DECLARATION DE LA DELEGATION REGIONALE DE L'AFP DE MATAM


La hausse des taxes municipales décidées unilatéralement et arbitrairement par l’équipe municipale de la commune de Matam a provoqué l’indignation, la colère et la mobilisation des commerçants et de la population.

La logique de la politique non concertée et de recours à la force pour imposer brutalement les taxes, a plongé la commune de Matam dans une situation de révolte et de violence dont la responsabilité incombe entièrement aux responsables municipaux PDS et  en particulier à leur chef.

Le nombre de blessés et l’incendie du domicile du maire que nous regrettons, ne doivent en aucun cas occulter que ce dernier est à l’origine de la dégradation du climat social qui règne dans la ville.

Le niveau de déception, la désespérance, la profonde frustration et le sentiment d’injustice qu’éprouvent les populations de la commune de Matam et de la région traduisent l’échec du pouvoir du président WADE et des dirigeants locaux du PDS.

La modernisation du marché de Matam pour en faire un espace propice à l’activité commerciale, un maillon solide de l’économie locale et un levier dans le cadre d’une politique de lutte contre la pauvreté mérite une attention particulière de l’équipe municipale et des solutions réelles et durables.

Sur ce plan, rien ne pourra se faire sans passer par la concertation et la participation effective des commerçants et de tous les usagers à la définition, à l’exécution et au contrôle de la politique à mettre en oeuvre.

Le mécontement de la population ne concerne pas que la hausse des taxes. Celle-ci constitue une preuve supplémentaire de la politique néfaste du pouvoir libéral et son insensibilité aux problèmes du quotidien des sénégalais et des habitants de la région de Matam en particulier.

L’incompétence, l’opacité, les scandales à répétition liés à la corruption, le piétinement des valeurs éthiques et morales et l’arrogance qui caractérisent la gestion nationale et locale du PDS sont au tant de raisons de lutte et de détermination notées dans le pays et à Matam ces derniers temps.

Au niveau local, l’assainissement de la ville, la construction des ponts situés sur la route Matam-Ourossogui, la reconstruction du pont de Diamel et la construction d’infrastructures sociales et culturelles sont des urgences et des impératifs auxquelles il faut répondre avec le souci de l’efficacité et de l’intérêt général. Les promesses ne constituent pas une politique. Seules les actions concrètent qui répondent aux préoccupations réelles des populations comptent!

La Délégation Régionale de l’AFP de Matam, solidaire de la lutte des commerçants et de la population de Matam, condamne le recours à la force, demande l’annulation de la hausse des taxes municipales, la libération des personnes arrêtées et l’ouverture de négociations entre l’équipe municipale et tous ceux qui sont concernés par la décision municipale qui est en cause.


 

18 juillet 2006