Communiqué de la réunion du Bureau Politique de l'AFP

Mardi 6 mars 2007

 

Le Bureau politique de l'Afp s'est réuni le mardi 06 mars 2007, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale
2. vie du Parti ;

Le Bureau politique s'est tout d'abord penché sur la mascarade électorale du 25 février dernier, qui a vu le pouvoir s'autoproclamer vainqueur au premier tour, à l'issue d'un processus électoral entaché de fraudes massives avant, pendant et après le scrutin.

Les pseudo résultats programmés par la nouvelle dictature en place sont le corollaire d'une refonte totale du fichier qui a été instrumentalisé, telle une bouée de sauvetage, pour assurer à un régime vomi par le peuple une majorité électronique qui ne trompe personne.

Dès la phase des inscriptions, le manque de transparence était évident, à cause du double collège électoral qui a privilégié pendant de longs mois Dakar au détriment du reste du pays. Par la suite, l'implantation et les moyens des commissions administratives d'inscription s'est honteusement faite en fonction des intérêts d'un pouvoir apeuré par la perspective de créer des conditions susceptibles de donner l'occasion aux Sénégalais d'exprimer librement leurs suffrages. Les multiples inscriptions frauduleuses ont été complétées par la rétention massive, le vol et la distribution sélective des cartes d'électeurs peu fiables, avec l'absence de biométrie qui a permis l'existence d'inscriptions multiples et de doublons. En plus, le couplage des inscriptions avec les renouvellements du PDS a permis à la nouvelle dictature d'éliminer du fichier des centaines de milliers de citoyens, qui étaient prêts à sanctionner les turpitudes et autres excentricités perverses du septennat de Me Wade.

Par ailleurs, les nombreux bureaux fictifs ont complété l'immense dispositif de fraude mis en place par le Ministère de l'Intérieur, avant le scrutin. C'est la raison pour laquelle, la liste des électeurs, bureau de vote par bureau de vote, n'a pas été publiée 15 jours avant le scrutin, tel que le stipule la loi électorale.

Il est inutile d'insister sur les moyens de l'Etat que le candidat Wade et ses affidés ont utilisés pendant toute la durée du processus électoral, particulièrement lors la campagne qui a été mise à profit pour organiser l'achat des consciences, en ciblant notamment les couches démunies, qui ont fait l'objet de pressions, même le jour du scrutin.

Le 25 février 2007, les citoyens sénégalais ont pu se rendre compte des conséquences des mensonges d'Etat, avec l'encre qui n'était pas indélébile et la photo de l'électeur qui ne figurait pas sur les listes d'émargement. Les électeurs voltigeurs, qui sont une spécialité du régime de Me Wade, ont sévi cette fois-ci, à une échelle inédite, jusqu'au 26 février, à 1 heure du matin. L'on comprend aisément pourquoi le spray exigé par l'opposition à la place de l'encre était devenu "cancérigène" comme par enchantement, sous le regard des tenants de la nouvelle dictature.

Dépassé, doublement plombé par le choix douteux de certains de ses membres et l'asphyxie financière, la CENA a été de loin moins efficace que le défunt ONEL, malgré les pouvoirs accrus que lui confère la Loi.

Pour toutes ces raisons, le Bureau politique de l'Afp rejette l'ensemble des résultats issus de la mascarade du 25 février 2007 et exige la réforme de tout le système électoral sénégalais piégé par Me Wade lui-même, un chef de clan qui porte abusivement, à l'occasion, le manteau d'arbitre, dont le caractère apocryphe apparaît à travers des décisions partisanes et unilatérales, sans oublier ses imprécations incohérentes et autres incantations, dont le seul but est de vouer aux gémonies l'opposition patriotique.

Le ministère de l'Intérieur sous Maître Wade, encore moins avec un Ousmane Ngom, est disqualifiépour organiser des élections libres et transparentes.

Le Bureau politique tient à adresser ses vives félicitations au Secrétaire Général, M. Moustapha Niasse, candidat de la Coalition Alternative 2007, qui a mené, tambour battant, une brillante campagne électorale à l'occasion de laquelle des milliers de Sénégalais, en majorité des jeunes et des femmes, lui ont témoigné partout, de jour comme de nuit, leur adhésion et leur soutien, dans un élan patriotique où le cri de détresse laissait entrevoir un immense espoir en mouvement.

C'est précisément cette note d'espoir qui anime le candidat Moustapha Niasse, la Direction de l'Afp et toutes les instances de base du Parti, qui sont déterminés à poursuivre le combat sacré pour la résistance et le triomphe des idéaux pérennes de l'appel du 16 juin 1999, cristallisé dans la devise : "Foi - Patriotisme - Solidarité". Le combat continue, en direction des prochaines échéances électorales que sont les législatives du 3 juin 2007.

Le Bureau politique adresse également ses vives félicitations à tous les dirigeants et à toutes les structures des partis membres de la Coalition Alternative 2007 qui, dans une remarquable synergie, ont porté très haut les idéaux communs qu'a défendus le candidat Moustapha Niasse. Les mêmes félicitations sont adressées à toutes les structures de base de l'AFP qui ont largement contribué à la mobilisation des foules sur le parcours du candidat de notre Coalition.

Le Bureau politique de l'Afp lance un vibrant appel aux Sénégalais pour la sauvegarde des valeurs qui constituent le ciment de notre Nation. Le devoir de résistance s'impose, face à l'échec multiforme de Me Wade, qui a organisé, avec un cynisme insoupçonné, la confiscation de la volonté populaire pour continuer une politique dont les conséquences se résument aujourd'hui au désastre qui frappe le monde rural, l'effondrement de nos grandes unités industrielles, le chômage massif des jeunes, les hausses intempestives des prix du gaz, des hydrocarbures, de l'électricité quand on en trouve, du riz, de l'huile et d'autres denrées de premières nécessité. Tout cela, dans un contexte où le réflexe autoritaire est en train de prendre les formes hideuses d'une dictature tropicale, qui n'hésite pas à accaparer les médias d'Etat, pour dérouler des sentiments de bas étage comme la haine et l'envie.

Le Bureau politique de l'Afp invite tous les patriotes, au-delà des clivages politiques à resserrer les rangs pour abattre le monstre hideux qui tente de transformer notre pays en république bananière, voire en royaume médiéval.


Fait à Dakar, le 6 mars 2007 

Le Bureau politique de l'AFP