Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Jeudi 26 mai 2005

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le jeudi 26 mai 2005, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du Parti, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant 

1. Situation nationale

2. Vie du parti

Le Bureau politique de l’AFP s’est longuement penché sur la situation nationale caractérisée par un climat politique délétère, qui amène les Sénégalais à s’interroger sur la capacité du pouvoir actuel à garantir l’application de règles républicaines minimales, sans lesquelles la cohésion nationale, la stabilité et la paix civile se trouvent dangereusement fragilisées.

Pendant que les fissures de l’Etat de droit entraînent la remise en question des libertés, l’Etat-PDS ignore allègrement le principe de la séparation des pouvoirs et n’hésite pas à instrumentaliser les Institutions pour régler les problèmes d’un groupe privé. Après avoir convoqué abusivement un député du peuple, la Division des Investigations Criminelles (DIC), qui prend de plus en plus des allures d’une police politique, harcèle un cinéaste, dont l’unique tort est d’exercer une liberté que lui reconnaît notre Charte fondamentale, que le Président de la République, Maître Abdoulaye Wade, s’est engagé à respecter devant Dieu et les hommes.

Sous ce regard, et selon le Bureau politique de l’AFP, la violence politique, qui est en train de connaître une spirale infernale, a fait brutalement irruption dans l’enceinte de l’Université Cheikh Anta Diop, où là, comme ailleurs, le PDS constitue le principal facteur de trouble à l’ordre public. Le gouvernement de Maître Abdoulaye Wade est l’unique responsable de cette situation grosse de dangers, qui est le corollaire de son indignation exprimée à la carte, indignation qui piétine le caractère impersonnel et universel des lois et règlements.

C’est la raison pour laquelle, le Bureau politique de l’AFP entérine le plan d’action, proposé par les plénipotentiaires de l’opposition regroupée au sein d’un large cadre où figurent les partis membres du CPC, ceux du G 10, la LD/MPT, et d’autres formations politiques. Ce plan d’action, approuvé par la conférence des leaders,  rencontre les préoccupations de l’AFP, dans la mesure où il porte la lutte pour le respect des dispositions de la Constitution et la gestion concertée d’un processus électoral transparent.

Par ailleurs, le Bureau politique de l’AFP a examiné la situation particulière de la Casamance qui est privée, depuis le naufrage tragique du bateau le Joola, d’une desserte maritime annoncée sans cesse par un gouvernement incompétent et inefficace. Aujourd’hui, l’isolement de la région Sud s’est aggravé, car la desserte aérienne n’est plus assurée depuis plusieurs mois, sur Ziguinchor. En outre, la reconstruction de la Casamance n’obéit pas à une approche méthodique, avec des priorités clairement définies. Du reste, ce même désordre se manifeste à chaque sortie du Président de la République qui, à l’occasion de prétendues inaugurations, donne dans la confusion des rôles, devant des foules transportées sur le site de la mise en scène, à grand frais et avec de l’argent public, le tout étant mis au service d’une campagne électorale prématurée, en violation de la loi.

Au même moment, les délestages et les coupures d’eau continuent de plus belle, n’épargnant même pas les structures hospitalières, dans la capitale, Dakar et dans les régions de l’intérieur.

Cette malgouvernance au plan national connaît des prolongements regrettables dans la gestion de la crise en Guinée Bissau. Le Bureau politique considère que le peuple de ce pays est assez mûr pour régler ses problèmes à partir des dispositions de la Constitution, sans ingérence intempestive et désordonnée. L’ONU, l’Union africaine et la CEDEAO ont déjà prévu des mécanismes clairs, visant à aider le peuple frère de Guinée Bissau à surmonter cette crise. Le Bureau politique de l’AFP soutient ces initiatives, qui sont aux antipodes de gesticulations inopportunes, agitées  pour des raisons inavouées.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a adressé ses vives félicitations au Secrétaire Général, M. Moustapha Niasse, qui a conduit tour à tour les délégations du parti ayant rencontré celles de la LD/MPT, du Jëf-Jël et du Parti de la Réforme. Ces rencontres ont été l’occasion d’échanges approfondis sur la situation nationale et sur les perspectives, tout en permettant d’aboutir à de larges convergences de vues.

Enfin, le Bureau politique de l’AFP a adressé ses chaleureuses félicitations au Mouvement National des Femmes de l’Espoir et du  Progrès (MOUNFEP) et à sa Présidente Mme Mata Sy Diallo qui, pendant  leur tournée au Sénégal Oriental, ont brillamment porté les idéaux du parti. Cette tournée a connu un franc succès et les populations visitées ont été particulièrement réceptives aux messages du MOUNFEP sur le terrain.  A cette occasion, elles ont, notamment, expliqué les enjeux des prochaines  élections, et invité les populations et les militants à s’inscrire massivement sur les listes électorales.

 

Fait à Dakar, le 26 mai 2005

Le Bureau politique de l'AFP