DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mercredi 17 juillet 2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 17 juillet 2007, sous la présidence de M. Madieyna Diouf, Coordonnateur national, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, en mission, autour de l'ordre du jour suivant :

1. vie du Parti ;
2. situation nationale.

Le Bureau politique de l'AFP a, tout d'abord, tenu à exprimer sa très vive préoccupation, face au harcèlement dont fait l'objet la Rencontre Africaine des Droits de l'Homme (RADDHO), notamment à travers la surveillance policière de son siège et les convocations intempestives de son Secrétaire général, M. Alioune Tine. Ces agissements graves qui ciblent une organisation des droits de l'Homme participent d'un plan global de musellement des libertés aux fins de baliser le chemin diabolique d'une succession monarchique irrémédiablement vouée à l'échec. Les hommes politiques, les journalistes, les écrivains ont déjà subi la violence d'Etat arbitraire mue par des intérêts privés, sans pour autant renoncer aux droits que leur confère la Constitution.

Le réflexe totalitaire du pouvoir actuel s'est également clairement exprimé à travers la pseudo séance solennelle de l'Assemblée nationale, qui a donné l'occasion à l'Exécutif de faire des recommandations quasi comminatoires au pouvoir législatif. Les masques sont tombés. On ne prend même plus des précautions élémentaires, pour fouler au pied la séparation des pouvoirs.

C'est dans ce contexte où se déroule le complot contre notre démocratie, que le monde rural continue son chemin de croix que lui impose le régime de Me Wade depuis sept années. Les poches de disette se multiplient à travers le territoire national, sans que le gouvernement ne daigne mettre en place, en urgence, les vivres de soudure pour éviter le développement de la tragédie silencieuse.

En ce qui concerne le bétail, il subit les contrecoups du déficit pluviométrique qui n'a pas permis le renouvellement du tapis herbacé. Comme la paille d'arachide se fait rare, à cause de la chute vertigineuse de la production arachidière provoquée par la mauvaise qualité et l'insuffisance des semences, les prix sont hors de portée pour les éleveurs.

Pour sauver l'économie rurale et ses acteurs, le Bureau politique de l'AFP exige des tenants du pouvoir des mesures urgentes pour porter assistance aux paysans et aux éleveurs en mettant fin à la gabegie et en distribuant des vivres de soudure et des aliments de bétail, sans procéder au chantage habituel inqualifiable.

Ces mesures sont d'autant plus indispensables que la flambée généralisée des prix continue de plus belle, malgré les promesses anesthésiantes du pouvoir actuel qui se réfugie dans des justifications convoquant des facteurs extérieurs. L'augmentation des prix du super à 737 F et du gasoil à 583 F constitue une fuite en avant, car le gouvernement sait très bien que ces hausses répétées ont des récurrences sur le coût du transport et des produits, notamment des denrées de première nécessité. Pour toutes ces raisons, et eu égard à l'arrogance du régime de Me Wade ferré au train de vie débridé de l'Etat, le Bureau politique de l'AFP exprime sa solidarité aux travailleurs et les encourage à organiser la résistance à travers leurs organisations syndicales.

Au lendemain de la recapitalisation bruyante des ICS, ces encouragements sont adressés tout particulièrement aux travailleurs de cette unité industrielle qui a fait l'objet d'un pillage téléguidé, dont les conséquences se reflètent dans les capacités de négociations quasi-nulles. Aujourd'hui, les faits sont constants. Les ICS, naguère fleuron de notre industrie, qui faisaient des bénéfices, sont en 2007, sous perfusion. Avec nos pseudos libéraux, l'Etat qui contrôlait 47 % des parts, n'en détient plus que 10 % et de multiples garanties et facilités sont octroyées à IFFCO.

Le Bureau politique de l'AFP estime que les responsables de cette forfaiture doivent répondre devant les Cours et Tribunaux, au lieu de plastronner en se délectant des éloges indus des courtisans prompts à leur décerner un satisfecit aux antipodes de leurs multiples crimes économiques.

Ce sont les mêmes intérêts occultes qui sont le soubassement de la loi sur la zone spéciale de Diamniadio et de la loi portant privatisation de l'APIX, qui ont été votées subrepticement et avec un nombre réduit de députés. Le Bureau politique de l'AFP condamne énergiquement l'exécution programmée de l'Offre Publique d'Achat sur le Sénégal.

Abordant le dernier point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a fait le point de la distribution des cartes du parti aux délégations départementales et a pris la décision d'organiser un séminaire à l'intention des Commissaires politiques, pour leur permettre de mener à bien leur mission, dans l'esprit et la lettre des textes en vigueur.


Fait à Dakar, le 17 juillet 2007 

Le Bureau politique de l'AFP