COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Vendredi 18 septembre 2009

 

L'essayiste Mody Niang, patriote engagé au service de son peuple, membre du Directoire des Assises Nationales, auteur de plusieurs ouvrages et de nombreux articles sur la mal gouvernance des pseudo-libéraux, a été convoqué, hier jeudi 17 septembre 2009, à la Division des Investigations Criminelles (DIC) où il a été retenu en otage pendant toute une journée.

Le prétexte, c'est une déclaration faite par notre compatriote à l'occasion d'une conférence organisée par les cadres de l'AFP, conférence au cours de laquelle M. Niang a passé en revue nombre de dossiers parasités par l'opacité, en insistant tout particulièrement sur la gestion calamiteuse de l'ANOCI. Manifestement victime d'un complot, où des comparses de divers horizons sont entrés en action, notre compatriote Mody Niang est en réalité poursuivi pour l'ensemble de son œuvre qui met à nu le bilan peu glorieux de Maître Abdoulaye Wade et de son régime, où les scandales sont tellement nombreux qu'ils peuvent paraître banals. Pour le pouvoir actuel, il s'agit donc de mettre fin à la construction et à la préservation d'une mémoire qui dérange.

La tentation totalitaire qui habite les tenants du régime s'est illustrée depuis plusieurs années, notamment à travers l'arrestation arbitraire d'hommes politiques, de journalistes, d'hommes d'affaires jugés peu dociles, la censure illégale exercée sur des livres et des films, le chantage sur des libraires à qui l'on interdit la vente d'ouvrages susceptibles de gêner les tenants du pouvoir, l'interdiction des marches et le bannissement de fait de citoyens sénégalais. Bref, le projet liberticide est confirmé aujourd'hui par le harcèlement inacceptable dont M. Mody Niang est en train de faire l'objet. Et c'est le Président de la République lui-même qui serait intervenu pour que M. Niang puisse rentrer chez lui, au milieu de la nuit. Aujourd'hui encore, il a été convoqué à la D.I.C.

Au vu de ces faits graves, il apparait clairement que le régime de Me Wade est en train de construire un projet politique qui s'inscrit résolument dans la confiscation des libertés, dans l'ignorance des Droits des Sénégalais et dans la régression démocratique, soubassement d'une volonté morbide de conservation d'un pouvoir illégitime et destructeur pour les populations et pour notre pays.

Face à cette entreprise diabolique qui constitue le lit de toutes les aventures vers l'abîme connu par nombre de pays du Tiers-monde, les patriotes sénégalais doivent se donner la main et construire solidairement un contre-projet politique populaire, au service de l'intérêt général, en adéquation avec les acquis historiques, les ambitions légitimes du Sénégal et le momentum qui nous interpelle.

Au-delà de la lutte ponctuelle contre des actes illégaux du régime de Me Wade, comme la convocation de M. Niang à la D.I.C., le Bureau politique de l'AFP réitère son engagement irréversible au service de la surpriorité, c'est-à-dire, sauver notre pays et notre peuple des serres des prédateurs impénitents, en se hissant à la hauteur des enjeux, des vrais enjeux, loin des gesticulations intempestives et des actes d'intimidation répétés des services de l'Etat, à des fins politiques.

C'est la raison pour laquelle, le Bureau politique de l'AFP condamne l'interpellation de M. Mody Niang, lui manifeste toute sa solidarité et invite l'ensemble des formations de l'opposition démocratique, des associations de la société civile et tous les démocrates de notre pays à faire pièces, avec détermination et clairvoyance, au rêve monstrueux des fascistes aux pieds d'argile, qui ont pour folle ambition de réduire en esclavage les Sénégalais, afin de pouvoir continuer à piller en toute impunité les ressources nationales.

Dans son entreprise anti républicaine consistant à transformer la DIC en police politique au service d'un régime impopulaire, le pouvoir en place échouera comme hier la SAVAK en Iran, la PIDE au Portugal, la DINA au Chili, la STASI dans l'ex-République Démocratique Allemande.

Le peuple debout sera toujours le rempart indestructible contre l'incompétence, la mal gouvernance et toutes les forfaitures d'une camarilla animée par ceux qui ont été incapables de traduire en actes les aspirations exprimées par les Sénégalais, le 19 mars 2000.



Fait à Dakar, le 18 septembre 2009 

Le Bureau politique de l'AFP