Communiqué du Bureau Politique de L'AFP

Jeudi 15 janvier 2004


Le Bureau politique de l’Alliance des Forces de Progrès s’est réuni le jeudi 15 janvier 2004, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général, autour de l’ordre du jour suivant :

1. Situation nationale ;

2. Vie du Parti.

Le Bureau politique de l’AFP a analysé, au cours de sa réunion hebdomadaire, les différents aspects du dossier de l’affaire des menaces adressées aux Evêques du Sénégal.

Le Bureau Politique de l’AFP a salué la maturité dont les Evêques du Sénégal ont fait preuve. Il reste à souhaiter que les engagements, pris par le pouvoir, soient respectés et que les vrais coupables soient identifiés et, enfin, que des actes viennent confirmer la volonté proclamée de mettre fin, dans notre pays, à toutes les formes de violence qui se développent.

A cet égard les affaires précédentes, dont l’instruction est en cours, doivent être menées jusqu’au bout, sans aucune forme d’ingérence du pouvoir politique. Dans le même sillage, les menaces proférées contre l’ONDH, qui est une institution de défense des droits de l’homme, sont simplement inacceptables. Ces menaces constituent une nouvelle dérive qui vient corroborer les tentatives de musellement des citoyens dans la jouissance de leurs droits.

S’agissant des audits, le Bureau politique de l’AFP considère, dès lors que la gestion de ce dossier était conduite au sommet de l’Etat et exclusivement par le cabinet du Président de la République, que l’argument des ressources humaines ne tient guère la route. En conséquence, c’est une volonté politique réelle qui peut garantir la transparence dans l’approche des audits, dans le respect des principes administratifs et l’observation stricte de la loi en matière de gestion de fonds publics.

Le Bureau politique de l’AFP a stigmatisé la même insouciance du gouvernement quant à la mise à la disposition des paysans des semences de maïs. Il déplore le cynisme dont le gouvernement veut faire montre en imputant la responsabilité à des opérateurs privés. La vérité est que ni la nature, ni la qualité de ces semences n’ont été vérifiées comme il se devait. En conséquence, les paysans qui sont victimes de cette situation ne doivent pas être soumis à des procédures de remboursement, dans la mesure où leur récolte a été nulle et leur espoir anéanti.

Le Bureau politique de l’AFP s’est également penché sur la crise universitaire actuelle. Se fondant sur le lien indissoluble entre le développement, la croissance économique, la paix sociale et la sécurité des citoyens, le Bureau politique tient à souligner que cette crise doit être résolue dans les plus brefs délais, pour éviter des conséquences qui peuvent se révéler incalculables. En effet, les revendications présentées par les étudiants trouvent, pour la plupart, leurs raisons dans les nombreuses promesses non tenues du pouvoir actuel, notamment en ce qui concerne l’amélioration progressive des conditions de vie, de travail et d’études de la communauté universitaire.

Dans le chapitre des promesses non tenues, le Bureau politique de l’AFP rappelle la nécessité urgente d’assurer la desserte maritime de la ligne DAKAR-ZIGUINCHOR, par l’acquisition d’un bateau réunissant toutes les normes de sécurité.

En ce qui concerne la vie du parti, le Bureau politique a examiné les modalités de lancement de l’Ecole du parti. Dans ce cadre, un atelier de réflexion sera consacré à la mise en œuvre des recommandations. Sous un autre registre, le Bureau politique .exhorte les responsables du parti, à tous le niveaux, à faire descendre à la base les circulaires liées à la vie du parti.

Enfin, le Bureau politique adresse ses encouragements aux Lions de la Téranga et leur souhaite un parcours exemplaire lors de la C.A.N.

 

Fait à Dakar, le 15 janvier 2004
Le Bureau Politique de l’AFP