Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Jeudi 28 avril 2005

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 28 avril 2005, sous la présidence de
M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale

2. Vie du parti

Examinant la situation nationale, le Bureau politique a souligné les conséquences du manque de vision du Gouvernement qui frappent durement le quotidien des populations et menacent des secteurs vitaux de l'économie nationale tels que l'agriculture, l'industrie et le tourisme. Ces problèmes lancinants et récurrents ne sauraient être masqués par un verbiage qui s'avère dérisoire devant les faits têtus.

L'absence d'une politique réaliste pour la maîtrise de l'eau, la mort programmée de la filière arachidière, les choix extravagants ciblant successivement le maïs et le manioc, demain le bissap, le tout conjugué avec les dégâts provoqués par le péril acridien, ont plongé le monde rural dans un dénuement et un appauvrissement profonds. Face aux poches de famine évoquées depuis des mois par l'AFP, le pouvoir en place se décide enfin à distribuer des vivres de soudure, sans se départir, hélas, de son approche politicienne, marquée du sceau de l'inéquité et de choix partisans. Comme hier avec les inondations ou les semences, l'Etat-PDS est incapable de prendre de la hauteur, pour répondre aux aspirations des populations, avec des critères transparents et républicains.

Les problèmes de santé publique s'aggravent de jour en jour avec une distribution déficiente de l'eau dont la qualité est souvent douteuse. Le maraîchage est dangereusement affecté par l'usage des eaux usées non traitées, la décharge de Mbeubeus épouse les contours d'une énorme catastrophe écologique, avec des conséquences directes sur la nappe phréatique, sur la santé des populations et les activités liées à l'apiculture. Ces données explosives constituent un terreau fertile pour les maladies, notamment le choléra. En outre, tous les spécialistes s'accordent pour souligner la corrélation entre la pollution automobile et la recrudescence des maladies respiratoires. Face à ce tableau qui exige une réaction énergique et intelligente, le Gouvernement continue, dans une insouciance regrettable, à s'adonner à son sport favori, l'autosatisfaction et l'autoglorification.

Le tableau pourrait s'assombrir davantage si l'on pense aux multiples maux qui rongent le système éducatif sénégalais, qui se reflète dans les grèves à tous les niveaux de l'enseignement et sur toute l'étendue du territoire national. Le malaise que vit l'école sénégalaise a été aggravé par des décisions opaques, notamment l'augmentation des salaires de certains corps de l'Etat, dans la seule perspective des échéances électorales. Le Bureau politique de l'AFP accorde son soutien à tous les syndicats en lutte pour l'amélioration du sort des travailleurs qui subissent, de plein fouet, les conséquences d'une inflation, que n'atténueront pas les hausses intempestives du prix des produits pétroliers.

Naturellement, ce chapelet d'échecs multiformes rend plus frileux le Gouvernement de Maître Wade dans sa gestion du processus électoral, teintée d'atermoiements interminables, de calculs acrobatiques dans le but de maîtriser un corps électoral mûr et lucide, décidé à sanctionner les dérives inqualifiables et l'incompétence au pouvoir depuis cinq ans.

Le Président de la République a reçu le texte consensuel relatif à la CENA depuis le 8 février 2005. Mais ce n'est que le 15 avril dernier que le projet de loi est parvenu aux députés, avec des modifications de fond, qui risquent d'encourager les délinquants électoraux dans leurs besognes antirépublicaines. Par ailleurs, la CENA devrait être à l'abri de l'asphyxie financière qui a été mortelle pour l'ONEL post-alternance. Le Bureau politique de l'AFP engage le Gouvernement à respecter l'esprit du consensus, pour asseoir une des bases d'élections sincères et transparentes. Face à une administration contrôlée par le PDS et son chef, la CENA doit être armée pour mener à bien ses missions salutaires pour la démocratie.

Le Bureau politique a entendu un compte rendu des députés du parti sur l'adoption, ce jour, par la Commission des lois, du projet de loi portant création de la CENA, avec l'intégration des propositions que le CPC avait élaborés, par rapport au texte envoyé à l'Assemblée nationale par le gouvernement. A cet égard, le Bureau politique de l'AFP considère que ce texte doit être soumis à la plénière tel quel et qu'il ne doit pas subir, entre temps, d'autres modifications.

Les interconnexions entre le début d'une dissidence au sein du PDS et le processus électoral ne relèvent pas de la fiction. Il est évident que la gestion actuelle du fichier électoral par le Gouvernement appelle les démocrates à la plus grande vigilance pour surveiller les conséquences de la refonte totale et auditer éventuellement l'ancien fichier, tel que le prévoit l'article 7 de la loi N° 2004-32 du 25 août 2004.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique a évoqué la mise en application sur le terrain des composantes du programme d'activités de l'AFP. Il a décidé d'adresser des lettres de félicitations aux structures de la région et de la ville de Saint-Louis, à celles de la région et de la ville de Foundiougne, ainsi qu'aux communautés rurales du département de Nioro et, en particulier aux militants et responsables des communautés rurales des arrondissements de Wack Ngouna, de Médina Sabakh et Paoskoto.

En effet, les séminaires de méthode, d'information et de mise à niveau qui avaient été programmés dans ces zones, se sont déroulés sous la présidence du Secrétaire Général du parti, M. Moustapha Niasse, dans des conditions qui ont conduit au succès de ces manifestations.

A l'Université Gaston Berger de Saint-Louis, le contact entre les étudiants de l'AFP et le Secrétaire Général ont permis des échanges de haut niveau sur la situation du Sénégal, les options du parti, et sur les politiques que l'AFP entend mettre en œuvre pour traduire, sur le terrain du développement, sa vision d'un Sénégal capable de prendre en charge, avec efficacité, les aspirations du peuple.

 

Fait à Dakar, le 28 avril 2005

Le Bureau politique de l'AFP