DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 4 décembre  2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mardi 04 Décembre 2007, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale;
2. vie du Parti.

Le Bureau Politique de l'AFP a examiné en profondeur les composantes du désordre et des situations difficiles qui prévalent au Sénégal et dont la gestion est confiée au nouveau Premier Ministre. Eu égard à la fuite en avant des tenants du pouvoir et à la réaction de plus en plus énergique de divers segments des populations, tout porte à croire que notre pays fait face à des prémices qui correspondent aux premiers signes de l'effondrement dont le Sénégal est menacé.

Pendant ce temps, ceux qui nous gouvernent continuent d'ignorer la clameur populaire. Les calculs politiciens se succèdent chaque semaine, tel un feuilleton de mauvais goût, qui renseigne à souhait sur l'état d'esprit des principaux animateurs d'un régime qui confond ses préoccupations personnelles avec la marche de l'Etat et le destin des Sénégalais. Après la neutralisation programmée du Président de l'Assemblée Nationale, voilà que sur l'échiquier apparaît l'annonce d'une réforme constitutionnelle de plus. Le Bureau politique de l'AFP condamne cette contre culture de l'Etat qui met en mal la crédibilité d'institutions dont la légitimité est déjà sujette à caution à cause de parodies d'élections.

L'autisme du gouvernement de Maître Wade semble irrémédiable, malgré son statut d'exilé de l'intérieur consécutif à un détachement volontaire des préoccupations des populations. Les nombreux voyages coûteux qui n'ont aucune utilité pour l'intérêt général confirment le fossé qui existe aujourd'hui entre le pouvoir et les citoyens. C'est la raison pour laquelle il n'est pas surprenant, comme lors du récent déplacement de Maître Abdoulaye Wade à Richard Toll, avec en bandoulière le dossier du biocarburant imbibé de populisme fébrile, que le peuple lui ait signifié clairement qu'il ne se reconnaît pas en lui.

Au lieu de s'employer à trouver les solutions possibles au mal vivre des Sénégalais, le gouvernement de Maître Wade continue d'encourager la flambée des prix, avec les hausses intolérables qui viennent de frapper, encore une fois, les hydrocarbures. Inutile de battre en brèche l'argument galvaudé et peu convaincant qui convoque indifféremment le prix du baril. Les surtaxes sont avant tout destinées à financer les effets multiples et pervers de la mal gouvernance et du train de vie dispendieux de l'Etat.

Dans un tel contexte il est compréhensible que le front social connaisse une réelle ébullition dans divers secteurs. Ceux de l'éducation et de la santé sont au cœur de revendications légitimes, dans la mesure où elles ont trait à des engagements du gouvernement non honorés, ce qui met en cause des conditions de travail déjà médiocres. Les travailleurs du secteur du nettoiement ne sont guère mieux lotis, eux qui font les frais de contrats opaques reconduits avec VEOLIA.


Quant au monde rural, les paysans sont en train de mener une résistance victorieuse contre un système inique et inhumain qui prétendait les contraindre à vendre à 150 FCFA le kilo d'arachide, alors que l'état du marché interne leur permet de monter jusqu'à 250 FCFA.

Le Bureau politique de l'AFP exprime son soutien sans faille à toutes ces victimes de l'incompétence, de l'affairisme et du pseudo libéralisme au pouvoir. Il met en garde le gouvernement contre la tentation totalitaire, qui serait la goutte d'eau qui ferait déborder le vase.

Les subterfuges répétés ne sauraient non plus prospérer. C'est le cas des prétendues régularisations de l'occupation des espaces du littoral. En réalité, il s'agit d'une privatisation de fait, avec des soi-disant partenaires étrangers, qui a été menée de bout en bout, sans tenir compte de l'intérêt général, dans des conditions nébuleuses.

Sous l'éclairage de l'ensemble de ces données, le Bureau politique de l'AFP tire, encore une fois, la sonnette d'alarme car la multiplication des dérives et des dérapages constitue un danger national. Et rien ne doit être négligé pour redresser cette situation préjudiciable au Salut de la nation.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a procédé à l'évaluation de l'Assemblée générale de la Coordination régionale AFP de Thiès qui s'est tenue le dimanche 02 Décembre à Thiès, sous la présidence du Secrétaire général de l'AFP, Monsieur Moustapha Niasse. A cette occasion, Monsieur Niasse a adressé aux Sénégalais des messages de haute portée autour de la morale publique, des valeurs, de l'éthique et des solutions possibles aux difficultés qui assaillent notre pays et ses populations, tout en se penchant minutieusement sur les dossiers économiques et sociaux de la région de Thiès. Le Bureau politique l'en félicite vivement.

Devant le grand succès remporté par cette Assemblée générale régionale, le Bureau politique exprime sa satisfaction et adresse ses félicitations à Mme Elène Tine, Secrétaire générale de la Coordination régionale de Thiès, Mme Khadijatou Hanne Ly, Présidente régionale des Femmes du MOUNFEP , Secrétaire Générale de la Délégation départementale de Tivaouane, M. Mbaye Dione, Secrétaire Général des Jeunes du MNJP , M. Alioune Sarr, Secrétaire général de la Délégation départementale de Thiès, M. Aliou Samba Ciss, Secrétaire général de la Délégation départementale de Mbour, aux Personnes du 3ème âge ainsi qu'à tous les responsables et militants de la région de Thiès, pour leur contribution au succès de la manifestation. En plus le Bureau politique a validé la deuxième phase de ce programme, toujours dans la perspective du Congrès de l'AFP qui se tiendra en 2008.

Par ailleurs, le Bureau politique a approuvé le programme d'activités de l'Alliance Nationale des Cadres pour le Progrès qui a eu une rencontre pleine d'enseignements avec le Secrétaire général de l'AFP le 29 Novembre 2007.


Fait à Dakar, le 4 décembre 2007 

Le Bureau politique de l'AFP