COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 28 avril 2009

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 28 avril sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale,
2. vie du Parti.

Le Sénégal se trouve à la veille de la célébration du 1er mai dans un contexte qui met plus que jamais à nu le fossé qui sépare les tenants du pouvoir et le peuple sénégalais. Au moment où notre pays est à la croisée des chemins et scrute l'horizon proche des ruptures attendues depuis le 19 mars 2000, le régime de Me Wade continue de se réfugier dans ses fausses certitudes, en évitant soigneusement de traiter les vrais problèmes qui plombent le développement économique et social de notre pays et aggrave la misère intolérable du plus grand nombre.

Malgré le séisme du 22 mars 2009, le gouvernement de Me Abdoulaye Wade, dans le discours, comme dans les actes posés, s'obstine à poursuivre sa fuite en avant insensée, en ignorant les messages pourtant clairs du peuple sénégalais. Après l'adresse à la Nation du 3 avril, qui est un modèle de refus de voir la réalité en face, voilà que le Secrétaire général national du PDS, arborant son manteau de chef de l'Etat, gracie les douze nervis qui ont effectué le saccage des locaux d'organes de presse en agressant physiquement des journalistes et autres membres du personnel. Au même moment, le commanditaire identifié vaque tranquillement à ses occupations, se prévalant avec arrogance de la protection dont il bénéficie au sommet de l'Etat.

Cet acte caricatural ne saurait occulter la pertinence des choix du peuple, lors des élections locales du mois dernier. En donnant un coup d'arrêt net au projet de dévolution monarchique du pouvoir, les populations ont voulu, par la même occasion, dénoncer une mal gouvernance chronique désastreuse, aussi bien pour l'économie nationale que pour le quotidien des ménages. La logique simple et sage devrait donc amener les tenants du pouvoir à prendre sans délai des mesures pour mettre fin au train de vie dispendieux de l'Etat, au gaspillage et à la corruption endémique.

Avec la nouvelle donne, la suppression du Sénat, exemple de monstruosité juridique et d'impertinence politique, outre sa nature de gouffre financier, ne peut pas être négociable. En plus, l'Assemblée nationale qui est le rejeton d'élections nébuleuses avec un taux de participation autour de 20 % n'est guère représentative des forces en présence dans notre pays. C'est la raison pour laquelle le remaniement ministériel agité depuis un certain temps, comme un chiffon rouge, n'est qu'un non évènement de plus qui n'intéresse que ceux qui sont incapables de vivre les choses de la Cité en dehors d'une approche politicienne enrobée de ruse et de calculs sans perspectives.

Le Bureau politique de l'AFP adresse ses chaleureuses félicitations à l'ensemble des élus de l'opposition démocratique, en les engageant à prendre immédiatement le taureau par les cornes, pour se mettre exclusivement au service de l'intérêt général et répondre aux attentes des populations meurtries par tant de manque de vision, de manque de générosité, par tant d'incompétence et, circonstance aggravante, la promotion de l'impunité sous toutes ses formes. Cette mal gouvernance a provoqué l'effondrement de plusieurs unités industrielles et entreprises qui ont accusé le contrecoup de choix nébuleux, aux antipodes de l'intérêt national et de toute logique économique. Il en est ainsi de la SONACOS, des ICS, de la SENELEC, de la SAR, de TRANSRAIL, du Port Autonome de Dakar, d'Air Sénégal International et de la SONATEL qui fait depuis un certain temps l'objet de convoitises inqualifiables, à travers le projet de vente d'une partie des actions de l'Etat du Sénégal à France Télécom. Au-delà des considérations liées à la stratégie, à la souveraineté, se pose le problème global de l'avenir de notre pays, qui est en train d'être dépouillé de l'essentiel de ses richesses. A qui profitent tous ces crimes économiques ? En tout état de cause, le Bureau politique de l'AFP exprime sa solidarité agissante à tous les travailleurs des secteurs en lutte, et, pour le cas le plus récent, aux travailleurs de la SONATEL et à a leur juste combat pour défendre cet élément important de notre patrimoine économique et sécuritaire national.

Cette incompétence asphyxiante se prolonge dans les organismes inter-états tels que la BCEAO et l'ASECNA. Après des prétentions dictées par l'état d'anémie des finances publiques, voilà que le régime de Me Wade se dédie comme l'avaient prévu, du reste, le Secrétaire général et le Bureau politique de l'AFP. Ces choix inconsidérés et intempestifs n'épargnent guère l'orientation de la politique extérieure de notre pays, telle que la conduit le chef de l'Etat, qu'il s'agisse de la sous région ou des gesticulations inefficaces observées au Soudan, à Madagascar, en Iran et au Moyen orient.

Le Bureau politique de l'AFP estime que les résultats honorables réalisés par la Coalition Bennoo Siggil Senegaal sont une étape significative dans la lutte engagée par les démocrates sénégalais pour mettre fin au régime de Me Abdoulaye Wade qui continue de détruire les leviers de l'économie du pays, vide de leur contenu normatif les Institutions de la République, sape le moral des populations et met en danger l'unité nationale. Cette victoire ouvre la voie vers d'autres combats pour libérer le peuple de l'emprise du pouvoir libéral. Aussi, le Bureau politique de l'AFP estime également qu'il convient de maintenir le choix stratégique de l'unité du cadre Bennoo Siggil Senegaal, unité qu'il faut consolider pour parachever l'œuvre entamée et répondre aux attentes des populations.

Pour toutes ces raisons, le Bureau politique approuve le pré-rapport des Assises nationales. En effet, l'AFP a pris part à la définition de la méthode, à la réflexion, à la formulation des recommandations, et ce, à toutes les instances de ce cadre qui reflète fidèlement les composantes de la Nation sénégalaise. Il s'agit maintenant de trouver les meilleures formules possibles pour diffuser les conclusions des Assises nationales, pour que le peuple se les approprie, afin que tout gouvernement de la République tienne compte de ces précieuses données qui constituent un véritable tableau de bord.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a évalué la participation du Parti aux élections locales du 22 mars 2009, en en tirant les enseignements pour l'avenir, dans la perspective du combat salutaire pour la libération de notre pays des griffes du pseudo libéralisme asphyxiant. C'est ainsi que le Bureau politique a réitéré sa décision de poursuivre la vente des cartes du parti, pour préparer des renouvellements transparents, étape indispensable sur le chemin d'un grand Congrès qui consacrera le profil de l'AFP résolument debout, en première ligne pour le redressement de notre pays.

Dans le même ordre d'idées, le Bureau politique de l'AFP salue les rencontres que la Direction du parti a eues avec d'autres formations politiques partageant nos idéaux de progrès. Le Bureau politique apprécie les conclusions du communiqué conjoint des deux délégations de Yoonu Askan Wi et de l'AFP qui se sont rencontrées le lundi 27 avril 2009.

Enfin, le Bureau politique a adressé ses vives félicitations au Maire et à tout le Conseil municipal de Sokone pour le succès du meeting de remerciements organisé dans cette ville par les partis membres de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal, le jeudi 23 avril 2009.  

 


Fait à Dakar, le 28 avril 2009 

Le Bureau politique de l'AFP