Communiqué du Bureau politique de l'AFP
Jeudi 14 avril 2005

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le 14 avril 2005, sous la présidence de M. Madieyna Diouf, Secrétaire National chargé de la Coordination des Activités du parti, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale
2. Vie du Parti

A l'ouverture de ses travaux, le Bureau politique de l'AFP a observé une minute solennelle de silence, suivie de prières, pour le repos de l'âme de sa Sainteté, le Pape Jean Paul II. Après cet hommage, le Bureau politique de l'AFP a salué la mémoire de l'illustre défunt et a renouvelé ses condoléances à l'ensemble de la communauté chrétienne, aux Prélats de l'Eglise catholique du Sénégal et à tous les fidèles.

Le Bureau politique a ensuite analysé le grand succès qu'a connu, le 12 avril 2005, la marche organisée à Dakar par le CPC, avec la participation du G 10, des autres partis de l'opposition démocratique, des syndicats, de la société civile et des démocrates. Les raisons qui ont conduit à ce grand succès sont, essentiellement, une prise de conscience réelle par le Peuple sénégalais des dangers qui guettent notre pays et des conséquences désastreuses des actes répétés de mal-gouvernance posés par le Gouvernement en place, dans tous les secteurs de la vie nationale. Il y a aussi la parfaite organisation de cette marche et la détermination dont les participants ont fait preuve, malgré les obstacles dressés : le complot et tous les moyens mis en œuvre pour limiter l'envergure de la manifestation, en rendant difficile la mobilité des marcheurs vers le point de ralliement et les provocations inqualifiables, perpétrés par le PDS et ses affidés, qui ont instrumentalisé des nervis. Le but visé était de provoquer des rixes sanglantes, dans l'esprit de la loi EZZAN, qui a dangereusement ouvert la voie à de tels agissements fascistes, dans l'impunité totale.

Dans un tel contexte, le Bureau politique a approuvé la décision des leaders du CPC de ne pas rencontrer le Ministre de l'Intérieur du Gouvernement de Maître Wade, Gouvernement qui, en l'occurrence, a fait preuve d'une médiocrité et d'une irresponsabilité accablantes. Le Bureau politique de l'AFP tient à féliciter tous les patriotes qui ont permis le succès d'une marche démocratique puissante, dont le peuple souverain a été le témoin solidaire.

Par ailleurs, le Bureau politique a évoqué la nouvelle affaire concernant le détournement d'objectifs perpétré tout récemment par le Gouvernement, sur un financement de 3,2 milliards CFA octroyé par l'Union Européenne, dans le cadre du soutien au monde agricole. A cet égard, et malgré les dénégations et autres mises aux points du pouvoir en place, les déclarations de l'Union européenne elle-même sont suffisamment éloquentes, dans leur criante vérité. Le plus grave, c'est que si, à la date du 30 juin 2005, le gouvernement ne rembourse pas, les 3,2 milliards CFA utilisés vers d'autres directions, le reste du programme, dont le financement a un volume autrement plus important, risque d'être annulé. Une telle conséquence, dont le Gouvernement porterait l'entière responsabilité, compromettrait sérieusement la mise en œuvre des mesures prévues par l'Union européenne, pour soutenir la filière arachidière, le secteur de la pêche et les politiques agricoles, en général, dans des délais qui portent une urgence avérée.

Toutes ces turpitudes illustrent à suffisance, les méfaits d'une politique de mal-gouvernance reposant sur la culture de la dissimulation, de la manipulation, du farniente, de la violence, de l'approximation et de l'incompétence

Ces constats sont partagés par d'autres forces politiques soucieuses de l'avenir de notre pays. A cet égard, le Bureau politique, à l'unanimité de ses membres, a approuvé l'esprit et le contenu du document publié, le jeudi 7 avril 2005, à Dakar, par le LD/MPT et l'AFP, à l'issue de leur rencontre autour des urgences nationales, aux plans politique, économique et social , sous le rapport des atteintes portées de plus en plus fréquemment aux droits des citoyens. Le Bureau confirme l'adhésion du parti au processus engagé par les démocrates sénégalais, tous choix idéologiques confondus, pour organiser le peuple et remporter, dans la transparence, les prochaines élections législatives et les présidentielles. Et cela en dépit de l'opacité dans la gestion du dossier du processus électoral, malgré les atermoiements et les retards organisés à des fins inavouables.

Enfin, abordant la vie du parti, le Bureau politique de l'AFP a fait le point sur les différents modules du séminaire national sur le système et le processus électoral qui doit se tenir le samedi 16 avril 2005, à Saint-Louis. Il recommande une bonne organisation de cette importante manifestation qui participe du dispositif de la surveillance du processus électoral.

 

 

 

Fait à Dakar, le 14 avril 2005

Le Bureau politique de l'AFP