Communiqué du Bureau Politique de L'AFP

20 mars 2003

Le Bureau Politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 20 mars 2003 à l'hôtel Ngor Diarama sous la présidence de Monsieur Moustapha Niasse, Secrétaire Général autour de l'ordre du jour suivant :

1) Regard croisé sur trois (03) années d'alternance
2) L'AFP face aux défis nationaux, au lendemain du 1er congrès ordinaire.


Abordant le premier point de l'ordre du jour, le Bureau Politique a jeté un regard attentif et serein sur l'alternance le bilan du gouvernement de l'alternance. Le dénominateur commun qui relie les trois années de cette alternance se résume dans l'échec au double plan intérieur et extérieur sur une toile de fonds de déception populaire à la suite de la trahison de l'immense espoir suscité par notre victoire historique du 19 mars 2000.

Le manque de vision et l'incompétence, source de toutes les dérives qui menacent la stabilité et la sécurité de notre pays, affectent toutes les sphères de la vie publique sénégalaise, tous les secteurs d'activité, et les ménages qui subissent de surcroît la situation de violence provoquée par le réflexe totalitaire et la fuite en avant sur le long parcours des promesses non tenues, sans cesse renouvelées. La concentration de tous les pouvoirs institutionnels entre les mains du Président de la République et la gestion patrimoniale des affaires de l'Etat ont installé une situation de totale opacité sans précédent qui multiplie jour après jour le nombre et l'ampleur des cas de mal gouvernance. Ainsi, les médias d'Etat sont transformés en instrument de propagande pour la gestion de l'imaginaire des Sénégalais.

Par ailleurs, le montant des cinq (05) projets de Maître Wade logés à l'APIX est chiffré à Deux Mille Cent Soixante Quatorze (2 174) milliards CFA. Ces projets qui font fi des priorités vitales comme le monde rural, l'énergie, la baisse subséquente du taux de croissance (de 5% en 2001 à 2,4% en 2002), le déficit budgétaire multiplié par trois, le taux moyen d'inflation multiplié par quatre (0,75% en 2000 à presque 3% en 2002).
Tout cela a entraîné la rupture des grands équilibres macro économiques et la méfiance des bailleurs de fonds, des investisseurs et des partenaires extérieurs du Sénégal.
Sur le plan social, le démantèlement brutal de la filière arachidière a plongé les paysans dans une détresse extrême qui les expose à la famine. En outre, la non reconstitution du capital semencier ouvre des perspectives qui risquent de priver l'économie sénégalaise de 70% de consommateurs. Quant au cheptel, l'insuffisance du tapis herbacé menace dangereusement son existence.

Au surplus, le libéralisme du gouvernement de Maître Wade n'épargne pas les zones urbaines et sub-urbaines où, en plus des conflits sociaux récurrents et mal gérés, le chômage, notamment celui des jeunes, est aggravé. L'Université et l'école sénégalaise ne sont pas épargnées par de nombreux soubresauts consécutifs à une gestion populiste et démagogique. Ces problèmes sociaux sont exacerbés par une spéculation foncière lourde de dangers pour la stabilité de notre pays et pour l'unité nationale.

Abordant le deuxième point de l'ordre du jour, le Bureau Politique de l'AFP a adressé ses vives félicitations à l'ensemble des responsables et des délégués, notamment aux femmes, aux jeunes, aux personnes du troisième âge et aux travailleurs, pour leur mobilisation et leur contribution au succès du Premier Congrès ordinaire de l'AFP, dont les répercussions sont tangibles aussi bien au plan national qu'au plan international.

Face à toutes les dérives du gouvernement de Maître Wade, le Bureau Politique a réaffirmé l'ancrage de l'AFP debout dans l'opposition pour construire l'alternative avec le C.P.C, au sein d'un grand rassemblement de la gauche plurielle, avec toutes les forces patriotiques, tous les démocrates, la société civile, bref, avec tous ceux qui militent pour les changements véritables.

Le Bureau Politique engage le parti à participer activement à la résistance contre le réflexe totalitaire du pouvoir actuel qui rejette le projet de création d'une Commission Nationale Electorale Indépendante (CENI) et la refonte du fichier électoral qu'il avait pourtant réclamées alors qu'il était dans l'opposition.

Le Bureau Politique invite chaque Secrétaire National à assurer, dans son domaine de compétence, le suivi et l'exécution des recommandations du Premier Congrès ordinaire, dans le cadre des commissions et sous-commissions du Bureau Politique et du Comité Directeur.

Enfin le Bureau Politique de l'AFP exprime sa gratitude aux partis amis qui ont envoyé à Dakar d'éminents représentants au Congrès de l'AFP marquant ainsi leur solidarité active vis à vis du Parti et de son Secrétaire Général, Monsieur Moustapha Niasse. Ces remerciements s'adressent également à tous les partis sénégalais, aux organisations syndicales, aux organisations patronales, aux ONG et à toutes les personnalités qui ont bien voulu participé à la cérémonie d'ouverture du Premier Congrès ordinaire de l'AFP.

Fait à Dakar, le 20 mars 2003
Le Bureau Politique de l’AFP