COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Vendredi 11 mars 2011

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le vendredi 11 mars 2011, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l’ordre du jour suivant :

A – situation nationale ;
B – vie du Parti.


Le Bureau politique de l’AFP a examiné en profondeur la situation nationale, à quelque huit jours du deuxième Congrès Ordinaire du Parti. Cet événement se déroulera dans un contexte où les conséquences de l‘échec massif du régime en place perturbent l’activité économique et interpellent les populations écœurées par les innombrables preuves de l’enrichissement sans cause et de la corruption auxquels se livre un clan qui a définitivement rompu avec les règles élémentaires de l’éthique républicaine, de la bonne gouvernance et du sens des responsabilités d’Etat.

Ces scandales, où la boulimie foncière et le blanchiment de l’argent sale sont en bonne place, accroissent la colère du peuple, dont la paupérisation se manifeste au quotidien avec les stigmates du dénuement et des pénuries.

Il s’y ajoute l’abandon injustifiable dans lequel le pouvoir en place a plongé les populations du Sénégal .Par ailleurs, Les Sénégalais continuent d’exiger, sous diverses formes, la fourniture régulière de l’électricité que le même clan insatiable leur fait payer à des prix sans commune mesure avec leur pouvoir d’achat. Au moment où les délestages se multiplient et s’aggravent, avec leurs conséquences désastreuses sur la vie des ménages, sur l’Industrie et les PME, le gouvernement des Wade, fidèle à un réflexe usé s’abrite derrière , un déficit de communication, pour occulter sa responsabilité directe, dont la traçabilité est possible à travers l’histoire récente de la gestion du secteur de l’énergie.

Pour les mêmes raisons, les braises de la colère couvent encore dans les cendres des frustrations du monde rural, où les paysans sont aujourd’hui convaincus que leurs malheurs ont été provoqués par des choix erratiques guidés par l’incompétence et l’appât du gain, au détriment des acteurs de la croissance, vu que leurs efforts n’ont pas été récompensés, par une campagne de commercialisation correcte.

Le gouvernement est-il à même de rappeler à l’ordre la SUNEOR ? Le doute est permis si l’on se rappelle les conditions nébuleuses dans lesquelles le patrimoine de la SONACOS a été bradé. L’attitude sceptique s’impose d’autant plus qu’en matière d’importation d’huile de palme, la politique des deux poids et deux mesures est évidente, avec ses mystères et zones d’ombre aux relents de compromissions et de complicités directes .C’est pourquoi, il appartiendra aux propagandistes intéressés des Wade d’expliquer aux Sénégalais par quel changement mystérieux ceux qui criaient sur tous les toits que cette denrée est nuisible à la santé, l’importent subitement, dans des quantités astronomiques qui lèsent directement les intérêts du monde rural.

C’est précisément, à la lumière de toutes ces observations que les travailleurs et le front social n’acceptent plus les tergiversations interminables des tenants du pouvoir qui sont incapables de respecter leurs propres engagements. Voilà pourquoi les perturbations dans le secteur de l’Education se prolongent du fait de la ruse qui est érigée en mode de gouvernance dans ce secteur vital pour l’avenir du Sénégal.

Dans ces conditions, l’on comprend aisément que la perspective de l’élection présidentielle de 2012 cause la panique au régime en place qui a déjà commencé en amont les opérations frauduleuses, dont il est coutumier depuis 2001. En effet, en plus de l’inertie et de l’obstruction savamment organisées par les fraudeurs zélés du ministère de l’Intérieur et leurs commanditaires, dans les commissions administratives, le découpage territorial politicien, comme hier, en 2009, à la veille des élections locales, est destiné avant tout à contester les choix du peuple et à perturber les électeurs, par la confection d’une carte électorale fantaisiste. La violence politique et la confiscation des libertés complètent un tableau qui annonce fatalement la victoire du peuple sénégalais sur l’arbitraire des fraudeurs impénitents. Sous tous les cieux, le peuple debout est invincible.

Abordant le dernier point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a engagé les responsables et les militants du parti à poursuivre leur mobilisation, pour le succès éclatant du deuxième Congrès ordinaire des 19 et 20 mars 2011, dans le respect des statuts et du règlement intérieur du parti. L’objectif politique majeur de cette manifestation est la confection de tous les outils nécessaires, pour la libération de notre pays des serres des prédateurs. Les Conférences des jeunes et des femmes de l’AFP qui se dérouleront respectivement les 12 et 18 mars 2011, s’inscrivent résolument dans cette perspective. Le Congrès est donc un maillon de la longue chaîne de solidarité et de résistance du peuple, dans ses composantes majoritaires que sont l’opposition démocratique regroupée au sein de Bennoo, la société civile et les vrais acteurs du développement.

Enfin, le Bureau politique de l’AFP, en considération de l’évolution très favorable de la mobilisation des énergies patriotiques et des forces du changement pour un Sénégal nouveau, a tenu à réaffirmer l’ancrage du parti au sein de Bennoo Siggil Senegaal et dans l’esprit des Assises Nationales.

 

Fait à Dakar, le 11 mars 2011 

Le Bureau politique de l'AFP