COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 29 juillet 2008

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le mardi 29 juillet 2008, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général,  autour de l’ordre du jour suivant :

1.    situation nationale;

2.    vie du Parti.

Le Bureau politique a tenu à s’incliner devant la mémoire de feu Mansour Bouna Ndiaye, rappelé à Dieu, à Paris, au terme d’une vie de combat au service du pays. Le Bureau politique de l’AFP présente ses condoléances émues à la famille du défunt et aux habitants de la ville de Louga dont il était le Maire honoraire.

Par ailleurs, l’aggravation des dérives monarchiques a particulièrement retenu l’attention du Bureau politique de l’AFP. Après le discours de Me Wade qui a tenté de légitimer son pouvoir en l’accrochant insidieusement au droit divin, voilà que son régime va à   l’assaut de tous les espaces de liberté que confère la Constitution aux citoyens du Sénégal.

La modification de l’article 27 est non seulement inspirée par des desseins troubles et totalement condamnables mais la procédure choisie est une véritable forfaiture quoi qu’en dise le gouvernement qui se révèle incapable d’opposer le moindre argument sérieux aux plus grands constitutionnalistes de notre pays. Le droit, la morale et l’élégance imposent le référendum dans ce cas d’espèce, mais n’est-ce pas trop demander à ce groupuscule aveuglé par le pouvoir et l’argent, porteur d’une culture de violence ? Ivre de ses attributs scandaleusement usurpés le 27 février 2007, ce groupuscule croit, à tort, qu’il est à même de rompre avec les enseignements légués par l’histoire de toutes les dictatures, sans exception, qui se terminent dans la tragédie ou dans le mélodrame et d’abord au détriment de leurs principaux animateurs. Les menaces de mort qu’un de ces fascistes aux pieds d’argile a proférées à l’endroit de l’opposition patriotique n’influeront en rien dans le processus historique irréversible par lequel le peuple reprendra en main sa souveraineté. Le seul intérêt de ces menaces, c’est la mise en évidence d’une folie qui empêche une lecture lucide des données, pourtant limpides comme l’eau de roche.

                   C’est cette même déconnexion de la réalité objective qui a amené la municipalité de Dakar à adresser une sommation aux riverains de Gibraltar, pour leur demander de ravaler leurs façades dans les trois prochains mois, sous peine d’une amende de cinq millions de francs Cfa. Les populations ont spontanément crié leur ras-le-bol, en rappelant leurs problèmes de survie consécutifs à la spirale inflationniste, que leur imposent les prédateurs impénitents. 

C’est cette même volonté prédatrice qui a favorisé le transport à Chicago des nervis et autres sicaires qui continuent de coûter très cher aux contribuables sénégalais. Mais à Chicago, les arroseurs ont été arrosés car, au lieu des honneurs, les manipulateurs cyniques et violents ont récolté le déshonneur et l’opprobre, après avoir édifié le monde entier sur leur vraie nature, caractérisée par le moule de la pensée unique, de l’absolutisme et de la violence au service de leurs propres intérêts. 

C’est ainsi que les rares téléspectateurs de la RTS ont pu voir un représentant du régime de Me Abdoulaye Wade accaparer longuement ce média d’Etat, pour rendre compte de décisions d’une instance de son «parti », dont certaines avaient un caractère administratif évident. C’est pourquoi, les hauts fonctionnaires des impôts ont dénoncé avec courage cette confusion grossière des genres qui ignorent les frontières entre  une association privée et l’Etat. Le Bureau politique de l’AFP salue cette expression du Sénégal éternel et exprime par la même occasion sa solidarité agissante avec le Comité pour la Protection et la Défense des Journalistes, dont le combat est au cœur de la préservation des libertés fondamentales.

Le Bureau politique exprime par ailleurs sa solidarité à l’endroit des populations de Marssassoum victimes de la violence meurtrière de l’Etat-Pds, qui est entièrement responsable de cette situation. En effet, c’est Maître Abdoulaye Wade lui-même qui a favorisé ces tensions en exacerbant, avec ses réformes administratives politiciennes, des conflits  dont les soubassements culturels et historiques imposent la retenue et la sagesse à tout homme d’Etat digne de ce nom.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a adressé ses vives félicitations au Secrétaire général, M. Moustapha Niasse qui a présidé et animé de main de maître l’Assemblée générale de la Coordination régionale de Fatick, le dimanche 27 juillet 2008. Par la même occasion, le Bureau politique a adressé ses chaleureuses félicitations au Secrétaire général de la Coordination régionale de Fatick, le camarade Coumba Ndoffène Bouna Diouf, ainsi qu’à tous les responsables et militants de la Commune et du département de Fatick, du département de Foundiougne et de celui de Gossas. En effet, non seulement la mobilisation a été exceptionnelle, mais les travaux se sont déroulés dans une discipline exemplaire, ce qui a permis l’examen en profondeur des dossiers prioritaires de notre pays et de la région concernée. A cette occasion, la preuve a été faite, une nouvelle fois, du sérieux, de la compétence et de l’expertise des cadres et militants AFP de la Région de Fatick.

Le Bureau politique a validé par ailleurs les conclusions et recommandations de la rencontre qu’il a eue avec l’ANCP le vendredi 27 juin 2008. Enfin, le Bureau politique a adressé ses vives félicitations aux camarades responsables de Dakar et tout particulièrement aux jeunes du Parti qui ont participé au sit-in du Front Siggil Senegaal destiné à protester contre le tripatouillage de la Constitution


Fait à Dakar, le 29 juillet 2008 

Le Bureau politique de l'AFP