DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 25 septembre 2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 25 septembre 2007, sous la présidence de M. Madieyna Diouf, Secrétaire National chargé de la coordination des activités du parti, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, en mission, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale;
2. vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP a procédé à des échanges approfondis sur la situation nationale, dans le contexte de la fuite en avant à laquelle s'adonne le régime de Me Wade, face au désastre général dont il est l'unique responsable. Symbole ne peut pas être plus éloquent que cette décision doublement cynique d'installer le Sénat de Me Wade le jour du cinquième anniversaire de la tragédie du Joola.

Dans le contexte du Sénégal actuel, l'instauration d'une telle chambre n'est pas seulement une absurdité au plan juridique et démocratique. C'est aussi une agression contre la morale et l'éthique pour s'installer dans une logique où seuls les impératifs de la curée sont prioritaires. Par ailleurs, telle qu'elle apparaît, la composition de ce prétendu Sénat est l'exact reflet de ce qu'est devenu le Sénégal de 2007, après les échecs multiformes du pouvoir actuel et l'effondrement des valeurs qu'il entend exploiter comme terreau de la mal gouvernance érigée au rang de choix stratégique.

C'est ainsi que, depuis le naufrage du Joola et ses conséquences dramatiques, le gouvernement de Me Wade traite ce dossier avec une désinvolture révoltante, dans son style de toujours, qui est un mélange d'autoritarisme, de chantage, de promesses non tenues et de travestissement des faits, avec le souci constant d'effacer un pan gênant de la mémoire collective. Ce drame a touché tout particulièrement la région Sud de notre pays, mais il revêt un caractère national.

Le Bureau politique de l'AFP invite le pouvoir actuel à avoir un sursaut de décence pour, au moins, honorer les engagements pris publiquement, notamment, en ce qui concerne les pupilles de la Nation qui continuent leur chemin de croix.

Le régime de Me Wade ne s'occupe pas non plus des urgences de l'heure, comme la propagation du choléra, cette maladie de la pauvreté qui est en train de gagner tout le territoire national. Il est en de même de la peste équine qui risque d'aggraver les problèmes de nombre d'acteurs du monde rural qui se servent du cheval comme outil de production et moyen de transport. En plus, la tragédie silencieuse de la faim continue de se développer dans les campagnes exsangues. Par ailleurs, les acteurs de l'école sénégalaise attendent toujours les mesures vigoureuses et salutaires pour désamorcer les tensions annoncées de la rentrée scolaire et universitaire.

Naturellement, le pouvoir actuel est trop occupé à ses propres urgences, c'est-à-dire, brader les richesses nationales, dans des conditions que préside l'opacité totale. L'accord que le gouvernement vient de signer avec la société MDL pour l'exploitation des sables titanifères entraîne, malgré le discours officiel laborieusement servi, des conséquences sur l'écosystème, en menaçant, de surcroît les cuvettes maraîchères. Les chiffres relatifs au nombre d'emplois escomptés sont dérisoires. La priorité en l'occurrence, c'est par exemple le redressement des ICS qui étaient une véritable manne pour les PME et les populations riveraines.

Le Bureau politique de l'AFP exige du gouvernement de Me Wade, d'habitude bavard, des précisions sur le respect des procédures en vigueur dans le choix des entreprises et la destination des fonds collectés. Les partenaires au développement devraient être intransigeants sur les actes de mal gouvernance, au lieu d'imposer automatiquement ladite vérité des prix à des populations prises dans le tourbillon de l'appauvrissement. A cet égard, une nouvelle augmentation du prix de l'électricité au Sénégal est insupportable.

Dans ce contexte, le Bureau politique de l'AFP estime que l'appel à la "mobilisation nationale" autour de Me Wade pour le succès du sommet de l'OCI est un mélange opportuniste des genres, pour manipuler les esprits. Me Wade n'est ni un imam ni un chef religieux et la mobilisation à laquelle il invite les Sénégalais n'influerait en rien dans la conduite des travaux d'un Sommet de chefs d'Etat. De surcroît, les activités de l'ANOCI continuent de se dérouler dans une succession de nébuleuses, en dehors des Sénégalais, qui ne sont guère informés sur la manière dont leurs deniers sont dépensés.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP a tenu à s'incliner devant la mémoire du musicien Labah Socé qui, par son talent internationalement reconnu, a contribué à enrichir le patrimoine culturel de notre pays. Le Bureau politique de l'AFP invite également le gouvernement, en collaboration avec les artistes et les structures compétentes, à élaborer un mécanisme de sécurité sociale en faveur des acteurs du monde de la Culture.

S'agissant du 20ème championnat d'Afrique de basket-ball féminin qui est entrain de se dérouler au Sénégal, le Bureau politique de l'AFP adresse ses vifs encouragements aux Lionnes, en leur souhaitant plein succès.


Fait à Dakar, le 25 septembre 2007 

Le Bureau politique de l'AFP