Réunion du Bureau politique de l’AFP

20 fevrier 2003


Le Bureau Politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 20 février 2003 sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, à l'effet d'examiner l'ordre du jour suivant :

1) Situation nationale ;
2) Vie du parti.

Le Bureau Politique de l'AFP a examiné la situation nationale telle qu'elle prévaut actuellement dans l'ensemble du pays et qui se caractérise notamment par un profond malaise social, par la dégradation du tissu économique et par un climat scolaire instable dans plusieurs établissements d'enseignement supérieur et secondaire.

L'Alliance des Forces de Progrès, dans ce cadre, a entendu deux exposés consacrés aux activités de micro-crédit en milieu rural et dans les zones urbaines et sub-urbaines, puis sur la situation difficile de la filière arachidière menacée de dislocation après deux campagnes successives catastrophiques.

Après des discussions approfondies consacrées à ces dossiers, le Bureau Politique de l'AFP a pris la décision de poursuivre, au sein des comités techniques du parti, l'étude des facteurs de blocage que recèlent les dysfonctionnements identifiés dans les secteurs concernés, au détriment de la croissance de l'économie sénégalaise et de l'accroissement du bien-être des citoyens.

Au sujet de la filière arachidière, le Bureau Politique de l'AFP a tenu à lancer un appel pressant au gouvernement pour que celui-ci prenne en main, sans tarder, le dossier des semences, qui doivent être des semences sélectionnées, à la place des semences écrémées dont la qualité n'est jamais garantie et qui ne donne que des rendements réduits d'au plus 500 kg à l'hectare. Par delà la question des semences, le dossier de la campagne agricole à venir doit être géré avec sérieux. Cette campagne agricole qu'il faut distinguer de la campagne de commercialisation des arachides, comprend, chaque année, la prise en compte de l'ensemble des semences, des engrais, des vivres de soudure, la surveillance et la protection des végétaux pendant une saison agricole. Cette saison agricole s'étend en moyenne sur la période de mars à novembre, jusqu'à l'ouverture conséquente de la campagne de commercialisation de l'arachide, fixée généralement au début de novembre.

Si le gouvernement, comme en 2001 et 2002, ne s'occupe pas, comme il se devrait, de la campagne agricole, avec toute la vigilance requise, les conséquences seront désastreuses et l'état de pauvreté des paysans n'en sera que plus aggravé. A ce moment-là, aucune explication autre que l'inconscience et l'irresponsabilité ne pourra être servie aux Sénégalais.
Concernant le remboursement des bons impayés, l'AFP demande au gouvernement de veiller à ce que tous les bons des paysans, sans exception, soient payés, ceux datant de la campagne 2000/2001 et de la campagne 2001/2002, et que cela soit du fait de l'UNCAS ou de l'ex-Sonagraines.

L'AFP exprime sa plus vive inquiétude quant à l'avenir de l'arachide au Sénégal. En effet, les 35 000 tonnes de semences annoncées par le Premier Ministre lors de son discours du 03 février sont loin de garantir une campagne arachidière digne de ce nom, puisque dans le meilleur des cas, la récolte prévisible sera de 150 000 tonnes compte tenu de la qualité des semences d'écrémage pour l'année 2003.

Cela risque de sonner le glas de cette culture qui a contribué à construire le Sénégal et qui constitue la spécialisation de notre pays sur le marché international.

Il y a donc urgence à recréer un cadre institutionnel et technique qui favorise le maintien d'une production arachidière à un niveau compatible aussi bien avec sa présence sur le marché européen de l'huile, des tourteaux et de l'arachide de bouche qu'avec l'approvisionnement régulier du consommateur sénégalais en huile de qualité plus conforme à nos traditions alimentaires.

Evoquant la préparation du premier congrès ordinaire du parti, le Bureau Politique de l'AFP a fait le point des travaux entrepris au sein du comité national préparatoire. Il a vivement engagé les membres de ce comité à parachever dans les délais requis l'ensemble des actions en cours pour assurer un bon déroulement de ce congrès.

Dans le même cadre, le Bureau Politique a pris les dispositions nécessaires afin que les coordinations de base au niveau communal, départemental et régional reçoivent à temps les documents et rapports du congrès.

Abordant la place et le rôle du parti dans l'évolution politique du Sénégal, le Bureau Politique de l'AFP réaffirme que les options faites sur une base consensuelle permettent au parti de surmonter au grand jour et dans la transparence tous les obstacles de l'installation des structures du parti. Ces choix sont entre autres des principes démocratiques et de consensus dynamique.

Ainsi, l'apprentissage de la démocratie directe que l'AFP a choisi de façon irréversible comme méthode a un prix et le parti, dans son ensemble, est prêt à faire face. Dans ce sens, le Bureau Politique rappelle que les débats se mènent à l'intérieur du parti de façon libre et démocratique. Le Bureau Politique, depuis deux ans que dure l'élaboration de cette politique, a donné les gages de sa disponibilité à faire éclore dans toutes les structures du parti tous les talents et identités remarquables, ceci pour accompagner de façon unitaire et consensuelle, tout le processus d'un débat d'idées fécond, qui en lieu et place de conflits de personnes, permet de situer l'Alliance des Forces de Progrès dans le camp de la lutte contre l'immobilisme social et la régression politique.

Car, l'unité fait la force et la diversité crée la richesse. Et le parti fait siennes ces deux règles fondamentales de la modernité politique.

Avant de terminer ses travaux de ce jour, le Bureau Politique de l'AFP a tenu à rappeler au gouvernement du Sénégal et au Chef de l'Etat, M. Abdoulaye Wade, l'obligation qui leur incombe de s'atteler à régler la question de l'indemnisation juste et sur une base légale des familles de toutes les victimes du naufrage du bateau " le Joola ", survenu dans la nuit du jeudi 26 septembre 2002.

Enfin, revenant sur la crise entre l'Irak et les Etats Unis d'Amérique, le Bureau Politique de l'AFP a réaffirmé l'opposition sans équivoque du parti à toute guerre qui ne pourrait que menacer la paix dans le monde et plonger les pays pauvres dans davantage de misère, au prix de millions de pertes en vies humaines et de nouvelles maladies dispersées au milieu d'innocentes populations.

Fait à Dakar, le 20 fevrier  2003
Le Bureau politique de l’AFP