Communiqué du Bureau politique de l'AFP
Jeudi 14 juillet 2005

 

        Le Bureau Politique de l’AFP s’est réuni le jeudi 14 juillet  2005 sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du Parti, à l’effet d’examiner l’ordre du jour suivant :

1.       Situation nationale

2.       Vie du parti

Le Bureau politique de l’AFP a examiné, avec attention, le mode de gouvernance de Maître Abdoulaye Wade qui s’ingénie à découvrir, au fil des semaines, des sujets destinés à détourner les Sénégalais de leurs préoccupations vitales et à éviter de traiter, avec sérieux,  les priorités du pays. La dualité, naguère constatée au sommet de l’Etat, avait fortement nui à l’image du Sénégal à l’extérieur. Cependant, les Sénégalais savent bien que tout ce vacarme est le corollaire de la confusion entretenue entre l’Etat et le PDS. Les problèmes du parti au pouvoir parasitent encore la marche de l’Etat et inversement, les dossiers de l’Etat servent à régler les divergences politiques, notamment celles du PDS.

 Pendant que la gouvernance-diversion poursuit son laborieux cheminement, les citoyens continuent de s’interroger, avec lucidité sur le sort du plus grand nombre. Que sont devenues les promesses de plein emploi ? Par quel tour de passe-passe les projets pharaoniques ont disparu des tablettes et des discours anesthésiants de Maître Wade ? Le volumineux répertoire se révèle inopérant. Et c’est la fuite en avant, avec l’annonce de la construction d’un Monument de la Renaissance africaine, dont le montant est évalué à 10 milliards de francs cfa. Qu’importe si les masses paysannes expriment leur souffrance lancinante en supportant dignement les conséquences du démantèlement, par le régime en place, de l’économie rurale ! Qu’importe si les vivres de soudure et les aliments pour le bétail font cruellement défaut ! La gouvernance-diversion se charge d’élaborer un monde virtuel, en manipulant des chiffres et en criant plus fort que tout le monde, en particulier par le biais des médias d’Etat.

 Comme les mots ne guérissent pas les maux, le bilan est bien maigre. Pour le gouvernement de Maître Wade, il est donc compréhensible qu’élection rime avec préoccupation. Les dernières rencontres du Ministre de l’Intérieur avec les partis politiques légalement constitués, notamment avec les formations regroupées au sein de CLARTE NALEER, mettent à nu le blocage programmé du processus électoral, aux fins d’éviter une dévolution transparente et démocratique du pouvoir. Il est inconcevable d’envisager, rien que pour Dakar, l’inscription de 2 Millions d’électeurs, alors que la capitale du Sénégal n’abrite pas plus de 2.400.000 âmes. De surcroît, on ouvre un boulevard pour la manipulation frauduleuse, en déclarant unilatéralement que ces électeurs inscrits à Dakar pourront voter dans la localité de leur choix. Pour mieux assurer ses arrières, on crée 200 commissions d’inscription mobiles dont le travail ne sera pas immédiatement exploité en direction du serveur central. La phase intermédiaire de saisie est une autre occasion pour créer la confusion et l’opacité. En outre, les 174 centres d’instruction de la carte d’identité numérisée doivent être sous contrôle pour éviter de les mettre d’abord au service du PDS. Pour boucler la boucle, le Ministre de l’Intérieur annonce, de manière péremptoire, qu’il n’y aura pas de révision exceptionnelle en janvier et février 2006, révision pourtant prévue dans le chronogramme distribué aux partis, lors du Séminaire du 26 janvier 2005.

 En tout état de cause, le Bureau politique de l’AFP exige le respect scrupuleux du calendrier républicain, conformément à la Constitution, aux lois et aux règlements de notre pays. La République ne saurait s’accommoder de calculs politiciens auxquels se livre, sans état d’âme, un pouvoir aux abois, dont l’unique objectif se résume lamentablement à la conservation des privilèges, sous les lambris. Le Bureau politique de l’AFP considère que tout viol de la charte fondamentale sera  assimilable à un coup de force inacceptable qui légitimerait la résistance organisée de notre peuple.

 Abordant le dernier point de l’ordre du jour, le Bureau politique s’est réjoui de la poursuite des Séminaires de mise à niveau, de méthode, et d’information, dont les conclusions prennent en charge les recommandations du premier Congrès ordinaire de l’AFP, tenu les 1er et 2 mars 2003. Par ailleurs, le Bureau politique a encouragé et adressé ses vives félicitations aux sections de l’extérieur qui ont mis en œuvre un programme de mobilisation et de formation en Afrique, en Europe, en Asie, dans les pays arabes et en Amérique du Nord.

 A cet égard, le Bureau politique a eu le plaisir de recevoir M. Kessita Kandé, responsable de la section de l’AFP d’Aix-Provence Marseille et a tenu à  féliciter cette section pour le succès obtenu, il y a quelques  semaines, par le séminaire organisé, le 24 mai 2005, à Marseille.

 

Fait à Dakar, le 14 juillet 2005

Le Bureau politique de l'AFP