Déclaration de l’AFP suite au XVeme Sommet de la Francophonie


 

Les 29 et 30 novembre 2014, à Dakar, vingt-cinq ans après le Sommet organisé, en 1989, par le Sénégal, notre pays vient d’accueillir, pour la deuxième fois, les représentants de deux cent soixante dix huit millions de locuteurs francophones dans le monde. Ce XVème Sommet, qui a porté sur le thème "Femmes et jeunes en Francophonie: vecteurs de paix, acteurs de développement", a vu la participation, à un très haut niveau, des 57 pays membres et des 20 pays avec statut d’observateurs auxquels se sont ajoutés 3 autres pays invités. "Cet Humanisme intégral, qui se tisse autour de la terre", qu’est la Francophonie, selon la célèbre définition du Président Léopold Sédar Senghor, a ainsi fini de réveiller, à Dakar, toutes les énergies économiques dormantes de l'espace francophone afin de consolider cet ensemble géoculturel marqué, il est vrai, par de grands déséquilibres entre les pays du Nord et ceux du Sud.

L'AFP félicite le Président Macky Sall pour avoir entrepris et réussi, avec brio, à mettre en lumière le Sénégal qui ose et qui entreprend. En effet, à travers une approche collective et inclusive sous-tendue par un esprit participatif et une mobilisation de tous les Sénégalais, notre pays a relevé sans conteste les défis de l’organisation. Il aura, surtout, réussi le défi de faire accepter la Francophonie comme force de propositions de l’agenda de développement international post 2015, sur les thématiques majeures qui interpellent le monde, notamment sur les questions politique, économique, culturelle et environnementale dont principalement la question du changement climatique. Il aura enfin rappelé, dans un contexte de turbulence géopolitique, la nécessité de respecter les principes fondamentaux de paix, de démocratie, de droits de l’homme et de solidarité.

L'AFP note, avec satisfaction, que 9 résolutions ont pris en charge les enjeux particuliers des pays ayant en partage le français, lesquelles vont de la résolution sur l'épidémie à virus Ebola qui sévit en Afrique de l'Ouest et les risques de propagation dans l'espace francophone, à l'éducation et à la formation des femmes et des jeunes à l'ère du numérique.

Le Forum économique de la Francophonie, cette innovation de taille qui a mis fin à la rencontre, est porteur d’espoir. Il a été un moment d’évaluation et de mesure des perspectives d’investissements croisés et de mutualisation, de mise en synergies des moyens de production et de prospective économique.

Par la Déclaration de Dakar, notre capitale vient de donner corps à une nouvelle Francophonie au service des peuples afin que les segments les plus fragiles de nos sociétés, les femmes et les jeunes , plus particulièrement, forgent, eux-mêmes, leur propre destin et s’épanouissent dans une perspective de promotion des valeurs humaines, d’employabilité et d’insertion socio professionnelle, en tirant profit de l’immense potentiel de communion des peuples liés par ce vecteur de dialogue.



 

                                                                                                                                                             

Fait à Dakar, le 4 décembre 2014