COMMUNIQUE DE LA REUNION DU BUREAU POLITIQUE DE L'AFP

Mardi 1er juillet 2008

 


Le Bureau politique de l’AFP s’est réuni le mardi 1er juillet 2008, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire général, autour de l’ordre du jour suivant :

1.    situation nationale;

2.    vie du Parti.

Le Bureau politique de l’AFP s’est penché sur les nombreux nuages qui planent sur notre pays, à cause des dérives des tenants du pouvoir, qui se multiplient au fil des semaines. Malgré la grande marche populaire organisée le samedi 28 juin par le Comité de Défense des Journalistes, le régime de Me Wade continue de faire preuve d’arrogance, en alternant les menaces et la banalisation de ses innombrables turpitudes. Parallèlement, au réflexe totalitaire qui accompagne la régression démocratique en cours, le pouvoir actuel continue d’imposer au peuple des souffrances indicibles, en étalant son incompétence à longueur de journée.

Dire ce réel, le restituer clairement et le combattre constituent un programme qui s’impose aujourd’hui à tous les démocrates et à tous les patriotes. Les cris d’orfraie des mercenaires payés pour défendre l’indéfendable n’y feront rien. L’AFP et son Secrétaire général poursuivront avec détermination le combat dont l’axe se situe dans la défense de l’intérêt général, quoiqu’il en coûte. Le Bureau politique de l’AFP se félicite de cette option définitive et non négociable qu’aucun thuriféraire ne pourra remettre en question.

Comment ne pas exprimer son indignation face à la duplicité d’un gouvernement qui fait semblant de diminuer un train de vie manifestement en porte à faux avec la misère ambiante ? Au moment où l’on distille dans les médias le montant de 15 milliards d’économie dans le fonctionnement des ministères, le gaspillage des maigres ressources du pays se poursuit allègrement, avec le maintien d’une cinquantaine d’Agences aussi inutiles que budgétivores, d’un Sénat qui ne l’est que de nom, et des nombreuses dépenses de prestige engagées par la Présidence de la république et la Primature. Le plus grave, c’est que malgré la gestion nébuleuse des fonds publics, comme cela a été le cas à l’ANOCI et en dépit des dénonciations faites par le peuple, l’impunité totale reste de rigueur.

C’est ainsi qu’une société nationale aussi stratégique que la SENELEC a été victime de mains inexpertes et d’un système fermé qu’un audit ultérieur ne manquera pas d’élucider. La vérité des prix qui est prônée aujourd’hui est déjà précédée par la vérité des délestages et des surfacturations qui accablent les entreprises et les ménages. Le Bureau politique de l’AFP met en garde les tenants du pouvoir dont la fuite en avant pourrait aggraver la misère d’un peuple exsangue qui n’acceptera pas éternellement l’inacceptable. Et il est bien curieux qu’encore une fois, un prêt accordé par la Banque mondiale, pour un montant de 40 milliards CFA, pour la SENELEC, ait été présenté comme un don, alors que ce sont les contribuables sénégalais qui le rembourseront.

Avec les premières pluies importantes dans certaines zones, on voit que les préoccupations des Sénégalais ne sont guère la priorité du régime des pseudo-libéraux. Les inondations de Malhem Hodar, il y a juste une semaine avec leur cortège de dégâts matériels importants, ne sont pas, hélas, un cas isolé, alors qu’une politique hardie en la matière, avec une programmation à court, moyen et long terme, pourrait venir à bout de ce fléau généralisé et récurrent. C’est pourquoi le Bureau politique de l’AFP exige des tenants du pouvoir, des mesures immédiates à la hauteur du désastre subi par les populations sinistrées, pour faire face aux urgences. 

Concomitamment, il appartient au gouvernement de gérer avec plus de sérieux et de suivi le dossier de la santé publique en traitant réellement les volets prévention et  thérapie. A cet égard, il est incompréhensible que le détournement des eaux usées provenant des fosses sceptiques serve à arroser des plans de légumes consommés par les populations. Il est tout aussi incompréhensible que l’activité économique constitue un danger pour les populations, comme c’est le cas des wagons citernes des ICS transportant des produits toxiques ou le plomb de Ngagne Diaw, qui a gravement endommagé la santé des résidents de cette localité, tout particulièrement celle des enfants. A propos de ce dernier dossier, la réaction officielle du gouvernement, qui avoue son impuissance est tout simplement renversante. 

Ainsi donc, chaque semaine le gouvernement de Me Wade confirme par son insouciance et son impéritie caractérisées, l’opportunité et la pertinence des Assises nationales, dont le chronogramme continue de se dérouler conformément aux prévisions du Comité national préparatoire et du Bureau. A ce propos, il est heureux que la deuxième session de cet organe de direction ait pu, sous la présidence de M. Amadou Mahtar Mbow, effectuer les réglages qui s’imposent, avant le démarrage des travaux relatifs aux consultations citoyennes et aux commissions. Et, plus que jamais, il se confirme que ces Assises sont celles du peuple, décidé à réfléchir sur ses problèmes et préoccupations.

En ce qui concerne la situation au Zimbabwe, le Bureau politique de l’AFP déplore que la mascarade électorale ait permis de confirmer Robert Mugabe à la tête de ce pays dont les populations ont subi la violence d’Etat et des crimes de toutes sortes, au service d’un clan minoritaire. A cet égard, Me Wade et son parti-Etat devraient adopter un profil bas, parce que dans le Sénégal d’aujourd’hui, le narcissisme, la violence, l’impunité, le réflexe dictatorial et la fraude électorale sont dans l’air du temps, pas très loin des dérives de Mugabé.

Abordant le deuxième point de l’ordre du jour, le Bureau politique de l’AFP a entendu les premières conclusions de la rencontre entre sa délégation et celle de l’Alliance Nationale des Cadres pour le Progrès, le 27 juin 2008. Il adresse ses vives félicitations à M. Alioune Sarr, Coordonnateur de l’ANCP, et à tous les cadres pour le travail accompli, avec esprit de méthode et de rigueur. Le Bureau politique de l’AFP a également adressé ses vives félicitations à M. Mamadou Sarr et son équipe du Centre de Formation et de Documentation du Parti qui a organisé un Séminaire à l’endroit des responsables départementaux, séminaire introduit avec pédagogie par le Dr Malick Diop et qui a favorisé des échanges approfondis autour de l’AFP et de sa participation aux Assises nationales. Enfin, le Bureau politique a adressé ses vives félicitations au camarade Mamadou Ly, Secrétaire national chargé de l’Administration et de la Permanence, qui a brillamment représenté le Parti au premier Congrès du Rassemblement des Forces Démocratiques de Mauritanie, qui a eu lieu du 27 au 29 juin à Nouakchott, sur le thème Fidélité et Persévérance.

Saisissant cette occasion, le Bureau politique de l’AFP a exprimé sa gratitude au parti dirigé par M. Mohamed Ould Daddah, pour l’accueil chaleureux et fraternel réservé à la délégation envoyée à Nouakchott.


Fait à Dakar, le 1er juillet 2008 

Le Bureau politique de l'AFP