbaines au monde qui maintiennent des canaux à ciel ouvert et des eaux usées stagnantes. 

- Sur l’état de la démocratie dans notre pays : par ce à quoi nous assistons, nous sommes pires que dans un royaume. La démocratie est menacée ! Le Sénat et le fonctionnement de nos institutions, la transhumance et ses effets ainsi que l’état  actuel du système électoral en sont les preuves éloquentes. 

Divers autres points ont été soulevés : 

- La situation de déficit grave (23 milliards) que traverse Air Sénégal International, sa recapitalisation et nos inquiétudes pour la préservation   des emplois. La Conférence a dénoncé la complicité de l’Etat du Sénégal, qui détenait 49% du capital, dans la gestion catastrophique des Marocains. 

- Le coût de la vie et les décisions inadaptées de Monsieur Wade qui ne peuvent qu’accélérer l’appauvrissement des Sénégalais qui ont un pouvoir d’achat très affecté. Pour la Conférence des Leaders, cette situation est la conséquence de la mal gouvernance financière du régime de Wade et de son train de vie dispendieux. Pour preuve, la comparaison des prix des denrées et produits essentiels de notre pays avec ceux des pays limitrophes enclavés. 

- Sur l’augmentation de 6 % du prix de l’électricité : la Conférence est convaincue que cette mesure va se répercuter sur le budget des ménages et les produits des entreprises. 

- Sur les activités de la Coalition Alternative 2007 : le problème de la redynamisation des structures de nos partis et de leur massification a été discuté. La réunion a demandé au Professeur Madior Diouf de réunir une commission restreinte pour réfléchir à des solutions efficaces pour atteindre les objectifs afin de permettre à nos partis de répondre plus efficacement aux préoccupations de la Coalition. 

 

                                                                                   

Fait à Dakar, le 01 novembre 2007 
Le Rapporteur
Massène Niang

 


Compte-rendu de la Réunion des Leaders du 22 novembre 2007

 

Sous la présidence du Camarade Moustapha Niasse, Président de la Coalition, la Conférence des Leaders s’est réunie au siège de la CA 2007, à Sacré-Cœur, sur l’ordre du jour suivant : 

1-      Situation nationale,

2-      Activités de la Coalition. 

Après l’annonce détaillée de l’ordre du jour par le Président Moustapha Niasse, le Professeur Madior Diouf a introduit les débats sur les différents points annoncés. Il a particulièrement insisté sur le sujet d’actualité, le déguerpissement des vendeurs ambulants et ses conséquences sur la sécurité publique. Le pouvoir libéral doit privilégier la concertation et la recherche de solutions alternatives adaptées au lieu de procéder au déguerpissement manu militari des vendeurs ambulants qui représentent plus de 80% du secteur informel du pays. Secteur qui joue un rôle majeur dans l’apaisement des difficultés économiques que rencontre le peuple sénégalais (56 % des ménages sont pauvres). C’est maintenant évident que Wade et son régime ne détiennent pas la solution de ce problème d’une grande portée sociale parce que de survie. 

C’est pourquoi la CA 2007 à publié une déclaration sur cette question, lue lors d’un point de presse tenue ce jour à 16 heures et présidé par le Professeur Madior Diouf. 

D’autres points non moins importants ont été soulevés : 

- Le monde rural : il vit une situation très difficile que prouve l’annonce de difficultés alimentaires. Mais, ce secteur au mois de Novembre, est inquiétant. En outre, le pouvoir de Wade reconduit le carreau-usine pour la commercialisation des arachides et maintient le prix au producteur de l’année dernière (150 F/le Kg). Alors que sur le marché local, le prix se situe entre 200 et 250 F / le Kg pour une production estimée à 300.000 T, soit l’équivalent de l’autoconsommation nationale ; c’est une aberration ou même un sabotage consciemment organisé. Face à cette situation que traverse la filière arachidière, les récoltes céréalières sont déficitaires et les greniers des paysans sont vides. L’Etat persiste dans son refus d’admettre la réalité - la famine qui  se concrétise progressivement -  et n’initie aucun programme de secours. 

L’échec de la politique libérale se reflète dans trois domaines :

a) – échec de la politique d’autosuffisance alimentaire (stagnation de la production rizicole

       et autres céréales),

     b) – échec  des programmes de diversification de la production agricole,

     c) – liquidation programmée de la filière arachidière. Filière locomotive du développement rural - facteur essentiel dans l’intégration agriculture - élevage. 

- Le dossier de l’ASECNA : un dossier doublement sensible du point de vue sécuritaire et de la politique d’intégration africaine.

La Conférence, compte tenu des dispositions du traité de Madagascar de 1963 qui définit clairement les modalités de sortie - en outre, le patrimoine de l’ASECNA dans notre pays et le rôle que ce patrimoine joue dans la sauvegarde de notre sécurité aérienne -  de l’incapacité de notre pays d’agir en cavalier seul dans ce domaine, condamne  le comportement irresponsable et injustifié de nos dirigeants ; car le Sénégal ne peut pas sortir régulièrement de l’ASECNA. En outre, il est clair que celui qui se réclame le chantre du panafricanisme est en train de compromettre toutes les structures d’intégration africaine ; un paradoxe ! 

- La déstabilisation de nos institutions découlant des conflits internes et politiciens du PDS. Les tentatives de modifications de la Constitution pour régler les problèmes internes du PDS ou les règlements de comptes personnels doivent être dénoncées énergiquement par tous les patriotes et républicains.

- La gestion politicienne de l’ANOCI qui, en dehors de sa mission d’organiser une Conférence des pays islamiques, mène des activités de politique politicienne qui ne cadrent pas avec sa mission. La Conférence  des Leaders exige que cette Agence arrête d’utiliser l’argent public pour mener des activités politiques qui ont un but inavoué car Wade ne peut pas régler sa succession en dehors des principes et de l’éthique républicains. 

Compte tenu de tout ce qui précède, la Conférence des Leaders est consciente que le pourrissement généralisé de la situation de notre pays est occasionné par la  mauvaise gouvernance appliquée par le régime de Wade depuis 2000 :

- Violation répétée de la Constitution,

- Prolongation du mandat des députés et des élus locaux,

- Couplage et découplage des élections,

- Mascarade électorale. Manque de fiabilité du système électoral,

- Désastre dans le monde rural,

- Déstructuration du secteur industriel,

- Remise en cause des acquis démocratiques et républicains. 

            C’est pourquoi la CA 2007 réaffirme son engagement dans tous les combats du Front Siggil Sénégal pour les Assises nationales. 

- Les Activités de la CA 2007 : la Conférence des Leaders a décidé d’organiser deux séminaires ; l’un sur le développement rural à Kaolack sous forme de rencontre avec les leaders paysans et les experts du secteur pour évaluer et formuler des solutions aux difficultés actuelles des ruraux sénégalais, les 29 et 30 Décembre prochains. Au préalable, une mission d’enquête et d’évaluation des contraintes actuelles, composée des experts de nos partis respectifs, sera envoyée sur le terrain du 8 au 14 Décembre pour identifier les problèmes  et proposer les points majeurs pour la formulation de la communication des rencontres des 29 et 30 Décembre. Rencontre qui doit s’appuyer sur les observations de la situation actuelle sur le terrain. 

 

Fait à Dakar, le 22 novembre 2007 
Le Rapporteur
Massène Niang