Communiqué de la réunion du Bureau Politique de l'AFP

Jeudi 15 janvier 2007

 

Le Bureau politique de l'Alliance des Forces de Progrès s'est réuni le jeudi 15 janvier 2007, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;
2. Vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP, au cours de cette réunion, a procédé à l'évaluation des opérations d'investiture des candidats du parti sur la liste commune de la Coalition " Alternative 2007 " et au niveau des circonscriptions électorales départementales, dans la perspective des élections présidentielle et législative du 25 février 2007.

A cet égard, le Bureau politique de l'AFP s'est félicité de l'esprit d'organisation et de méthode qui a caractérisé ces opérations aussi bien dans les instances de base du parti que sur les listes nationales, partagées avec les partis membres de la Coalition " Alternative 2007 ".

De même, le Bureau politique de l'AFP a salué le choix que cette coalition a porté sur la personne du Secrétaire Général du parti, M. Moustapha Niasse, comme candidat pour l'élection présidentielle. Les faits étant sacrés, dans la vie tout court comme dans toute évolution dans l'espace politique, pour relever les défis et tous les défis, ce choix révèle, encore une fois, la justesse de l'idéal au service duquel l'AFP s'est mise, sans exclusive, depuis 1999, dans la défense et dans l'illustration des valeurs qui ont toujours fait la force de la société sénégalaise, à savoir le joom, la kersa, le mandu et la générosité.

C'est à l'aune de ces valeurs que l'AFP mesure l'ampleur et l'importance des enjeux qui fondent son engagement, aux côtés du Peuple sénégalais, pour assumer, avec lui, le destin de tout un pays, aujourd'hui confronté à de multiples difficultés dues à une politique de malgouvernance et de comportements marqués du sceau de l'illégalité et de la prédation, depuis près de sept années.

C'est dans le même esprit que le Bureau politique de l'AFP a voulu inviter, avec force, tous les patriotes sénégalais, à quelque niveau qu'ils se situent, à se mobiliser pour veiller à ce que le calendrier électoral soit scrupuleusement respecté et à ce que les élections à venir se déroulent dans la transparence, dans la régularité et sous le contrôle contradictoire de tous les acteurs politiques concernés.

C'est la raison pour laquelle, le Bureau politique de l'AFP considère comme la manifestation, une de plus, des manœuvres entreprises par le pouvoir pour détourner la volonté populaire, la décision qui a conduit au report, sine die, des élections législatives, au motif que le décret répartissant les postes de député entre les circonscriptions électorales venait d'être annulé par un arrêt du Conseil d'Etat.

L'absence de fondement juridique du contenu de ce décret avait été dénoncée depuis plusieurs semaines, par l'AFP et par l'opposition démocratique, la faute relevant de la responsabilité exclusive du Secrétaire Général National du Parti Démocratique Sénégalais, Me Abdoulaye Wade. Deux partis de l'opposition avaient, à ce sujet, introduit un recours pour annulation de ce décret auprès de l'organe juridictionnel compétent.

Le Bureau politique de l'AFP considère que ce dossier, depuis la signature par le chef de l'Etat du décret incriminé jusqu'à l'annonce faite par le ministre de l'Intérieur concernant le report, sine die, des élections législatives, a été inspiré par une volonté manifeste de sabotage du processus électoral. Et l'acte pernicieux a été posé par le pouvoir d'Etat qui cherchait un prétexte pour prolonger les délais fixés pour les élections.

Il est évident que l'Administration sénégalaise est en mesure de corriger les éléments illégaux de ce décret, en utilisant les statistiques démographiques dont elle dispose, pour élaborer, dans des délais très courts, un nouveau décret conséquent, sans que soit modifiée la date du 25 février 2007 qui est celle prévue pour les élections présidentielle et législatives.

Dans cette conviction, le Bureau politique de l'AFP met devant leurs responsabilités le Président de la République, le Ministre de l'Intérieur et le Gouvernement et ne leur reconnaît aucun droit pour, par des faux - semblants, fausser les données du calendrier électoral, par la manipulation des dates ou par tout autre subterfuge. Talonné par des problèmes de survie, le gouvernement ne fait rien pour rassurer les Sénégalais quant à sa volonté et sa capacité d'organiser des élections crédibles, transparentes et avec, comme le dit le Président de la République mais sans y croire, " zéro contestation ".

Car, aujourd'hui, la lenteur qui est déplorée dans la distribution des cartes d'électeurs, dans les régions, crée l'angoisse et occasionne des questions demeurées encore sans réponse, sur les motivations véritables de ce lourd handicap. Il ne fait aucun doute que si cette situation perdure, le préjudice qui en résultera empêchera de nombreux citoyens de voter, ce qui, véritablement, est le but recherché par le pouvoir en place. En tout état de cause, quel que soit le cas de figure, l'AFP tient pour illégal tout acte tendant à fixer de nouvelles échéances contraires aux dispositions de la Constitution.

Le Bureau politique, à l'entame de sa réunion, a observé une minute de silence à la mémoire du Juge Kéba Mbaye, à celle du Khalife de la Famille Omaryenne, El Hadj Thierno Mountaga Tall, ainsi qu'à celle de l'Abbé Augustin Diamacoune Senghor, arrachés à l'affection de leurs familles et de leurs amis. Les membres du Bureau politique de l'AFP ont élevé des prières ferventes envers le Seigneur, pour le repos de leurs âmes.

Au terme de ses travaux, le Bureau politique de l'AFP a renouvelé ses encouragements à toutes les militantes et à tous les militants du parti pour qu'ils demeurent mobilisés, pendant la période de la pré-campagne et tout au long de la campagne électorale, pour, ensemble, continuer de défendre le programme de la Coalition " Alternative 2007 ", pour une victoire sans tâche à l'élection présidentielle et à l'élection des députés à l'Assemblée nationale.


Fait à Dakar, le 15 janvier 2007 

Le Bureau politique de l'AFP