Communiqué conjoint PR - AFP 

            Mr Abdourahim AGNE, Secrétaire Général du Parti de la Réforme, (PR) a rencontré Monsieur Moustapha NIASSE, Secrétaire Général de l’Alliance des Forces de Progrès (AFP) ce mercredi 25 mai 2005 pour discuter de la situation politique, économique et sociale du pays. Ces échanges, qui se sont déroulés dans un climat détendu et serein ont été fructueux et ont permis d’aboutir aux convergences suivantes :

1°        les deux responsables sont parvenus à la conclusion qu’il faut impérativement sécuriser le processus électoral. Dans cette optique, il est urgent de mettre en place la CENA, de choisir  en toute équité ses membres, en respectant l’esprit de consensus qui a prévalu lors des travaux préparatoires de la Commission Cellulaire, et l’unanimité qui s’est dégagée lors du vote du projet de loi portant création de la CENA par l’Assemblée Nationale.

Cette institution est désormais garante de la transparence et de la sincérité des élections et travaillera à faire reculer le spectre de la violence électorale, comme le craignent actuellement et à bon droit les citoyens, alarmé par les attaques et déchirements entre militants du PDS.

 2)           Mr NIASSE et Mr AGNE s’inquiètent du peu de cas fait des Institutions de la République et de la volonté constante de manipulation de celles-ci  par le régime de Me WADE, notamment par le biais de menaces de violations  intempestives de la Constitution, par des modifications circonstancielles du Règlement Intérieur de l’Assemblée Nationale, deuxième Institution du pays, pour régler des problèmes internes au PDS.

             A cet égard, le PR et l’AFP s’engagent à tout mettre en œuvre, en relation avec l’ensemble des démocrates et patriotes du pays pour s’opposer à tout coup de force par voie parlementaire, en ce qui concerne l’affaire dite des 12 députés du PDS. Les Institutions de la République ne sauraient être prises en otage dans des querelles de positionnement au sein du parti au pouvoir.

 3)         Après de larges échanges de vues sur les urgences politiques, économiques et sociales actuelles, les deux responsables ont retenu le principe d’une large et forte coalition, qui regrouperait le G10, le CPC, la LD / MPT,  d’autres partis politiques, les organisations sociales et démocratiques, ainsi que tous les patriotes et démocrates sincères, en vue de restaurer les valeurs de la République, et de s’attaquer au seul combat qui vaille pour le développement du Sénégal.

            A cet effet, la coalition devra proposer aux Sénégalais un programme alternatif de gouvernement, avec comme priorité, la lutte contre la pauvreté grâce à des politiques macro-économiques de croissance socialement enrichies et des politiques de décentralisation actives.

-         Ce programme de gouvernement sera décliné en  contrat de mandature qui fixera de manière précise, les actions qui seront entreprises dans le cadre de la législature 2006 – 2011, pour éviter le syndrome des promesses non tenues.

-         Ce programme alternatif sera conduit par un Gouvernement de large Participation Populaire, soucieux de gestion concertée du pouvoir dans le cadre des institutions d’un régime parlementaire.

          Enfin, les deux chefs de parti ont préconisé la mise en place immédiate de groupes de travail portant sur les questions ci-dessus évoquées. Ces groupes de travail seront animés par des plénipotentiaires désignés par les partis membres de la coalition avec une feuille de route qui précisera clairement leurs missions et les résultats attendus. Leurs conclusions seront soumises pour validation dans les meilleurs délais aux leaders et aux instances de leurs partis pour une mise en œuvre immédiate.

                              

Fait à Dakar, le 25 mai 2005