Communiqué de la réunion du Bureau politique de L'AFP 

Jeudi 2 novembre 2006

 


Le Bureau politique de l'Alliance des Forces de Progrès s'est réuni le jeudi 02 novembre 2006, sous la présidence de M. Moustapha Niasse Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;
2. Vie du Parti.

En ce début du mois de novembre de l'an 2006 et à moins de seize semaines de l'échéance des élections présidentielles et législatives du 25 février 2007, le Sénégal, notre pays, ne trouve pas, dans l'espace public des responsabilités d'État, les solutions attendues, mois après mois.

Les nombreuses urgences ressenties par les Sénégalais concernent la pauvreté croissante des populations, le manque d'équipements dans les Universités et dans les lycées, le chômage des jeunes, et notamment des jeunes diplômés, le découragement du monde rural, la précarité des conditions de vie des ménages devant la hausse des prix des denrées de première nécessité, de l'électricité, du gaz et du carburant, l'insalubrité, les inondations et les menaces d'épidémies.

De même, l'état de détérioration avancée des axes routiers dans les régions de l'intérieur comme autour de Dakar et les accidents mortels qui en résultent, à répétition, mettent en danger la vie des citoyens. Les difficultés rencontrées à la traversée du bac sur la Gambie isolent davantage la zone sud, par rapport au reste de notre pays, au moment où le dossier de la crise casamançaise mérite de plus en plus d'être géré avec lucidité et réalisme, pour une paix définitive en Casamance.

Par ailleurs, et malgré l'importance qui est reconnue à la question des élections à venir, en termes de changements attendus par le peuple, les dossiers des ICS, de la Sénelec, de la Raffinerie de Mbao et de la Sonacos doivent être réglés sans tarder, parce que, précisément, des délais supplémentaires créeront encore un grave préjudice à l'économie nationale. Or, celle-ci est déjà éprouvée par divers facteurs engendrés par un manque de capacité d'anticipation dans le domaine de la gestion d'un tissu industriel cohérent, producteur de bien-être et de développement.

Dans ce contexte, le Bureau politique de l'Afp estime que tout appel du chef de l'Etat, pour une rencontre susceptible d'ouvrir des pistes pour des discussions et des échanges pouvant conduire à un soulagement des difficultés vécues par le Sénégal, doit recevoir un écho favorable dans le principe, sans compromission aucune. Naturellement, et dans cet esprit, il convient de convoquer les valeurs de générosité, de disponibilité et de patriotisme qui ont toujours fait la force du peuple sénégalais. Cela étant, l'Afp écoutera avec attention le chef de l'Etat sur son analyse et l'approche qui est la sienne, dans la mesure où les problèmes qui assaillent le Sénégal doivent être résolus, dans le respect de ces valeurs, et conformément à l'éthique républicaine.

Dans cette position, l'AFP estime que lors des périodes de crise profonde qui menacent l'équilibre et les acquis de la nation, le dialogue libre et serein est une voie qui permet aux patriotes de réfléchir, ensemble, pour juguler les dangers.

Sous ce regard, l'Afp, pour sa part, restera toujours fidèle à sa logique présentée au peuple depuis l'appel du 16 juin 1999, et qui repose sur une vision claire, lucide et engagée du présent et de l'avenir du Sénégal. Cette voie et ce choix sont les seules données à même de promouvoir, dans notre pays, une société de démocratie et de progrès qui écarte toute forme d'opportunisme politique, tout en faisant renaître l'espoir.

Pour toutes ces raisons, le Bureau politique de l'Afp confirme son adhésion au principe d'une rencontre entre le chef de l'Etat et le Secrétaire général du Parti, en réponse à la lettre n° 980 en date du 26 octobre 2006 que le Président de la République a adressée à Monsieur Moustapha Niasse, sans préjudice ni anticipation sur les conclusions ou positions qui pourraient résulter de cet entretien. En effet, les seules références du parti demeurent l'intérêt national, la défense des libertés individuelles et collectives, la lutte contre la mal gouvernance et la corruption, la solidarité nationale et le développement concerté au profit de tous les Sénégalais.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau politique de l'AFP a évoqué la tenue du séminaire du parti, organisé à Ndiagne Walo, dans le département de Nioro, le dimanche 29 novembre 2006, séminaire qui s'est déroulé autour du phénomène de l'émigration clandestine et de la détresse du monde rural. Le Secrétaire général de l'AFP, Monsieur Moustapha Niasse, en homme d'Etat expérimenté, a abordé les thèmes de l'actualité nationale, devant une grande mobilisation populaire.

Devant le grand succès remporté par ce séminaire, qui s'est achevé par un meeting régional, avec la participation des départements de Nioro, de Kaffrine, de Kaolack et de la commune chef lieu de région, le Bureau politique de l'AFP a tenu à adresser ses félicitations renouvelées aux organisateurs de cette importante rencontre et en particulier les jeunes, les femmes et les militants du parti, les dirigeants de la communauté rurale de Keur Maba Diakhou et de l'arrondissement de Wack Ngouna.

De même, le Bureau politique de l'AFP remercie les leaders de parti qui ont marqué de leur présence le séminaire de l'AFP et le Secrétaire général du parti Monsieur Moustapha Niasse, Secrétaire général de la délégation départementale de Nioro.

Par ailleurs, le Bureau politique a approuvé le calendrier d'activités des 11 délégations régionales de l'Afp qui, en symbiose, vont dérouler un programme, aux fins de participer activement à la construction du grand dessein que le Parti nourrit pour le Sénégal.

Enfin, avant de lever la séance, le Bureau politique de l'AFP s'est incliné devant la mémoire de feue Fanta Keïta , championne émérite de judo, tôt arrachée à notre affection et prie pour que Dieu, le Tout Puissant, l'accueille en son paradis.

 


Fait à Dakar, le
2 novembre 2006 

Le Bureau politique de l'AFP