Communiqué du Bureau politique de l'AFP
Jeudi 17 février 2005

 

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le jeudi 17 février 2005, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, autour de l’ordre du jour suivant :

situation nationale; vie du parti, Le Bureau politique a analysé les pratiques récurrentes du régime actuel obnubilé par sa volonté d’élargir ses bases pour faire face au profond mécontentement populaire. Après les enveloppes clandestines, puis régularisées, octroyées aux fonctionnaires de l’Administration territoriale, voilà que les émoluments des Maires sont multipliés par dix. Toute cette distribution inéquitable de l’argent public s’effectue au moment où les travailleurs, à l’image des populations laborieuses du monde rural, peinent à subvenir à leurs besoins essentiels. Cette injustice caractérisée provoque des réactions légitimes dans tout le corps social, avec le risque de blocage des secteurs importants pour la vie de notre nation.

C’est la raison pour laquelle le Bureau politique de l’AFP, tout en condamnant les réflexes démagogiques du pouvoir en place, exprime sa solidarité aux Syndicats de l’éducation, de la santé et des travailleurs municipaux, dont les membres sont victimes d’une politique qui est aux antipodes des promesses du 19 mars 2000. La création de la CADAK, qui va bénéficier de subventions exorbitantes de l’Etat, est une expression de plus des incohérences de Me Wade, qui avait personnellement décidé de dissoudre la Communauté Urbaine de Dakar. Il semble évident que la décision créant la CADAK cache une volonté programmée d’effectuer des recrutements, au profit du PDS, de militants et sympathisants de ce parti. A cet égard, la priorité devrait être accordée aux anciens travailleurs de l’ex-CUD, dont les droits n’ont pas encore été totalement réglés. Le Bureau politique de l’AFP a également évoqué les déclaration d’un syndicat de la SONATEL dans la presse locale, concernant les velléités du pouvoir en place de s’intéresser, pour les prochaines élections, à une partie de l’argent de cette société. Le Bureau politique de l’AFP engage le gouvernement à mener des négociations sérieuses avec les syndicats, pour éviter des perturbations préjudiciables aux populations. En effet, le blocage de secteurs sociaux clés est susceptible d’éprouver davantage les Sénégalais exsangues, à force de subir les choix extravagants et inconsidérés d’une équipe notoirement incompétente. Par ailleurs, le Bureau politique de l’AFP s’est penché sur les derniers développements relatifs à l’état de notre démocratie et sur le processus électoral. L’arrêt du Conseil constitutionnel sur la loi Ezzan multiplie les interrogations des Sénégalais sur les mobiles d’une initiative censée apaiser les esprits, alors qu’elle menace dangereusement la cohésion sociale, la République et la démocratie. Le Bureau politique de l’AFP engage tous les démocrates, toutes les femmes et tous les hommes épris de justice et de paix, qui croient aux valeurs immuables, à poursuivre le combat contre une monstruosité inacceptable, qui consacre la régression démocratique de notre pays.

Dans le même ordre d’idées, le Bureau politique de l’AFP exhorte le pouvoir en place à tirer les conséquences du consensus fort relatif à l’avant-projet de loi portant création de la CENA. Mais, cette Institution n’est qu’un élément du triptyque de l’organisation des élections, à côté de la justice et de l’administration. Les louvoiements interminables du gouvernement à propos de la refonte totale du fichier et des modalités des inscriptions sur les listes électorales, expriment une volonté de fraude sans précédent, pour contourner la volonté populaire, qui s’était librement exprimée le 19 mars 2000. En outre, la vigilance s’impose face à la volonté affichée du pouvoir en place de biaiser le financement des partis, annoncé à grande pompe pour 2005, et le refus pernicieux de délivrer gratuitement la carte d’identité numérisée, malgré le souhait de toute la classe politique. L’AFP poursuivra, résolument, avec tous les démocrates, le combat pour imposer au pouvoir en place l’organisation d’élections libres, sincères et transparentes.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a apprécié les rencontres de la Direction du parti avec les régions de Louga, Diourbel, Matam ainsi que le département de Kanel. Le Bureau politique a adressé ses vives félicitations aux responsables et militants de l’AFP de ces localités, pour leur participation de qualité à ces séminaires de méthode et mise à niveau. Les travaux ont permis de constater la détermination des camarades à resserrer les rangs et à continuer d’accueillir, avec esprit d’ouverture, les nombreux Sénégalais qui ont décidé de mener, avec notre parti, la lutte pour la prise en compte des préoccupations réelles des populations. Le Bureau politique exprime sa satisfaction devant cette dynamique conquérante, qui est loin des manipulations auxquelles se livre le pouvoir, pour faire croire que son inqualifiable supermarché de la transhumance affecte la marche de notre parti.

Le Bureau politique a également adressé ses vives félicitations à M. Mor Dieng, Coordonnateur de l’ANCP, et à tous les cadres du parti, qui ont organisé, le 16 février 2005, une cérémonie de vœux en l’honneur du Secrétaire Général du parti, M. Moustapha Niasse, cérémonie qui a connu un succès éclatant. Au-delà des convenances protocolaires, cet événement a été un moment fort qui a permis au Secrétaire Général de dresser le bilan catastrophique du gouvernement de Me Wade, tout en réaffirmant l’actualité de la Déclaration du 16 juin 1999 et celles des résolutions du premier Congrès ordinaire de l’AFP, qui s’est tenu les 1er et 2 mars 2003.

 

 

Fait à Dakar, le 17 février 2005

Le Bureau politique de l'AFP