DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 18 septembre 2007

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le mardi 18 Septembre 2007,  à la permanence du Parti, sous la présidence de Monsieur Moustapha Niasse, autour de l’ordre du jour suivant : 

1.       Situation nationale

2.       Vie du Parti 

Le Bureau politique a examiné la situation nationale toujours caractérisée par les conséquences néfastes des choix du gouvernement de Maître Wade, qui s’obstine à faire semblant de vivre dans un Sénégal virtuel, où toutes les difficultés imposées aux populations s’estompent miraculeusement. Le temps du pouvoir actuel n’est ni celui de la République, ni celui des Sénégalais confrontés avec les urgences du moment. La priorité de Maître Wade aujourd’hui, c’est l’organisation de la dévolution du pouvoir, selon des schémas conformes aux intérêts d’un groupe privé très inquiet pour son avenir. Dans ce contexte, une Déclaration de Politique Générale ne peut être qu’un leurre de plus, pour tenter de faire rêver et mettre le voile sur la dure réalité quotidienne, aggravée par le manque de perspectives. C’est sous cet angle qu’il convient de percevoir l’annonce, par Maître Wade,  des 7 TGV dans les quatre prochaines années. En passant sous silence ce projet, le Premier ministre montre bien qu’il est là pour gérer  le désordre. 

Aujourd’hui, les Sénégalais, dans le monde rural comme dans les villes, continuent de se livrer à leur combat pour la survie, dans la dignité. Tenaillé par la faim, le monde rural attend vainement les secours d’urgence, pendant que le gouvernement s’adonne à son jeu favori, avec un bavardage qui ressemble à une dissertation médiocre sur la sémantique. Famine ? Disette ? Le plus important c’est la réaction immédiate, pour sauver des vies humaines, notamment les enfants et les personnes âgées. Tout le reste relève de la futilité à laquelle le gouvernement de Maître Wade a habitué les Sénégalais et tous les observateurs. 

Les urgences se situent également dans le panier de la ménagère, les inondations meurtrières et la rentrée des classes qui est toujours placée sous le signe de la tension, malgré les promesses du gouvernement, qui répugne toujours à traiter le problème de l’Ecole Sénégalaise à partir d’une approche globale. 

Mais le régime de Maître Wade ne se contente pas de faire la sourde oreille, face à la gravité de tous ces problèmes. Il continue de verser dans un affairisme où l’intérêt général n’est pas une préoccupation majeure. La mal gouvernance vient de frapper, encore une fois, avec l’octroi de la troisième licence de téléphonie à la société soudanaise  SUDATEL, sur des bases essentiellement mercantilistes, avec un montant de cent milliards de francs CFA déclarés. Le comble, ce sont les félicitations du Conseil des Ministres adressées à des tierces personnes qui, dans une République respectable, n’ont rien à faire avec ce genre de transactions. En l’occurrence, les services compétents en ont été soigneusement écartés. 

Le Bureau politique de l’AFP condamne énergiquement ce nouvel acte de mal gouvernance qui prolonge une longue liste où l’on trouve pêle-mêle les ICS, les ordures, la SENELEC et les prétendus grands travaux du Chef de l’Etat. 

A propos desdits grands travaux, l’évolution très lente des chantiers ouverts dans l’incohérence totale et l’emprunt obligataire de 75 Milliards de FCFA ont fait fondre, comme neige au soleil, les mensonges d’Etat qui ont présidé, depuis le début, à leur conception et à leur exécution, dans des conditions où l’opacité et l’incompétence sont les deux constantes. Le spot publicitaire relatif à l’emprunt obligataire est un aveu de taille, dans la mesure où le pouvoir actuel justifie sa démarche par les besoins de financement des travaux.  Où sont donc passés les financements arabes tant claironnés, et qu’on a voulu lier, de manière abusive, à la tenue du Sommet de l’OCI, en 2008 ? Evidemment, le trésor public, déjà rudement éprouvé par le train de vie dispendieux de l’Etat, ne pouvait continuer durablement à financer des chantiers, dans des conditions peu orthodoxes. 

Abordant le 2ème point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a adressé ses vives félicitations au Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse qui, lors du Séminaire consacré aux Commissaires Politiques, le dimanche 09 Septembre 2007, a introduit et animé de main de maître les travaux, qui ont été un grand moment d’échanges, en toute démocratie et dans la clarté. Le Bureau politique a adressé également ses félicitations à tous les participants et aux organisateurs, qui ont travaillé dans la rigueur, pour atteindre les objectifs fixés. Ce séminaire ouvre de nouvelles perspectives sur le chemin de l’Alliance des Forces de Progrès, qui poursuivra son combat non négociable pour la défense de l’intérêt général et la résistance contre les prédateurs illégitimes, qui n’ont pu poursuivre leurs actions néfastes qu’à la faveur de fraudes électorales massives.  

Le combat continue ! 

Le Bureau politique invite tous les responsables du parti à s’investir régulièrement à la base, aux côtés des populations. 

Le Secrétaire Général du parti, Moustapha Niasse, a donné le ton, en visitant treize (13) localités du département de Nioro en trois (03) jours. 

La vérité et la vertu l’emporteront sur le pouvoir maléfique  du vice.

Fait à Dakar, le 18 septembre 2007 

Le Bureau politique de l'AFP