COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Jeudi 4 décembre 2008

 

Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le Jeudi 04 décembre 2008, sous la présidence de  M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, autour de l’ordre du jour suivant :

1.  situation nationale ;

2.  vie du Parti.  

Le Bureau politique de l’AFP a examiné la situation nationale, à la lumière des derniers développements relatifs à la conduite catastrophique de la barque Sénégal par le régime incompétent et insouciant de Me Abdoulaye Wade qui, en huit ans, a accompli la peu glorieuse prouesse de mettre notre pays à genoux. Plus que jamais, la restitution impérieuse de l’Etat à la République est une urgence pour, d’une part, mettre un terme aux dégâts, et d’autre part, sauvegarder les chances de notre pays, pour un redressement capital dans le contexte d’un monde en mutation accélérée, où les nouvelles données imposent aux gouvernements responsables de nouvelles directions. 

Dans cet esprit, le caractère républicain de l’Etat doit être préservé par des pseudo-libéraux  qui se révèlent incapables de sortir de leur autisme. Les révélations scandaleuses des partenaires marocains dans le dossier du pèlerinage à la Mecque montrent à quel point, les tenants du pouvoir sont éloignés de toute préoccupation liée à l’éthique, à la morale et aux valeurs. Du fait de la cupidité, de l’impéritie, du manque de générosité et de l’arrogance des tenants du pouvoir, la vie de milliers de citoyens a été mise en danger. Les turpitudes du gouvernement ont déjà provoqué un décès et des ennuis de santé à plusieurs pèlerins qui, dès le départ, se sont rendus aux Lieux Saints  avec un handicap certain. 

Le Bureau politique de l’AFP engage le gouvernement de Me Wade à prendre toutes les dispositions nécessaires, pour que le retour des pèlerins s’effectue dans les conditions conformes aux normes internationales de sécurité. 

Cette dérive de plus s’est déroulée dans un contexte d’essoufflement du Trésor public, après plusieurs années de gabegie, de gaspillage, de corruption et d’errements qui sont loin de l’orthodoxie budgétaire. Mais le gouvernement de Me Wade n’a pas décidé pour autant de payer la facture, en réduisant le train de vie de l’Etat et en arrêtant de gaver une clientèle insatiable. Ce sont les populations, le monde rural et les travailleurs, les jeunes, tout particulièrement les étudiants et les élèves  qui sont encore sollicités pour financer des ripailles où ils n’ont jamais été partie prenante. Après la suppression de la subvention à la consommation, voilà que le régime donne dans le dilatoire pour ne pas payer leurs dus  aux travailleurs de l’Education nationale, aux étudiants et aux employés municipaux qui expriment leur ras-le-bol en battant le macadam.  

Le Bureau politique de l’AFP tient à manifester sa solidarité à l’endroit de ces Sénégalais qui luttent courageusement pour exiger que leurs droits élémentaires soient respectés.

Quant au monde rural, il a fini de découvrir la profondeur du mépris qu’il inspire aux tenants du pouvoir. Non seulement ces derniers sont incapables de fixer un prix au producteur décent, à défaut d’être rémunérateur, mais sont loin d’assurer le financement régulier d’une campagne de commercialisation transparente et digne de ce nom. Le montant de 165 f pour un kilo d’arachide est la conséquence directe de l’absence de subvention de la part de l’Etat. De surcroît, le démarrage de la commercialisation le 8 décembre, c’est-à-dire le jour ou la veille de la Tabaski, est une aberration. Cette campagne ne peut être que la confirmation d’un désastre voulu et programmé par le gouvernement, dans la mesure où la SUNEOR n’achètera pas plus de 200.000 tonnes d’arachide et le régime en place projette de mettre fin  à la distribution des semences en 2009. Il ne lui restera plus que les fausses statistiques pour tenter de masquer la misère profonde dans laquelle il a plongé les paysans et dont la conséquence immédiate est la faillite de l’économie rurale. 

Après avoir accéléré la paupérisation des populations, toutes couches confondues, après avoir mis les finances publiques dans une situation critique, le gouvernement de Me Wade s’emploie maintenant à brader fébrilement le patrimoine national, notamment à travers la vente de parts de l’Etat à la SONATEL et dans le secteur des Assurances, sans oublier le Méridien Président, symbole de la coopération sénégalo-saoudienne s’il en fût. Le plus grave, c’est que, eu égard à la mal gouvernance chronique ambiante, il n’est pas évident que les montants collectés seront dépensés en fonction des priorités du pays et de l’intérêt général.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a salué la qualité de la participation du Parti aux Assises nationales, qui sont en train de se dérouler dans des conditions optimales, au grand dam des apprentis fascistes, qui portent abusivement le titre de Parlementaires, alors qu’ils ont été nommés par l’Exécutif. 

Le Bureau politique de l’AFP a également entériné la programmation d’un certain nombre d’activités du Parti, dont les maîtres d’œuvre sont, respectivement, la Commission électorale nationale, l’Alliance nationale des Cadres pour le Progrès (ANCP) et le Centre de Formation et de Documentation (CFD).


Fait à Dakar, le 4 décembre 2008

Le Bureau politique de l'AFP