COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Lundi 28 juin 2010

 

 Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le lundi 28 juin 2010, sous la présidence de Son Excellence Monsieur l'Ambassadeur Falilou KANE, Secrétaire National chargé des Relations Extérieures, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale ;
2. vie du Parti.


Le Bureau politique a procédé à des échanges et à une analyse approfondie sur la situation nationale, caractérisée par la persistance des difficultés dans lesquelles les Sénégalais se débattent tous les jours. Comme pétrifié par son incompétence, le gouvernement de Maître Wade reste sourd aux complaintes de nos compatriotes, démontrant une fois encore son incapacité à prendre en charge les besoins fondamentaux et les sollicitations légitimes du peuple. Obsédés par l'idée d'une dévolution dynastique du pouvoir, Wade et compagnie auront un réveil douloureux.

Analysant la situation économique et sociale, le Bureau politique considère les solutions envisagées par le gouvernement pour faire face à la crise chronique et multiforme qui asphyxie le Sénégal, inadéquates.

Insensibles aux analyses et mise en garde de nos partenaires extérieurs qui s'inquiètent d'une manière légitime et fondée de la dégradation de la situation économique du pays, le gouvernement de Me Wade persiste dans la gabegie et la mal-gouvernance.
La baisse de l'investissement privé, le recul du tourisme, la mauvaise allocation des ressources ont fini par plomber l'activité économique sans oublier la dette intérieure qui continue d'asphyxier nos entreprises nationales. Les conséquences de la dégradation de ces agrégats se traduisent par une baisse de la croissance projetée à 1,5% en 2009, nettement en deçà des 4,3% du Mali.

Par ailleurs, le Bureau politique se préoccupe de la situation du monde rural avec l'existence jusqu'à ce jour de bons impayés et s'indigne de la distribution insuffisante et partisane des semences et des intrants agricoles. Malgré tous ces problèmes, Me Wade poursuit sa fuite en avant, se livrant avec son arrogance habituelle à son énième remaniement ministériel dont une des conséquences est la présentation d'un gouvernement composé de plus de 40 ministres dont 14 ministres d'État.

Au delà des considérations budgétaires, un bref aperçu de ce gouvernement laisse apparaître une incohérence flagrante. Quelles que soient les acrobaties qui présideront à la répartition des services, les conflits de compétence seront inévitables et le niveau de performance sera nul.

Me Wade doit impérativement se ressaisir pour mener une gestion saine des finances publiques qui doit se refléter avant tout par une politique budgétaire pertinente et par une diminution du train de vie de l'État. Aujourd'hui, pour ceux qui en doutaient encore, le développement du Sénégal est le dernier des soucis des autorités qui nous gouvernent.

Après l'échec du plan sésame, le Bureau politique s'inquiète de l'avenir des retraités et des personnes du 3ème âge. En effet, après avoir fragilisé l'IPRES et la CSS par une gestion irresponsable, le gouvernement s'apprête, non seulement à prélever directement sur les ressources financières de ces Institutions, mais encore, à taxer leurs réserves et leurs dépôts à terme, comme si les Sénégalais avaient effacé de leur mémoire les scandales que constituent la vente des actions SONATEL, de l'IPRES et l'achat contraignant de terrains par cette même Institution pour le financement de la statue de la Renaissance africaine. Wade ne doit pas ignorer que les retraités ont le droit de jouir des fruits de leur labeur après tant d'années au service de la nation.


Au-delà de ces constats inquiétants et au seuil de l'hivernage, le Bureau politique en appelle au sens de responsabilité de l'État dans la gestion des inondations et la surveillance des plages pour la prévention des noyades.

S'inclinant devant la mémoire des victimes de la catastrophe survenue à Navel, le Bureau politique présente ses condoléances les plus sincères aux populations de Matam.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour relatif à la vie du parti, le Bureau politique félicite les responsables de la Délégation départementale de Pikine et de la Coordination d'Arrondissement de Wack-Ngouna pour les initiatives prises pour la mobilisation des militants et l'animation du parti à l'occasion de la célébration de l'Appel du 16 juin 1999. La présence massive à ces manifestations de Sénégalais de tous bords démontre une fois de plus que l'Espoir est toujours là. Ce fut l'occasion choisie par les patriotes et les démocrates de ce pays pour affirmer leur volonté de ne pas céder au découragement, de ne pas reculer devant l'adversité afin de surmonter tous les obstacles pour que demain le Sénégal soit dirigé autrement.

Oui, l'Espoir est toujours là !


Fait à Dakar, le 28 juin 2010 

Le Bureau politique de l'AFP