Communiqué de la réunion du Bureau politique de L'AFP 

Jeudi 21 septembre 2006

 

Le Bureau politique de l'Alliance des Forces de Progrès s'est réuni le jeudi 21 septembre 2006, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;
2. Vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP s'est penché sur la situation du Sénégal, à la veille de la rentrée scolaire, à quatre jours du 4è anniversaire de la tragédie du "JOOLA", à quelques semaines de la fin d'un hivernage qui charrie beaucoup d'interrogations, et dans un contexte où le pays continue de subir une hémorragie inquiétante, à travers des franges importantes de sa jeunesse habitées par l'obsession d'un ailleurs paradisiaque, pour espérer s'en sortir.

Au surplus, pendant que le gouvernement continue de clamer à tout vent, que 40 % du budget sont consacrés à l'éducation, le système éducatif semble plombé, avec le bras de fer insensé que le pouvoir a engagé avec le CUSEMS, qui ne demande rien d'autre que le rétablissement de la justice et de l'équité. Le Bureau politique considère que la sagesse commande aux tenants du pouvoir des négociations sincères, responsables et rapides, pour que l'hypothèque qui pèse sur une année scolaire non encore achevée et la prochaine rentrée soit levée. La politique de pourrissement pour laquelle le pouvoir a opté, dans le traitement de ce conflit social, ne peut que conduire à la ruine le secteur de l'éducation et partant, l'avenir des enfants.

S'agissant de la tragédie du "JOOLA", il demeure évident que la phase de négociations avec les familles des victimes est dépassée depuis longtemps. Il s'agit maintenant, conformément à la morale élémentaire, de respecter les engagements pris publiquement par les plus hautes autorités de l'Etat, pour venir en aide, entre autres, aux nombreux orphelins qui demandent à avoir les mêmes opportunités que les autres élèves et étudiants de leur génération.

Malgré leur gravité, ces dossiers urgents ne dispensent pas le gouvernement de s'occuper du quotidien des Sénégalais gagnés par l'angoisse et le désespoir, face aux ordures, à l'environnement qui se dégrade de jour en jour et aux pénuries de produits vitaux comme le gaz, l'électricité et les hydrocarbures. L'inflation galopante, la pression fiscale tous azimuts et le renchérissement des denrées de première nécessité asphyxient les populations qui sont édifiées maintenant sur l'incapacité des tenants du pouvoir à traiter des dossiers relevant de l'intérêt général.

Dans le même temps, le train de vie de l'Etat ne diminue pas pour autant. Les voyages coûteux et la recherche effrénée de prix douteux continue de plus belle, pour tenter de masquer un tableau et un bilan très sombres où la mal gouvernance, le gaspillage et la corruption occupent les premières loges. C'est la raison pour laquelle le slogan "Barça " ou Barsakh " continue de hanter le sommeil de nombreux jeunes, y compris les émigrés clandestins rapatriés de force, dans des conditions nébuleuses qui doivent être élucidées.

Le Bureau politique de l'AFP considère qu'en démocratie, un gouvernement doit, de manière constante, des informations fiables et vraies au peuple. Cette vérité doit intervenir sur les tenants et aboutissants du contrat récemment signé avec l'Espagne, contrat dont les termes portent sur des Sénégalais en chair et en os, en proie à une misère extrême.
Ces Jeunes qui ont déjà tiré, à leur manière, le bilan de Me Wade et de son régime, expriment éloquemment l'ampleur de la désillusion générale qui a gagné les populations. C'est la raison pour laquelle les tenants du pouvoir continuent de manipuler le processus électoral, pour éviter un rendez-vous, qu'ils redoutent déjà, avec les électeurs sénégalais.

Sous l'éclairage de toutes ces considérations, et dans l'intérêt supérieur du Sénégal, le Bureau politique de l'AFP dénonce cette situation inédite où, à cinq mois d'échéances capitales, il n'existe pas de code électoral adapté, encore moins de fichier fiable. En plus, la cascade de décisions unilatérales visant à protéger les intérêts du camp gouvernemental, se poursuit, notamment à travers le désir de supprimer le quart-bloquant, avec des arguments qui frisent le ridicule.

Le Bureau politique de l'AFP a, au cours de sa réunion, fait la synthèse des avis et opinions ayant été exprimés par la base des militants du parti sur les volets institutionnel, économique, culturel et social du Programme Alternatif de Gouvernement, dont le projet a été élaboré par les plénipotentiaires des formations politiques membres de la CPA. Cette synthèse sera communiquée à la CPA, comme contribution de l'AFP au contenu définitif de ce Programme.

Le Bureau politique a, par ailleurs, évoqué la tenue, à Dakar, dans la journée du samedi 23 septembre 2006, d'un séminaire du Mouvement National des Jeunes pour le Progrès (MNJP) qui sera consacré à la crise du système éducatif sénégalais et à la problématique de l'emploi des jeunes et du phénomène de l'émigration dite clandestine des jeunes en direction de l'Europe. Ce séminaire se tiendra à l'initiative des jeunes de l'AFP et l'importance qu'il revêt, dans le contexte actuel, a été souligné par la direction du parti.


Fait à Dakar, le 21 septembre 2006 

Le Bureau politique de l'AFP