Communiqué de la réunion du Bureau politique de L'AFP 

Jeudi 16 novembre 2006

 


Le Bureau politique de l'Afp s'est réuni le jeudi 16 novembre 2006, sous la présidence de M. Madieyna Diouf, Secrétaire national chargé de la Coordination des activités du Parti, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, en mission, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale;
2. vie du Parti .

Le Bureau politique a procédé à des échanges profonds sur la situation nationale caractérisée par une malgouvernance, dont les conséquences n'épargnent aucune couche de la population et aucun secteur d'activités. Les tensions inopportunes sur les finances publiques ont de graves répercussions dans le monde rural et chez les salariés. L'effritement des valeurs n'épargne pas le fonctionnement des institutions, y compris le pouvoir judiciaire dont l'image avait déjà été sérieusement écornée par un gros scandale.

L'AFP dénonce avec véhémence le dit " protocole de Rebeuss ".
Dès lors que la République s'affiche, par essence vertueuse, l'AFP estime que le peuple sénégalais a droit d'être édifié sur cette ténébreuse affaire.

Les paysans sénégalais, quant à eux, ne se sont pas remis de l'épreuve consécutive à la mort programmée de la filière arachidière. La succession de campagnes de commercialisation désastreuses semble interminable, la fixation du prix de l'arachide à 105 francs par le CNIA suscite des interrogations, quant à la volonté et la capacité de l'État à maintenir le prix au producteur à 150 f, par le biais de la subvention.

Dans le monde du travail, la fuite en avant du gouvernement, à travers la nomination illégale d'un directeur général à l'Ipres, et ressentie comme une véritable provocation que les syndicats ne sauraient laisser passer. En plus, une menace certaine plane sur le système éducatif, avec le mode de gestion des conflits choisi par le gouvernement, qui se réfugie dans le dilatoire. Le Syndicat des Travailleurs de la Justice (Sytjust), dénonce la même tare.

Mais le phénomène devient plus grave pour la paix civile quant il engendre des réactions violentes des populations villageoises comme urbaines. A l'Université Cheikh Anta Diop, les évènements qui se sont déroulés dans la nuit du 15 au 16 novembre ajoutent au climat délétère, dans un contexte de dysfonctionnements de toutes sortes.

Au-delà de ces tensions sectorielles, les hausses continuent de peser sur le panier de la ménagère, en accélérant la paupérisation des plus démunis. Le gouvernement doit assumer ses responsabilités et mettre fin à la disparité des hausses du prix du pain, en prenant une décision claire après les négociations avec les boulangers. En ce qui concerne le gaz, l'électricité et le carburant, non seulement les prix grimpent, mais le pays n'est pas à l'abri des délestages et des pénuries.

Le Bureau politique de l'Afp invite les tenants du pouvoir à traiter avec diligence tous ces dossiers qui affectent profondément l'économie de notre pays et la vie quotidienne des populations.

En ce qui concerne le processus électoral, le Bureau politique déplore, une fois de plus, le non respect du chronogramme annoncé par le Ministère de l'Intérieur, qui n'a pas daigné publier les listes provisoires. Par ailleurs, l'acceptation par le chef de l'Etat du principe de l'audit du fichier est un pas vers l'apaisement. A présent, il convient d'éviter toute discussion inopportune sur les termes de références proposés par l'opposition. Les inscriptions multiples, comme celles des étrangers doivent être nettoyées, pour fiabiliser le fichier, dans des délais qui permettent le respect du calendrier électoral. L'organisation d'élections régulières et transparentes est le premier pas vers le maintien de l'ordre public.

Par ailleurs, les problèmes liés à la sécurité dans les villes et dans les campagnes doivent faire l'objet d'une plus grande attention de la part du gouvernement. Le Bureau politique de l'Afp estime qu'il est temps de traiter en priorité la recrudescence des actes de grand banditisme jusqu'ici ignorés dans notre pays. Dans les zones frontalières, il convient d'augmenter les effectifs de la gendarmerie et d'améliorer sa logistique.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l' Afp a adressé ses vives félicitations aux coordinations régionales de Dakar, Fatick , Kaolack et Kolda qui ont tenu leurs assemblées générales respectives, conformément à la feuille de route du Parti, en direction des grands rendez-vous républicains.


 


Fait à Dakar, le 16 novembre 2006 

Le Bureau politique de l'AFP