Communiqué du Bureau Politique de L'AFP

Jeudi 12 juin 2003


Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 12 juin 2003 sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du Parti. Il a examiné plusieurs dossiers relatifs à l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale
2. Vie du parti


Revenant sur la détresse que subit actuellement le monde rural, le Bureau politique de l'AFP déplore que le Gouvernement, comme il l'a fait, l'année dernière, ne se limite qu'à des mesures superficielles, à des procédures qui ne trompent personne, et qui consistent, pour l'essentiel, à affirmer de manière péremptoire, qu'il vole au secours des populations, avec semences et vivres. Il est évident, et les populations le disent elles-mêmes, que les semences annoncées ne sont suffisantes ni en quantité, ni en qualité, qu'elles sont vendues au-dessus des prix annoncés, et avec un grand retard. Au surplus, les autorités de l'État, face à cette situation, devraient régler rapidement la question des vivres de soudure, de manière effective et transparente.

Ces questions sont liées aux choix programmatiques et à l'éthique. C'est la raison pour laquelle le Bureau politique de l'AFP se félicite de l'organisation à Dakar du Colloque international, par la Fondation Jean Jaurès et des partis du CPC, Colloque qui a connu un grand succès, et qui a été consacré au thème "La gauche aujourd'hui". Les discussions qui ont marqué les travaux de ce Colloque international ont revêtu une importance particulière, non seulement par leur densité et leur niveau d'élévation, mais encore par leur adéquation à l'état du monde, dans une Afrique où les choix proclamés en faveur de la démocratie, sont aux antipodes des comportements de certains régimes politiques. De tels régimes, surtout, lorsqu'il y a alternance, appliquent des politiques et des méthodes de Gouvernement en porte à faux avec les aspirations des peuples et les revendications que les nouveaux dirigeants avaient prises en charge quand les dirigeants de ces régimes se trouvaient dans l'opposition.

Ce Colloque de Dakar devait être poursuivi à Conakry par un Séminaire international, dans le même esprit et dans le même cadre. Les autorités guinéennes ont pris la responsabilité, au dernier moment, alors que toutes les délégations invitées se trouvaient dans la capitale guinéenne, d'interdire, sans aucune raison valable, la tenue de ce Séminaire, violant ainsi la Convention de la CEDEAO sur la circulation des personnes et des biens, la Charte africaine des Droits de l'Homme, et la Charte de l'Organisation des Nations-Unies sur les libertés et les Droits humains.

L'esprit CEDEAO a également souffert des conséquences relatives à un événement sportif qui a impliqué le Sénégal et la Gambie. Il est du devoir, de manière permanente, des autorités de l'État, d'assurer la sécurité des Sénégalais où qu'ils se trouvent dans le monde, ainsi que le respect des droits qui sont les leurs. Dans le cas précis des Sénégalais se trouvant en Gambie, ceux qui, à cause des événements de la semaine dernière, veulent rentrer dans le pays, doivent se voir faciliter leur retour, dans les meilleures conditions et avec le soutien de l'État, en ce qui concerne leur transport.

De même, les biens qu'ils possèdent en Gambie, doivent être répertoriés et protégés, conformément aux Conventions qui existent entre la Gambie et le Sénégal. Pour le reste, il est regrettable que des hommes d'État tenus par l'obligation de réserve et de mesure liées à leurs fonctions à la tête d'un pays, se laissent aller à des débordements, de quelque nature que ce soit, qui favorisent malheureusement des dérapages comme ceux notés dans cette affaire déplorable.

Pour les mêmes raisons, le gouvernement du Sénégal doit prendre les dispositions nécessaires en vue de protéger les sénégalais vivant en Gambie pendant et après le match Sénégal- Lesotho du samedi 14 juin 2003.

Concernant la vie du parti, le Bureau politique de l'AFP a fait le point sur les derniers préparatifs de la célébration du 4ème Anniversaire de la Déclaration de principes du 16 juin 1999, événement qui est une composante importante de notre identité en tant que parti de gauche, populaire, progressiste et démocratique.

Fait à Dakar, le 12 juin 2003
Le Bureau Politique de l’AFP