Communiqué du Bureau politique de l'AFP
Jeudi 6 janvier 2005

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 6 janvier 2005, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale 
2. vie du parti

Evoquant les séquences successives des événements politiques qui se déroulent au Sénégal, depuis plusieurs semaines, ainsi que l'évolution de la situation économique dans les régions de l'intérieur, le Bureau politique de l'AFP a considéré que, plus que jamais, les urgences nationales doivent être gérées avec lucidité et dans un esprit totalement patriotique.

A cet égard, le Bureau politique de l'AFP estime que des dossiers comme le dépôt, sur le Bureau de l'Assemblée nationale, d'une proposition de loi d'amnistie sur l'affaire Maître Babacar Sèye, est l'illustration même de l'absence de logique et de cohérence dans la manière dont sont traitées, à présent, des questions de haute importance qui concernent tous les Sénégalais.

Malgré toutes les tentatives d'explication ou de justification de la démarche entreprise par le pouvoir pour imposer une telle amnistie, il demeure évident que les motivations réelles sont loin de celles qui ont été exposées.

Gouverner un pays requiert, à tout moment, une vision, un style, le tout fondé sur le double souci de la vérité et de l'intérêt général.

Dans cette affaire, l'AFP a tenu à marquer sa distance vis-à-vis de cette proposition de loi et elle a demandé aux députés du Groupe Parlementaire de l'Espoir de traduire, dans l'Hémicycle, la position du parti en votant non contre cette proposition de loi.

Concernant le message à la nation, délivré par le chef de l'Etat, au soir du 31 décembre 2004, le Bureau politique note que, même si le président de la République a voulu aborder certaines préoccupations des Sénégalais, ce message a manqué de densité et de profondeur sur des points importants comme les garanties demandées par les citoyens sur la fiabilité du fichier électoral et sur la transparence indispensable à toutes les étapes de ce processus. En outre, l'AFP pense que l'Administration a l'obligation, dans les régions comme au niveau national, de travailler en étroite coopération avec tous les acteurs politiques, les associations et les organismes intéressés par une conduite rigoureuse du dossier des élections à venir, sans faux-fuyant et dans la clarté.

Il en est également ainsi du combat pour la défense des libertés publiques et pour la préservation des droits humains, conditions sans lesquelles toutes statistiques concernant la croissance économique ou les prévisions d'investissements, toujours projetées sur le futur, ne revêtent aucune signification pour le peuple, ni sur son bien-être, en termes de coût de la vie, de sécurité ou de chances de promotion partagée.

En effet, le monde paysan, le chômage des jeunes, la santé, la culture, l'élevage, la pêche sont absents de ce message. Au lieu d'évoquer les difficultés notées dans les entreprises et les problèmes endémiques que connaît l'Ecole, l'accent a été mis sur la délivrance de distinctions et autres prix présentés comme des signes de succès du Sénégal, à l'étranger.

Bien au contraire, les Sénégalais s'attendaient, à juste titre, à ce que des précisions fussent données par le chef de l'Etat, sur le remplacement du bateau " Le Joola ", en considération de toutes les conséquences économiques et sociales qui résultent, mois après mois, de ce que la liaison maritime entre Ziguinchor et Dakar a cessé d'exister depuis plus de deux années.

Face à cette situation, le Bureau politique de l'AFP, fidèle à la ligne du parti, en appelle aux autorités de l'Etat pour qu'elles se ressaisissent et prennent conscience que la mission publique de tout tenant d'un pouvoir officiel est de veiller à la consolidation de l'unité nationale, au maintien des équilibres sociaux et de l'égalité des citoyens dans leurs devoirs et dans leurs droits, dans un élan vers l'assumation d'un destin qui relève, en définitive, de la responsabilité de tous les citoyens.

S'agissant de l'Accord de paix signé à Ziguinchor, le 30 décembre 2004, entre le Gouvernement et le MFDC, le Bureau politique de l'AFP estime que tout doit être entrepris, de part et d'autre, par les parties signataires, afin que les négociations annoncées soient menées avec une volonté affirmée d'aller au succès, pour une paix juste et définitive dans la région sud du Sénégal, paix qui se prolongera par un programme réaliste et efficace de reconstruction.

Sur les questions liées à la situation économique du Sénégal, l'Alliance des Forces de Progrès a rappelé l'interaction naturelle et incontournable qui existe entre l'effort organisé de production de biens et de services de qualité, dans une économie moderne, avec les principes et les règles de la bonne gouvernance. Cette interaction implique le respect scrupuleux des lois de la République, celui du principe de séparation des pouvoirs dans le mode de gouvernance du pays et un choix décisif évitant de concentrer entre les mains d'un seul homme les charges de décideur, d'exécutant et de contrôleur des phases d'application et du contenu des programmes destinés à faire avancer le pays.

Enfin, examinant le point portant sur la vie du parti, le Bureau politique de l'AFP a réitéré l'esprit qui se trouve au centre de sa déclaration du Vendredi 31 décembre 2004, concernant la volonté inébranlable du parti de faire face, avec vigueur, sérénité et lucidité, à toutes formes de tentatives d'affaiblissement ou de déstabilisation visant le parti d'où qu'elles viennent.

A ce sujet, le Bureau politique de l'AFP a tenu à encourager et à féliciter les instances de base du parti, les militants et les responsables, les organisations des jeunes, des femmes, des personnes du 3ème âge, les membres et les dirigeants des Alliances qui se sont tous mobilisés et ont renouvelé leur engagement sans faille pour poursuivre la lutte en faveur d'un Sénégal dirigé autrement, dans une dynamique de coopération et de solidarité avec les patriotes sénégalais partageant les mêmes idéaux et évoluant dans d'autres formations politiques ou associations.

Le Bureau politique de l'AFP a salué l'arrivée au parti de nouveaux adhérents dans le Ferlo et dans le Fouta notamment ainsi que dans d'autres zones de l'intérieur. De Tokyo au Japon, de Pennsylvanie aux Etats-Unis, et de France, des adhésions nouvelles sont venues et le Bureau politique a souhaité la bienvenue à ces nouveaux camarades au sein du parti.

Le Bureau politique de l'AFP a tenu à regretter l'interdiction de la manifestation populaire que les associations de la Société civile avaient décidé d'organiser devant l'Assemblée nationale le vendredi 7 janvier 2005, en guise de réaction face à la proposition de loi d'amnistie sur l'assassinat de Maître Babacar Sèye.

 

Fait à Dakar, le 6 janvier 

Le Bureau politique de l'AFP