Communiqué du Bureau Politique de L'AFP

Vendredi 14 février 2003

Le Bureau Politique de l'AFP s'est réuni le 14 février 2003, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du Parti , à l'effet d'examiner l'ordre du jour suivant : 1. Situation nationale 2. Vie du Parti

Examinant l'évolution du Sénégal, le Bureau Politique de l'AFP s'est inquiété de la recrudescence de la violence en Casamance. Ce douloureux problème, qui dure depuis vingt ans doit être traité avec un sens élevé des responsabilités et avec méthode par les autorités de notre pays. Le Bureau Politique de l'AFP invite le gouvernement en conséquence à prendre toutes les dispositions pour s'engager de façon irréversible dans la recherche d'une solutions définitive de la crise casamançaise. A cet titre, la perspective de l'enclavement aggravé de la région sud du fait de l'absence des liaisons pouvant assurer le transport fiable de personnes et de la fluidité des échanges entre le nord et le sud du Sénégal est une donnée à prendre en charges avec courage et lucidité.

La préservation de l'unité nationale dans les pays comme le nôtre qui peuvent connaître à tout moment des conflits, à éviter à tout prix, doit être un des objectifs fondamentaux de tout homme politique responsable. Le gouvernement de Me Wade minimise les éléments désintégrateurs d'une politique improvisée dans la gestion des affaires courantes de l'Etat. L'ère des promesses ainsi que des projets sans consistance est définitivement révolue.

Dans le cadre de l'évaluation de la situation nationale et en particulier celle qui prévaut dans la production énergétique, le Bureau politique a entendu une brillante communication des camarades Seydina Aliou Dia et Birame Diouf, ingénieurs, portant sur le bilan énergétique et la situation du secteur de l'électricité au Sénégal qui constitue un domaine essentiel de l'économie nationale. Il ressort des conclusions de ces exposés que le Sénégal doit fournir très rapidement des efforts importants et soutenus pour se mettre au niveau des pays en développement à économie comparable. En effet, là où la moyenne de consommation dans ces pays est de 650 KW/H par habitant et par an pour un taux d'électrification de 60% , le Sénégal reste loin derrière avec 150 KW /H par habitant et par an et 25% à peine de taux d'électrification.

Dans ce secteur, la demande ne cesse de croître (3,5 % par an ), mais le développement de l'électricité est freiné par le vieillissement du parc de production et des infrastructures de transport et de distribution de l'énergie. Il s'y ajoute que les choix technologiques basés des standards, qui sont loin de nos réalités, impliquent des investissements à rentabilité économique négative qui compromettent la croissance économique au Sénégal..

Abordant le deuxième point de son ordre du jour, le Bureau politique tient à souligner que la création de l'AFP obéit au contexte historique du passage de notre pays vers la modernité politique. Le style de l'AFP qui est attachement à la méthode et aux principes, s'appuie sur la dynamique de la recherche du consensus et du dialogue politique permanent. En visant l'objectif de devenir une force motrice, attractive, organisée, structurée et en phase avec les exigences de notre temps, l'AFP a aussi pris conscience que la reconquête de l'espace politique est conditionnée par l'unité de toutes les forces de la Gauche plurielle.

Pour cette raison, l'Alliance des Forces de Progrès place les assises de son premier congrès ordinaire sous le thème central de l'unité, de la mobilisation et de l'engagement patriotique, sur la base d'une vision commune des forces progressistes et engage ses militants à faire converger toutes les énergies vers la constitution d'un grand ensemble démocratique pluriel, socialiste et moderne.

Partant du principe que tout ce qui monte converge et prenant la pleine mesure des dérives de toutes sortes qui menacent en particulier l'État de droit et les foncements pluriels de notre société, l'Alliance des Forces de Progrès estime être de sa responsabilité de rechercher, avec l'ensemble des formations politiques, les points de convergences pour faire triompher au Sénégal le pari de la construction d'un parti résolument tourné vers le développement concerté, la renaissance économique et la justice sociale. C'est par là que passe l'alternative de l'alternance vidée de sa substance et trahie par ceux-là qui poursuivent la fuite en avant.

Fait à Dakar, le 14 février  2003
Le Bureau Politique de l’AFP