Communiqué du Bureau Politique de l'AFP

Jeudi, 1 juin2006


Le Bureau politique de l'Alliance des Forces de Progrès s'est réuni le jeudi 1er juin 2006, sous la présidence de M. Moustapha Niasse Secrétaire Général, autour de l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;
2. Vie du Parti.

A la veille de l'hivernage, le Bureau politique de l'AFP s'est penché sur les nombreuses difficultés qui assaillent les populations qui continuent de s'interroger, en scrutant le ciel de notre pays chargé de nuages. Après la tragédie encore silencieuse du monde rural, voilà que les vagues spectaculaires d'émigration clandestine occupent le devant de la scène, avec leurs répercussions négatives sur le moral d'importantes franges de la jeunesse provenant cette fois-ci, pour l'essentiel, de zones urbaines côtières. En plus, les pénuries de gaz et les délestages s'intensifient et les hausses de carburant deviennent le lot quotidien.

Ces urgences n'ont pas fait oublier les inondations récurrentes que subissent Dakar et sa Banlieue, Kaolack, Tivaouane, Matam, Podor, Kolda, Tambacounda et Ziguinchor entre autres. Annoncé en grande pompe, le plan "Jaxaay", loin de traduire la marque de l'épervier, est en train de prendre dangereusement, au fil des mois, les contours du vautour qui plane au-dessus des sinistrés. A ce jour, ceux-ci n'ont pas vu l'ombre d'un toit à l'exception des 26 villas témoins, pour une demande de plusieurs milliers de maisons. Ce projet, comme tous les autres du gouvernement de Maître Wade, est en train de subir l'emprise asphyxiante de la malgouvernance. Le comble, c'est que les victimes de cette malgouvernance n'ont même pas la possibilité d'exprimer collectivement leur déception et leur colère, du fait de l'autoritarisme du pouvoir actuel. Devant les risques de spéculation foncière, de pratiques nébuleuses dans les indemnisations et d'attribution opaque des rares maisons sorties de terre, le Bureau politique de l'Afp met en garde le gouvernement de Me Wade contre de nouvelles injustices, sources potentielles de frustrations et de révoltes populaires.

La construction des infrastructures n'échappe pas à l'empreinte négative de nos gouvernants, notamment dans le dossier concernant l'élargissement de l'autoroute actuelle et de la construction de l'autoroute à péage. Ces travaux entraîneront des déplacements de réseaux d'adducteurs d'eaux de gros diamètres qui feront subir des coupures à tous les quartiers du centre-ville pendant plusieurs semaines. S'agissant du financement, seul celui du tronçon Malick Sy-Patte-d'oie est acquis. Les négociations sur le tronçon Patte d'oie-Pikine se heurtent à des difficultés avec les bailleurs pressentis. Pendant qu'on fouette l'imaginaire du bon peuple, le financement de Pikine-Thiès, via Diamniadio, n'est pas encore à l'ordre du jour.

L'impéritie du gouvernement de Me Wade est plus insupportable quand le calcul politicien et la ruse s'en mêlent. C'est la raison pour laquelle le Bureau politique de l'AFP engage le pouvoir actuel à mettre fin à l'agitation et au désordre qui se sont installés à l'IPRES, empêchant ainsi des milliers de personnes du 3ème âge de profiter des réformes souhaitables de cet Etablissement. Il y va de l'amélioration des conditions de vie des retraités.

De même, le gouvernement devrait s'employer, sans délai, à négocier avec les syndicats de l'enseignement moyen-secondaire, pour éviter les conséquences d'une année blanche pour notre système éducatif déjà en difficulté.

S'agissant de la régression démocratique en cours, au Sénégal, le Bureau politique de l'Afp condamne les graves faits de violence politiques qui ont eu lieu dimanche 28 mai 2006 à Fatick. Il appartient à l'Etat d'assurer la sécurité des manifestations légales des partis politiques, en ne se départissant jamais de l'équité et de la justice, dans l'application des lois et règlements de notre pays, qui doivent rester impersonnels. Pour le meeting de la CPA qui se déroulera à Kaolack le 3 juin 2006, le Bureau politique de l'Afp met en garde tous les fauteurs de trouble, leurs commanditaires et leurs complices, à quelque niveau qu'ils se situent, contre toute velléité de provocations aventureuses.

La démocratie sénégalaise est déjà suffisamment anémiée par la gestion du processus électoral pour en rajouter. Après le projet de loi précipité portant sur le vote des corps militaires et paramilitaires, un autre projet de loi portant création de commissions administratives spéciales qui auraient la charge de gérer les contestations et contentieux, sur les listes électorales est parvenu à l'Assemblée Nationale. Le traitement par l'Administration du contentieux lié aux inscriptions sur les listes électorales est un nouveau projet de forfaiture, car ce dossier relève depuis toujours, de la compétence de la justice. Cette nouvelle volonté de manipulation du fichier électoral par le Ministère de l'Intérieur constitue un éclairage de plus sur les motivations qui ont amené l'Etat-PDS à annihiler les travaux de la Commission ad hoc chargée de la revue du Code Electoral. Voilà donc un élément de plus dans le dossier du contentieux électoral qui est déjà très lourd.

C'est la raison pour laquelle, le Bureau politique de l'Afp s'est longuement penché sur le dossier de la préparation des élections générales et a pris en conséquence les mesures nécessaires.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP a adressé ses vives félicitations au Secrétaire Général, Moustapha Niasse, un des vingt (20) membres du Groupe de Haut niveau de l'Alliance des Civilisations, de l'Organisation des Nations-Unies (ONU) qui a tenu sa troisième et avant-dernière session à Dakar, du 28 au 30 juin 2006. Le choix de la capitale sénégalaise confirme le rayonnement international du Secrétaire Général de l'AFP, qu'il met généreusement au service du dialogue des cultures, du respect des différences et de la paix dans le monde.


 

Fait à Dakar, le jeudi 1 juin 2006

Le Bureau politique de l' AFP