DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 29 janvier 2008

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 29 janvier 2008, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale ;
2. vie du Parti.

Le Bureau politique s'est penché sur la situation nationale et sur le climat délétère généré à la fois par la crise multiforme qui frappe notre pays et l'attitude désinvolte du pouvoir en place, visiblement incapable d'en appréhender l'ampleur, la profondeur, les enjeux et les conséquences multiples sur le devenir du Sénégal et de ses populations. La question lancinante que se pose l'écrasante majorité des Sénégalais, corollaire d'une anxiété naturelle chez tout citoyen responsable, est la suivante : quelles sont les pistes qui peuvent mener vers une sortie de crise apaisée et non coûteuse pour le pays ?

Pourtant, le gouvernement de Me Wade semble loin de ces préoccupations et continue de se réfugier dans un autisme cultivé par paresse, insouciance joyeuse et incompétence. Malgré la catastrophe qui frappe depuis des années le monde rural, malgré le cumul des échecs du fait des errements des tenants du pouvoir, le ministre de l'Agriculture s'obstine à poursuivre maladroitement ses exercices acrobatiques, au mépris des évidences qui sont claires comme le soleil de midi. Aucun mensonge d'Etat ne saurait prendre le dessus sur les choix désastreux de programmes dits spéciaux, sur la réalité de l'effondrement spectaculaire du système productif du monde rural, sur la paupérisation, voire la famine qui frappe nombre de paysans sénégalais. Ceux-ci subissent les conséquences durables du bradage nébuleux de la SONACOS et payent un lourd tribut. Dans un tel contexte, continuer à brandir le plan REVA et la loi d'orientation agro-sylvopastorale relève de la diversion, à défaut d'un aveu honnête d'échec et d'impuissance.

Ces difficultés économiques et sociales n'épargnent pas non plus les populations des villes et des zones périurbaines, qui continuent de subir de plein fouet la spirale inflationniste qu'aggrave, au fil des semaines, la hausse des prix des hydrocarbures. La résistance des travailleurs de la Santé est relayée aujourd'hui, par celle de l'Intersyndicale des Enseignants, qui n'est que le reflet d'un malaise général et d'un sentiment de révolte qui gagne toutes les couches sociales. En effet, les populations n'acceptent pas que les fruits de leur travail servent à financer le gaspillage et les fêtes foraines des tenants du pouvoir et de leurs affidés. C'est pourquoi le Bureau politique de l'Afp exprime, de nouveau, sa solidarité à tous les travailleurs en lutte.

Par ailleurs, les interminables travaux sous le prétexte du Sommet de l'OCI, constituent une autre manifestation patente de la mal gouvernance. La mise à l'écart des traditionnels services techniques de l'Etat a engendré de nombreuses difficultés liées aux coûts, à la sécurité routière, à la sécurité tout court et aux récurrences sur l'environnement et la santé publique. Ces travaux ne s'inscrivent dans aucun projet clair et maîtrisé dans tous ses aspects, y compris dans ceux élémentaires relatifs au financement et à la durée de réalisation des chantiers. Par ailleurs, on connaît la suite quand l'Assemblée nationale a tenté d'en comprendre les tenants et les aboutissants.

Dans un autre domaine, particulièrement sensible, la gestion du processus électoral est le prolongement de cette mal gouvernance ambiante. A ce jour, les fraudeurs zélés du Ministère de l'Intérieur continuent de faire semblant de procéder à une révision exceptionnelle des listes électorales, en vue des prochaines élections locales. Les citoyens qui le désirent ne peuvent toujours pas s'inscrire faute de cartes d'identité dites numérisées. Par ailleurs, les délinquants électoraux au col blanc refusent toujours de faire droit aux innombrables électeurs dont les cartes ont été volées, retenues ou volontairement égarées pour les déboussoler et les empêcher de voter. La CENA doit s'employer à faire face aux fraudeurs zélés, conformément aux missions que lui confère la loi, au lieu de se livrer à des constats timides. Le Bureau politique de l'AFP fustige une telle attitude qui conduit au prolongement des forfaitures qui ont émaillé les parodies d'élections de 2007. Il ne saurait être question que les locales soient plombées en amont, sans que les populations debout s'opposent vigoureusement à la confiscation de leurs choix souverains. La vigilance s'impose d'autant plus que le parti-Etat se prépare à fausser davantage les règles du jeu, avec des découpages fantaisistes. Il s'agit pour le pouvoir de créer de nouvelles communautés rurales et de nouvelles communes, dans le seul but de faciliter la manipulation des élections locales, de servir la clientèle politique et de s'assurer des majorités factices. Par ailleurs, la réforme de la justice annoncée par Me Wade lui-même ne milite sûrement pas en faveur du renforcement de son indépendance. L'AFP dénonce toutes ces manœuvres qui ne sont que l'expression de la régression démocratique pensée et menée par le Secrétaire général national du PDS.

Dans la perspective des élections locales programmées pour le 18 mai 2008, le Bureau politique de l'AFP estime que le principe des alliances localisées devrait guider la volonté des patriotes, dans des conditions de transparence assurées, pour battre les spécialistes de la fraude. Le Bureau politique de l'AFP a invité les structures de base du parti à travailler dans cette direction.

Abordant le dernier point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a adressé ses vives félicitations au camarade Secrétaire général, M. Moustapha Niasse, qui a présidé avec brio, le dîner débat que l'Alliance Nationale des Cadres pour le Progrès (ANCP) a organisé le vendredi 25 janvier, sur le thème de la qualité du service public, avec la participation de M. Ahmet Ould Daddah, Secrétaire général du Rassemblement des Forces Patriotiques (R.F.P.) de la République Islamique de Mauritanie, des Experts et des Universitaires de très haut niveau, de membres de la Société civile, d'agriculteurs et de pêcheurs. Le Bureau politique de l'AFP adresse également ses félicitations à M. Alioune Sarr, Coordonnateur de l'ANCP et à tous les membres de cette structure pour la pertinence de leur initiative et pour la qualité des documents produits.

Par ailleurs, le Bureau politique a adopté une feuille de route destinée à la gestion des élections locales, feuille de route qui inspirera le Comité national électoral, les Comités électoraux des communautés rurales, des communes, des départements et leur coordination au niveau régional.


Fait à Dakar, le 29 janvier 2008 

Le Bureau politique de l'AFP