COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Jeudi 22 janvier 2009

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le Jeudi 22 janvier 2009, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, autour de l’ordre du jour suivant :

1.  situation nationale ;

2..  vie du Parti.  

Le Bureau politique a tenu, tout d’abord, à s’incliner devant la mémoire des Sapeurs-pompiers qui ont perdu leur vie en accomplissant leur mission avec générosité et sens de l’humain. Le Bureau politique présente ses vives condoléances à leurs familles ainsi qu’à leurs collègues.

Le Bureau politique de l’AFP a examiné la situation nationale profondément marquée  par les conséquences de l’échec multiforme et l’incapacité du régime de Me Abdoulaye Wade à sortir du périmètre de la ruse, pour traiter en profondeur les dossiers qui concernent les priorités de notre pays et de ses populations. En réalité, des événements qui pourraient paraître anodins mettent en relief l’état d’un pays dont les ressorts sont cassés, du fait des choix des gouvernants, qui ont d’abord opté pour la satisfaction des intérêts d’un groupuscule aux instincts prédateurs. C’est le cas des nombreuses attaques armées dont sont victimes de paisibles citoyens dans les régions périphériques et de l’incendie d’un immeuble suivi d’effondrement ayant provoqué  plusieurs décès, notamment dans les rangs des sapeurs pompiers.

Ces faits illustrent le dénuement dont souffre des services stratégiques de l’Etat, alors que la gabegie, l’affairisme et la corruption continuent de plus belle. Le monde rural, l’école sénégalaise, la santé publique, l’emploi, la jeunesse, le troisième âge comme les femmes ont payé un lourd tribut consécutif à des errements, dont le régime de Me Abdoulaye Wade est incapable de se départir. Même quand les problèmes sont bien posés, les effets de manche se manifestent spectaculairement, parfois comiquement, à la place des vraies solutions. C’est ainsi qu’après l’escroquerie de la GOANA, puisque le ridicule ne tue pas, on nous lance le Bajeenu Gox. Par contre, la mort prend une place de plus en plus importante dans nos structures hospitalières plongées dans le dénuement, le sous-équipement et souvent prise dans l’étau d’une mal gouvernance qui les dépasse. 

En ce qui concerne les finances publiques, il est vrai que les injonctions des partenaires au développement et des institutions de Bretton Woods ont amené le pouvoir à reconnaître les effets pervers de la reconstitution de la dette intérieure. Cependant, le régime de Me Wade continue de jouer à cache-cache pour masquer le véritable état des lieux et se livre de surcroît à des paiements discriminatoires, en procédant à des règlements de compte en porte à faux avec l’éthique républicaine. Le Bureau politique de l’AFP dénonce avec la dernière énergie cette forfaiture de plus, preuve accablante d’un projet totalitaire qui asphyxie tous les secteurs d’activité et notre démocratie.

Naturellement, l’organisation des élections locales prolonge ce constat. En effet, face à l’unité de l’opposition patriotique et à la détermination du peuple qui entend exercer pleinement sa souveraineté, la panique a gagné les pseudos libéraux. Ils se sont mis à se livrer à leurs jeux favoris, à savoir la violation des lois et règlements, ainsi que la pratique de la violence.  Les 19 et 20 janvier 2009, lors de la déclaration des titres des coalitions et du dépôt des listes de candidats, certains éléments de l’Administration territoriale ont organisé des obstructions illégales, en prenant des décisions dictées par le souci de tenir compte des difficultés internes de la Coalition Sopi. Malgré tout, les partis de l’opposition ont pu déjouer ces pièges grossiers. A cet égard, le Bureau politique de l’AFP tient à adresser ses vives félicitations aux instances du Parti qui, à la base, ont fait preuve de détermination, de persévérance et d’organisation.

Par ailleurs, le Bureau politique tient pour responsable le gouvernement de Me Wade qui, en créant, pour des raisons politiciennes, de nouvelles collectivités locales sans le minimum de mesures d’accompagnement, a empêché nombre de candidats de présenter dans les délais des dossiers complets, notamment avec le casier judiciaire et les timbres fiscaux requis. Etant donné que nul ne peut se prévaloir de ses propres turpitudes, il incombe au gouvernement de faire droit aux exigences fondées des listes de candidats dans les localités visées. Ni plus, ni moins. Il faut donc mettre un terme à la désinformation d’Etat qui, pour gérer les intérêts de la Coalition Sopi veut ouvrir la boîte de pandore pour modifier les listes déjà déposées et reporter les élections locales de mars 2009. Le Bureau politique de l’AFP dénonce ces agissements et autres manœuvres qui ne sont pas conformes au respect du calendrier républicain et à la loi électorale.

C’est bien dans ce volet de la mal gouvernance qu’il convient de situer les attaques inconsidérées et sans fondement d’un mercenaire impénitent qui a pu bénéficier d’une fréquence télévision, à la faveur d’un contrat infect dont certaines clauses secrètes l’obligent à éructer son trop plein d’insanités, en direction d’un leader respectable et respecté dans le monde entier. La religion ne saurait cohabiter avec un turban profondément plongé dans les souillures ni avec la hargne au service de l’hypocrisie, de la jalousie et de la haine. Il est souvent arrivé que les corbeaux tentent de crever les yeux de ceux qui les ont élevés. S’ils échouent, ils peuvent recommencer et continuer, en vain, leurs sinistres croassements. S’opposer au déroulement d’un destin tracé par Dieu relève du reniement, si tant est que la foi, la vraie, est au rendez vous. 

Le Bureau politique approuve sans réserve, la décision de l’AFP de faire face à cette agression de nature exclusivement politique commanditée par un leader politique en perte de crédibilité, qui, après plus de huit années, fournit chaque jour la preuve de ses échecs successifs et des maux qu’il a causés, devant l’histoire, au  peuple qui l’avait élu. Enfin, le Bureau politique tient à saluer la sérénité et l’élévation, la dignité et la sagesse avec lesquelles M. Moustapha Niasse a géré ces attaques sordides, se gardant de toute attitude qui ne sied pas à sa personnalité, face à l’ignominie des attaques d’un mercenaire connu et reconnu comme tel aux yeux des Sénégalais.

Abordant le dernier point de l’ordre du jour, le Bureau politique a adressé ses vives félicitations au Secrétaire général du Parti, M. Moustapha Niasse et aux délégations qui l’ont accompagné lors des rencontres que l’AFP a eu avec les directions respectives de APR/Yaakaar et du RSD/TDS. Ces concertations avec les partis dirigés respectivement par M. Maki Sall et M. Robert Sagna participent d’une volonté commune d’unir les forces patriotiques en vue de la libération de notre pays de la férule du système Wade et d’un redressement national dont l’urgence est plus que jamais évidente.


Fait à Dakar, le 22 janvier 2009 

Le Bureau politique de l'AFP