DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mercredi 16 mai 2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mercredi 16 mai 2007, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale ;
2. vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP a consacré un examen attentif à l'évolution du niveau de vie de plus en plus difficile des Sénégalais dans les villes comme dans les campagnes. La morosité ambiante qui prévaut dans le pays n'empêche pas le gouvernement de Me Wade de continuer sa fuite en avant, sans se soucier des interrogations, des frustrations et des aspirations des Sénégalais.

A cet égard, le train de vie de l'Etat demeure une source sérieuse de préoccupations. La création du Sénat, malgré les engagements pris par Me Wade face aux Sénégalais - et qui de surcroît en nomme les 65 membres sur les 100 - vient s'ajouter à la longue liste de mesures impopulaires : la création de cette Institution hybride qu'est le Conseil de la République pour les Affaires Economiques et Sociales (CRAES), un gouvernement de plus de 40 membres accompagnés de dizaines de Ministres - conseillers, l'augmentation du nombre des députés, l'affaire de la réfection de l'avion de commandement, les centaines de contrats en faveur de la clientèle du PDS.

Ce train de vie teinté d'insouciance coupable est naturellement en contraste évident avec la flambée de prix qui affecte les ménages, sans oublier les pénuries et les délestages, dont les conséquences sont dramatiques pour l'économie nationale et les populations. Non seulement, l'activité est au ralenti, avec le blocage de la production industrielle, mais les hôpitaux et les équipements scolaires subissent des dysfonctionnements préjudiciables à l'accomplissement de leurs missions.

Cette distribution irrégulière de l'énergie menace également des milliers d'emplois générés par de petites entreprises, qui n'ont pas toujours les moyens d'acquérir des groupes électrogènes. Pour toute réponse à cette situation insupportable, les tenants du pouvoir donnent un énième rendez-vous aux Sénégalais dans trois mois, après la succession de délais auparavant annoncés et jamais respectés.

Dans un tel contexte, il est tout à fait normal que les secteurs les plus organisés de la société aient engagé la lutte pour faire face à un gouvernement dont l'attitude conditionnée par le réflexe totalitaire au sommet de l'Etat, frise le mépris et mène à la violence gratuite.

C'est le cas de la marche pacifique, à Ziguinchor, de l'Intersyndicale des Enseignants, dont les femmes ont subi de graves brutalités policières, qui ne sont que les prolongements des menaces que le Ministre de l'Intérieur avait proférées, naguère, depuis la tribune de l'Assemblée Nationale. La sécurité des Sénégalais et les passeports des citoyens qui en ont un besoin pressant ne sont guère une priorité pour les tenants du pouvoir, qui s'emploient plutôt à organiser la régression démocratique.

Le Bureau politique de l'AFP condamne avec la plus grande énergie la banalisation de la violence d'Etat, de la part d'un régime qui prétend mettre au pas les Sénégalais, en leur déniant tous les droits que leur reconnaît la Constitution de notre pays. C'est pourquoi le devoir de résistance incombe à tous les démocrates et à tous les patriotes, combat dans lequel l'AFP est plus que jamais décidée à consolider son engagement.

Abordant le dernier point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a adressé ses vives félicitations au Secrétaire général, M. Moustapha Niasse, qui vient de participer, avec brio, au Forum d'Abidjan sur l'avenir du partenariat Europe Afrique, organisé par la Fondation Nationale des Sciences Politiques et par la Délégation de l'Union Européenne à Abidjan. A cette occasion, M. Moustapha Niasse a présenté une communication sur le thème "La construction de l'Union Européenne et l'Intégration économique africaine". En plus, il a été désigné pour prononcer l'allocution de clôture, en même temps que le Ministre de l'Economie et des Finances de la Côte d'Ivoire. Ce Forum, qui avait été ouvert par le Premier Ministre Guillaume Soro, a vu la participation d'éminents intellectuels et experts d'Europe et des pays africains, ainsi que des représentations diplomatiques et des Institutions d'appui au développement.


Fait à Dakar, le 16 mai 2007 

Le Bureau politique de l'AFP