DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Jeudi 22 janvier 2009

 

Depuis la semaine dernière, un patron de presse, en se servant de son médium, a introduit, dans le débat public national, de manière fracassante, un sujet totalement nouveau : l'invective.

L'Alliance des Forces de Progrès aurait pu se garder de toute réaction tellement les Sénégalais, dans leur large majorité, sont révulsés par la médiocrité de ce genre d'attaque, où suinte un anti Moustapha Niasse frénétique.

En effet, la haine et la jalousie semblent transportées, toutes entières, avec leurs injustices et leurs préjugés, dans le journalisme, dont elles altèrent le caractère bienfaisant.

Pourquoi avoir attendu ce moment pour dauber sur Moustapha Niasse ?

En scrutant les causes d'une telle attitude, l'Alliance des Forces de Progrès constate que c'est au moment où des patriotes sincères travaillent à l'élaboration d'un programme de gouvernement pour le futur, dans le cadre des Assises Nationales, au moment où, par conséquent, l'on pouvait envisager un ajournement, une trêve pour les colères politiques, les mépris réciproques et les dénigrements furieux, que Sidi Lamine Niasse a décoché ses flèches en direction de Monsieur Moustapha Niasse. Il est indéniable que l'auteur de ces calomnies a été manipulé par le pouvoir en place à des fins politiciennes.

Il s'y ajoute aussi que c'est au moment où l'autorité morale de Monsieur Moustapha Niasse se consolide de jour en jour, par des larges convergences qui se dessinent autour des idéaux que l'AFP partage avec de larges secteurs de la vie nationale, que le parti inflexible du dénigrement est pris.

A cela il faut ajouter la volonté, avouée de Sidi Lamine Niasse, de justifier plus ou moins la dévolution monarchique du pouvoir.

L'Alliance des Forces de Progrès considère que s'il est éthique de se donner les moyens de monter une entreprise de presse, l'on doit davantage s'éloigner de l'irréflexion, de la hâte excessive, d'une sorte de facilité paresseuse qui accomplit sa besogne en se servant d'invectives de parti pris, qui n'ont même pas pour elles l'excuse de la sincérité.

A cet égard, l'Alliance des Forces de Progrès loue l'attitude du Conseil National de Régulation de l'Audiovisuel qui, dans son avis trimestriel numéro 4/2008 d'octobre à décembre 2008, a fustigé les " écarts de langage " dans les émissions " Ataya " et " Sortie ".

En vérité, le problème qui est posé est d'ordre éthique. Il y a, comme on le sait, une qualification nécessaire, un métier du journalisme, sans la maîtrise duquel, un paltoquet ne peut que commettre des erreurs graves. Sidi Lamine Niasse, faut-il le rappeler, a été absent lors de la plupart des combats menés par ses confrères. Il les a souvent trahis et, en choisissant le parti pris du dénigrement, il trahit la corporation à laquelle il appartient.

L'Alliance des Forces de Progrès pense que la République, par essence, est vertueuse. C'est pourquoi, il n'est pas éthique de donner une fréquence à quelqu'un uniquement en vue d'affaiblir ses adversaires.

En tout état de cause, l'Alliance des Forces de Progrès constate que si le but visé était l'escompte d'un rebondissement politique pour celui qui, en neuf ans, a habitué les Sénégalais aux scandales et aux chantages, la prestation de Sidi Lamine Niasse a tourné en fiasco gigantesque.

L'Alliance des Forces de Progrès se réjouit du fait que, dans notre cher pays, après avoir respiré l'air des invectives de Sidi Lamine Niasse, il soit possible d'en secouer l'odeur malsaine, en suivant des émissions où règnent la mesure, l'harmonie, où brille la juste proportion des choses, où chaque mot a sa valeur, chaque jugement sa nuance, chaque opinion sa raison.

Il faut le dire : du mal est sorti le remède. Ni ces insinuations ni ces affirmations à goût de cendre n'ont aux yeux des militants de l'AFP et de nombreux Sénégalais une signification. Elles sont inoffensives, car la vérité est en marche.

Qu'on se le tienne pour dit : l'AFP, face à l'adversité, adopte la devise de Guynmer, c'est-à-dire " faire face ". Quant à Monsieur Moustapha Niasse, fidèle à lui-même, il restera sur les hauteurs, loin des marécages. Et cette attitude de rigueur morale et de sagesse mérite d'être saluée avec fierté.

L'Alliance des Forces de Progrès renouvelle son soutien indéfectible et son amitié au Camarade Secrétaire général, Monsieur Moustapha Niasse, et loue le patriotisme des Sénégalais, nombreux à s'indigner de comportements qui n'honorent point la presse.


Fait à Dakar, le 22 janvier 2009 

Le Bureau politique de l'AFP