Communiqué du Bureau politique de l'AFP

Vendredi 6 mai 2005

 

Le Bureau Politique de l'AFP s'est réuni le vendredi 06 mai 2005 sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du Parti, à l'effet d'examiner l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;
2. Vie du parti.

Le Bureau politique de l'AFP a apprécié l'acte posé par les composantes de l'Assemblée nationale, acte qui a conduit au vote de la loi instituant la CENA, à l'unanimité des députés, tous groupes confondus. Le Bureau politique de l'AFP a salué ce résultat, qui traduit une prise de conscience d'une des priorités nationales, à l'issue de contacts multiples entre l'opposition et le pouvoir.

Toutefois, l'acte posé reste à être confirmé dans son essence comme dans son contenu, en particulier par un choix objectif et transparent des membres de la CENA. C'est une condition sine qua non de la neutralité d'une telle instance, dans la conduite de sa mission en toute circonstance.

Au surplus, le Bureau politique de l'AFP a tenu à rappeler que la CENA constitue certes un maillon important du processus électoral, mais qu'il en existe d'autres qui requièrent, indiscutablement, des décisions non partisanes et totalement éloignées des manoeuvres déloyales et des atermoiements auxquels le pouvoir PDS a habitué la classe politique sénégalaise.

A cet égard, le flou qui prévaut encore sur la gestion des inscriptions sur les listes électorales et la fiabilité de l'état civil doit prendre fin sans délai, de même que doivent cesser toutes les initiatives tendant dessaisir les juges des tribunaux départementaux et les officiers d'Etat-civil. Il en est de même des 174 centres d'instruction appelés à délivrer des cartes d'identité numérisées, dans un contexte pré-électoral. Il est inacceptable que le fonctionnement de ces-dits centres échappent, pour des raisons inavouées, au contrôle de la CENA et à celui des partis politiques légalement constitués.

Examinant la situation dans le monde rural, le BP de l'AFP a marqué ses réserves sur le processus de privatisation de la Sonacos et, sur les conditions particulières d'adjudication de cet outil majeur dans la gestion de la filière arachidière.

En effet, l'achat, par l'Etat, de semences d'arachide à 225 F le kilo, auprès de la Sonacos privatisée, alors que le produit avait été payé à 150 F le kilo, il y a seulement quelques mois, au producteur local, pose un réel problème.

En réalité, ce produit n'a ni subi un traitement phytosanitaire ni fait l'objet d'une sélection. Il s'agit de semences de tout-venant.

Pour le BP de l'AFP, la question qui se pose est celle de la marge bénéficiaire qui résulte de cette opération douteuse sur les semences, de la différence entre les deux montants (150 F et 225 F, en l'espace de 4 à 5 mois, dans la vente par la Sonacos de 40.000 T de semences tout-venant destinées aux paysans.

Le BP de l'AFP, abordant le dossier de la reconstruction de la Casamance après près d'un quart de siècle de conflit interne, a mis l'accent sur trois priorités, qui ont trait au préalable que les autorités de l'Etat doivent prendre en charge de toute urgence, hors de toute approche politicienne. Ces trois priorités sont le remplacement du bateau le joola, la détermination du prix de la traversée maritime Dakar-Ziguinchor, pour rendre celui-ci accessible aux populations, en fonction de leur pouvoir d'achat, et, enfin, la desserte aérienne de Ziguinchor.

Il est aujourd'hui constaté par tous que la région sud du Sénégal souffre, depuis plusieurs mois, d'un isolement qui cause un grave préjudice à l'économie et aux populations. Or, assurer la desserte maritime et aérienne est un objectif techniquement réalisable et financièrement supportable, pour peu que le gouvernement s'attelle, avec sérieux et compétence, à l'examen de ce dossier. Il s'y ajoute la question de l'indemnisation des familles des victimes du naufrage le joola, malgré les réclamations répétées qui ont été formulées à cet effet.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP, dans le cadre des urgences liées à la desserte de la ville de Matam, par la route, a souligné la nécessité d'engager les travaux de reconstruction de tout le tronçon Ourassogui - Matam, en particulier tous les ponts. Cet ouvrage, a subi des dommages importants causés par les inondations de la dernières saison des pluies, dans le Fouta et continue, malgré tout, d'être emprunté, avec de gros risques, par des véhicules chargés de passagers et de marchandises. Pour cette raison, la reconstruction totale du tronçon ne saurait être connectée avec les délais de réalisation de la route Ourossogui-Ranérou-Linguère.

Concernant la vie du parti, le Bureau politique a apprécié positivement les résultats du séminaire de méthode, de formation et de mise à niveau organisé avec les responsables de Kaolack. Le Bureau politique se félicite de la pertinence de ce mode de formation des militants et responsables de l'AFP, par l'information et le débat libre, comme processus de consolidation des mécanismes de mise en œuvre du programme d'action de l'AFP, aux plans national, régional et local, dans la perspective des années 2006 et 2007.

Le Bureau politique se félicite, également, du ralliement de 200 militants du PDS, de Touba. Le Bureau politique demande aux camarades et sympathisants de cette localité de les accueillir, à bras ouverts, afin que, ensemble ils mènent les combats à venir.

 

Fait à Dakar, le 6 mai 2005

Le Bureau politique de l'AFP