Déclaration des élus de l'AFP


JOURNEE D'ETUDE DES ELUS

Les députés et élus régionaux, municipaux et ruraux de L'AFP ont tenu une journée de réflexion et de travail , le samedi 9 Octobre 2004, au centre Lebret de Dakar sous la présidence du Secrétaire Général, M. Moustapha Niasse.

Plus de cinq cent (500) élus ont participé à la journée de réflexion et de travail, venant de l'ensemble des 11 régions du Sénégal.

Ouvrant les travaux, M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, a prononcé en français et en ouolof, une brillante allocution situant les questions et les éléments sur lesquels les élus de l'AFP étaient invités à se concerter dans une atmosphère de libre expression des idées et des approches stratégiques, dans le cadre du programme d'action de l'AFP :

- la participation des collectivités locales au développement à la base ;
- le financement du développement local sur les ressources internes du budget national et sur celles de la coopération décentralisée
- la formation et le renforcement des capacités des militants
- les initiatives de proximité
- le fonctionnement programmé des instances du parti.

Après un large échange portant sur l'expérience vécue sur le terrain et grâce à un débat démocratique, serein et responsable, les élus de l'AFP ont fait le constat que la mal-gouvernance ne se limite plus seulement aux hautes sphères de l'Etat. Au niveau des collectivités décentralisées, Conseils régionaux, Communes, Communautés rurales, il sévit une gestion calamiteuse du pays , caractérisée par :

- un manque de transparence, un pilotage à vue et une incompétence notoire des élus du P.DS.
- une orientation accentuée et non transparente des financements en direction des collectivités contrôlées par les alliés du pouvoir, qui bénéficient ainsi de privilèges non fondés et injustes, et qui déséquilibrent les chances de développement des territoires ruraux, cependant soumis aux mêmes contraintes et animées des mêmes aspirations au progrès.
- un contrôle en amont des projets d'appui aux collectivités locales par le PDS, à travers des nominations fantaisistes, et des mesures discriminatoires,
- une affectation des fonds de la décentralisation, opérée de plus en plus fréquemment au mépris des programmes adoptés par les conseils ruraux.

Face à ces agissements inconsidérés qui risquent d'annihiler tous les efforts de développement à la base consentis par le peuple sénégalais, les élus de l'AFP estiment que le Président de la république et son gouvernement doivent mettre un terme à cette politique et permettre :

- un traitement équitable des collectivités locales par les pouvoirs publics, dans la mise à disposition des ressources destinées au développement,
- leur égal accès aux financements sur le budget national ou d'origine externe et au suivi des projets, sans distinction d'appartenance politique

Les élus de l'AFP demandent, pour ces collectivités locales, une assistance institutionnelle sans discrimination et que les fonds de la décentralisation (fonds de dotation, fonds de concours, fonds spéciaux) soient portés à un niveau significatif et répartis sans déséquilibre inspirés par des soucis politiciens.

Appellent au comportement républicain des autorités de l'administration territoriale dans le fonctionnement des structures décentralisées et sur le déroulement des différentes étapes de la construction de la démocratie au Sénégal, malgré la décision prise par le président de la République et tendant à créer un climat d'incompréhension entre ces fonctionnaires et les populations.

L'AFP exhorte le gouvernement à faire enfin siennes les réelles préoccupations du peuple et à s'engager avec détermination et sérieux dans la réalisation des œuvres d'intérêt national. Sont de celles-là :

- l'achèvement des travaux d'aménagement des terres du Delta, à partir des cuvettes déjà réalisées et non encore fonctionnelles et pour une exploitation rationnelle des ouvrages en place ;
- la prise en charge des questions d'environnement (inondations, pollution, promiscuité), maladies récurrentes, etc.
- une lutte plus efficace contre le péril acridien
- les problèmes du monde rural et les menaces de dislocation de la filière arachidière.

Incapable de résoudre les vrais problèmes du pays, le régime actuel du Pds, installe le pays dans un monde virtuel et s'acharne à s'octroyer une majorité introuvable en s'exerçant à un jeu inqualifiable de démantèlement des partis politiques d'opposition par ce que notre Secrétaire Général appelle le " supermarché de la transhumance ". C'est l'occasion de dénoncer avec véhémence l'utilisation abusive des médias d'Etat au seul service du PDS et de ses alliés. Mais ces pratiques n'émeuvent nullement l'Afp qui, aux cotés de son Secrétaire Général Monsieur Moustapha Niasse, continue sa marche résolue vers des victoires démocratiques qui seront celles du peuple.

Les élus de l'Afp fustigent avec la dernière énergie ce phénomène et invitent les militants à plus de vigilance, de cohésion et de solidarité.

Il est à présent établi que nous avons un parti attractif et combatif dirigé par un homme engagé et résolu, convainquant et déterminé que personne ni rien ne peut détourner de sa mission.

Au service du Sénégal, il a toujours été, au service du Sénégal il restera. Cet homme c'est Moustapha Niasse.

En clôturant les travaux de leur journée d'Etude, les Elus de l'AFP ont tenu à réaffirmer, solennellement, leur fidélité à l'idéal qui a présidé à la création du parti, en 1999.

Dans cet esprit, le combat de l'AFP pour un Sénégal uni et gouverné autrement, revêt, chaque jour de plus en plus, un contenu, un sens et une densité à la mesure des grands desseins que nous nous sommes assignés.


Fait à Dakar, le 9 octobre 2004

La journée d'études des élus de l'AFP