DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 13 novembre 2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 13 novembre 2007, sous la présidence de M. Coumba Ndofféne Bouna Diouf, Secrétaire national, chargé des Relations avec les Syndicats, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, en mission, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale;
2. vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP a procédé à des échanges approfondis sur la situation du Sénégal en prise avec l'incompétence pseudo-libérale au pouvoir. Tel un bateau à la dérive, notre pays tangue dangereusement au milieu d'innombrables écueils que le capitaine en place est incapable d'éviter, pris qu'il est dans le tourbillon de la fuite en avant parsemée de scandales, de gaspillages, de tâtonnements et de mesures improductives. Après huit ans de pressurisation du peuple accompagné d'un verbiage qui s'est voulu anesthésiant, voilà qu'arrive l'heure de vérité, avec une réalité éblouissante comme le soleil de midi : le Sénégal va mal, les Sénégalais sont exténués et inquiets. Au-delà des enjeux politiques à court terme, c'est bien la paix civile et la stabilité de notre pays qui sont en cause.

Le Bureau politique de l'AFP invite Maître Abdoulaye Wade à appréhender l'ampleur du désastre et à se départir de ses petits calculs à courte vue, pour tenter de se hisser résolument à la hauteur des impératifs de l'heure.

Il s'agit de prendre son courage à deux mains, de faire avec lucidité l'état des lieux de notre économie qui est à deux pas du précipice. Après l'effondrement du système productif du monde rural, après le bradage suspect et la mise en faillite de nos principales unités industrielles, des fissures visibles apparaissent au grand jour dans la structure des finances publiques qui n'arrive plus à supporter les errements d'un régime qui pensait que le 19 mars 2000 était le point de départ d'une grande fête foraine qui durerait un demi siècle.

Aujourd'hui, l'image négative à tous points de vue que renvoie notre pays est la conséquence logique d'une mal gouvernance intégrale qui n'épargne aucun secteur d'activités, tout en ternissant gravement la démocratie sénégalaise, que tous les observateurs avaient considérée comme un acquis définitif avant l'avènement de Me Wade. La Constitution de janvier 2001 que les Sénégalais avaient massivement approuvée est foulée quotidiennement au pied par les tenants du pouvoir qui mettent leurs préoccupations immédiates au-dessus de notre Texte fondamental. Le régime actuel ignore un principe élémentaire des démocraties modernes, à savoir la séparation des pouvoirs, dans le plein respect de leurs prérogatives. Dans le Sénégal de Me Wade, l'indépendance de la Justice est gravement remise en question et les libertés fondamentales sont menacées. Comme dans les régimes dictatoriaux de sinistre mémoire du 20è siècle, il existe aujourd'hui, au Sénégal, une véritable police politique qui a rétabli le délit d'opinion. La violence d'Etat est au service d'une association privée qui ignore avec arrogance l'égalité des citoyens devant la Loi. Les Sénégalais vivent avec inquiétude la montée des périls, devant l'aveuglement suicidaire d'un pouvoir qui se raidit, face à la résistance de plus en plus déterminée de larges forces politiques et sociales qui ont décidé de mettre fin à l'arbitraire, à la monarchisation de la République.

Le Bureau politique de l'AFP engage le pouvoir actuel à respecter, pendant qu'il est encore temps, la lettre et l'esprit de notre Constitution et à tenir compte des véritables priorités face à la flambée des prix et à la paupérisation subséquente de la majorité des Sénégalais. Il doit être mis fin à la diversion, à la trop longue diversion autour d'interminables querelles au sein du Parti au pouvoir, qui sont en train de prendre une tournure inquiétante avec l'incendie criminel d'un domicile. Les coupables et les commanditaires doivent être recherchés sans complaisance et punis conformément à la Loi.

Il est temps que le gouvernement de Me Wade s'emploie à préserver la sécurité des citoyens et la sécurité nationale. Les importantes quantités de drogue saisies depuis quelques temps au Sénégal montrent bien que notre pays risque de se transformer en plaque tournante du trafic international de stupéfiants.

Au vu de ce tableau peu reluisant, il n'est pas étonnant de voir le Sénégal occuper le bas du classement quand il s'agit de l'environnement des affaires. Le Bureau politique de l'AFP invite le gouvernement de Me Wade à s'employer à promouvoir des politiques plus vertueuses, au lieu de contester, avec une mauvaise foi manifeste, une vérité universellement reconnue, qui fait apparaître le Sénégal comme un pays peu attractif pour les investisseurs.

Dans le même ordre d'idées, précisément en ce qui concerne le dossier de l'ASECNA, le Bureau politique de l'AFP invite le gouvernement de Maître Wade à ne pas se laisser submerger par ses besoins pressants de liquidités et à avoir une approche prudente et cohérente, dans le seul souci de préserver durablement les vrais intérêts de notre pays.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique a apprécié positivement l'invitation que le Secrétaire général du Rassemblement Constitutionnel Démocratique, RCD, le parti de Son Excellence le Président Zine El Abidine Ben Ali de Tunisie, a adressée au Secrétaire général de l'AFP, Monsieur Moustapha Niasse. Celui ci a pris part au XIXème symposium organisé à Tunis les 2 et 3 Novembre 2007, en prélude à la célébration du 20ème anniversaire du changement constitutionnel dans ce pays frère. Le thème du symposium était " Démocratie et Développement dans un monde en mutation. " Le Secrétaire général de l'AFP y a fait une brillante intervention saluée par les participants. Il faut noter que grâce aux excellentes relations qu'elle entretient avec le RCD, l'AFP est invitée à ces rencontres depuis plusieurs années. Le Bureau politique de l'AFP se plait à louer les solides performances de la Tunisie dans tous les domaines depuis 1987 sous la direction du Président Ben Ali.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP a effectué les derniers réglages relatifs au programme des tournées du Secrétaire général, Monsieur Moustapha Niasse, qui coïncidera avec des Assemblées générales à l'échelle des régions et des départements. La première aura lieu le dimanche 18 novembre à Koungheul. Cette animation méthodique de la base s'inscrit dans la volonté du parti de prendre en charge les préoccupations quotidiennes, dans leur environnement immédiat.


Fait à Dakar, le 13 novembre 2007 

Le Bureau politique de l'AFP