Communiqué du Bureau Politique de L'AFP

Jeudi 3 juillet 2003


Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le 03 juillet 2003, en l'absence de Monsieur Moustapha Niasse Secrétaire Général, en mission à l'étranger, sous la présidence de Monsieur Madieyna Diouf, Secrétaire National chargé de la Coordination des activités du parti, à l'effet d'examiner l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale
2. Vie du Parti

Plus de trois ans après l'alternance survenu le 19 mars 2000, les problèmes qui assaillent les Sénégalais et notre pays continuent de s'aggraver, malgré la théâtralisation qui caractérise le style du gouvernement. En ce début d'hivernage, le pouvoir actuel continue de penser que la communication peut se transformer en une fin en soi et suppléer le traitement des urgences.

Sur l'étendue du territoire national, les Sénégalais, y compris la minorité qui est encore favorable au pouvoir, sont convaincus que celui-ci, pour des raisons d'ordre structurel et éthique est incapable de réaliser ses promesses érigées en système de gestion. Les réformes annoncées ou entreprises dans le monde rural ont abouti à l'arrêt brutal de toute perspective d'amélioration de la condition paysanne, dans la mesure où le gouvernement a démantelé le système de production, en refusant de prendre correctement en charge la question des semences et des aliments de bétail.

Le Bureau politique de l'AFP s'est penché sur la situation dramatique de l'élevage au Sénégal. Le cheptel qui avait déjà subi les conséquences des pluies hors saisons de janvier 2002 a transhumé comme d'habitude vers le centre et le sud du pays. Le Bureau politique de l'AFP déplore que l'élevage ne bénéficie pas du mécanisme de bonification du crédit agricole mis en place par l'Etat, et ait été exclu de la récente mesure d'épongement des dettes. Il engage le gouvernement de Maître Wade à mettre en œuvre une politique de développement de l'élevage qui s'oriente vers l'intensification des systèmes de productions animales, en tenant compte de la spécificité de chaque écosystème .

Par ailleurs, le gouvernement organise de nouveau le saupoudrage en matière de vivres de soudures. Aujourd'hui, il est évident que les mesures prises par le gouvernement et qu'il est en train d'exécuter avec les mêmes personnes qui ont déjà déroulé leur incompétence et leur phobie de la transparence, ne régleront pas les urgences. Celles-ci se traduisent en terme de survie. Pour éviter l'irréparable, le gouvernement doit recourir sans délai à l'Aide Internationale.

La situation est particulièrement dramatique et dans les régions périphériques, notamment en Casamance où les problèmes de sécurité constituent une entrave sérieuse à l'activité économique. Plus de neuf mois après le naufrage du "Joola ", la liaison maritime entre Dakar et Ziguinchor n'est toujours pas rétablie. Par ailleurs, les frustrations consécutives à cette tragédie ont été accentuées par l'insouciance et l'arrogance du gouvernement qui lui confèrent dangereusement un caractère régional prononcé alors que le drame revêt une dimension nationale. Quant aux indemnisations arbitrairement sélectives, au delà de l'éthique, c'est une question de dignité, de respect de soi-même et de l'autre.

Somme toute, les dérives du régime actuel confirment que la démocratie, sous nos cieux, n'est pas encore un acquis définitif. Chaque acte posé participe de la construction d'un système mû par une logique d'exclusion et d'accaparement en faveur des hommes qui animent le nouveau parti Etat à la recherche effrénée d'une majorité introuvable.

Ces préoccupations du pouvoir, , qui sont aux antipodes des aspirations du peuple du 19 mars, interpelle toutes les forces patriotiques. Le Bureau politique de l'AFP engage les responsables à mener à bien le travail d'explication, par une démarche de proximité, à travers l'exécution de programmes d'animation cohérents pour organiser la résistance démocratique contre la mauvaise gestion de nos maigres ressources nationales, l' affairisme et l'autoritarisme débridés.

Par ailleurs, le Bureau politique de l'AFP a tenu à adresser ses vives félicitations à son Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse qui, une fois de plus, a fait montre de ses talents d'homme d'Etat et de diplomate, en apportant son importante contribution à la consolidation du processus de paix en RDC, dans le cadre de la mission que lui ont confiée les Nations Unies.

Fait à Dakar, le 3 juillet 2003
Le Bureau Politique de l’AFP