DECLARATION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mercredi 2 mai 2007

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le mercredi 02 mai 2007, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. situation nationale;
2. vie du Parti.

Le Bureau politique de l'AFP a tenu tout d'abord, à l'occasion de la fête du 1er mai, a exprimer sa solidarité aux travailleurs et à tous les segments des populations sénégalaises qui font face, au fil des jours, à des hausses intempestives des denrées de première nécessité accompagnées de pénuries diverses et autres délestages. C'est ce qui explique la participation d'une forte délégation de la Coalition Alternative 2007, dirigée par M. Moustapha Niasse, au meeting populaire que l'UDTS et le Parti des Travailleurs ont organisé à Pikine, pour dénoncer les mesures anti-sociales du pouvoir en place.

Parallèlement à ces difficultés, le train de vie de l'Etat, sous Me Abdoulaye Wade, suit sa courbe ascendante que les laudateurs zélés s'emploient laborieusement à justifier. Dans ce contexte, la supplique de Me Abdoulaye Wade invitant les acteurs sociaux à observer une trêve de trois années, est en porte à faux avec la mal gouvernance et le gaspillage ambiants. C'est la raison pour laquelle, le Bureau politique de l'AFP encourage les travailleurs à revendiquer leurs droits, dans la mesure où aucun sacrifice n'est acceptable s'il s'agit de financer le groupe privé qui a fait main basse, depuis 2000, sur le labeur des Sénégalais et sur les résultats de leur travail quotidien.

En outre, le Bureau politique de l'AFP ne saurait cautionner un statu quo inique. Les travailleurs doivent poursuivre leurs luttes pour défendre leur pouvoir d'achat, face à un gouvernement qui a renoncé, depuis longtemps, à traiter, en temps utile et avec sérieux, les dossiers de l'heure.

Le problème récurrent des ordures continue d'être une source de préoccupation pour les Sénégalais, toutes couches confondues, parce que depuis l'avènement du nouveau régime, des individus ont décidé de s'enrichir dans et par les ordures. Après le scandale d'Alcyon et d'Ama-Sénégal, dont les ex-travailleurs continuent de courir après leurs droits, voilà qu'un nouveau contrat opaque est signé avec Véolia, avec des clauses qui sont loin de tenir compte, pour ainsi dire, de l'intérêt général.

Pour ce dossier, comme pour celui du plan Jaxaay, le Bureau politique de l'AFP exige un audit qui situe les manquements et en identifie les responsables. A la veille de l'hivernage, le cocktail des ordures et des inondations risque d'être explosif pour des populations déjà rudement éprouvées par la pauvreté et son corollaire, la malnutrition et les maladies infectieuses, notamment le choléra, dont le spectre inquiétant continue de planer, en faisant des victmes dans plusieurs régions du Sénégal, depuis quelques mois.

Par ailleurs, la campagne agricole ne semble pas constituer un souci majeur pour le pouvoir en place qui, comme d'habitude, opte pour la politique de l'autruche, en s'obstinant à se voiler la face, alors que le problème des semences, des intrants et du matériel agricole demeure entier. Le Bureau politique de l'AFP estime que le plan REVA qui, du reste, évoque un songe conjugué au passé, n'est qu'un salmigondis d'incantations et de vœux pieux sans aucune prise, ni sur le réel, ni sur le quotidien de l'immense majorité des acteurs du monde rural. Des slogans ne sauraient servir de politique agricole.

Le pire, c'est que cette incompétence, avec ses regrettables conséquences sur la vie des populations et l'économie nationale, est accompagnée d'une volonté manifeste d'organiser la mise en place d'un duvaliérisme dont les contours se précisent de plus en plus. En effet, avec un tant soit peu de culture générale, l'on doit être à même de comprendre qu'il est vain et dangereux de se mettre à contre courant du mouvement historique qui porte le développement de la démocratie et de l'Etat de droit. La mascarade des législatives programmée pour le 3 juin, après celle du 25 février 2007, se situe dans le contexte d'une nouvelle manipulation du calendrier électoral, à travers le report unilatéral et sine die des locales.

Le Bureau politique engage les responsables et les militants du Parti à contribuer résolument aux actes de résistance que l'AFP et ses alliés ont conçus, pour les 35 départements du pays, afin de sensibiliser les populations sur les fondements et les objectifs du boycott et de faire face à un autoritarisme de mauvais aloi, qui n'a aucune chance de prospérer dans notre pays.

Par ailleurs, les nouvelles cartes du Parti pour 2007 - 2008 ont été confectionnées, réceptionnées et réparties entre les instances régionales et départementales de l'AFP et mises à disposition des militants sur toute l'étendue du territoire nationale. Ces cartes seront placées conformément aux circulaires du Parti, sous le contrôle de commissaires politiques en relation avec les responsables locaux.


Fait à Dakar, le 2 mai 2007 

Le Bureau politique de l'AFP