L'AFP ET LES ASSISES NATIONALES

Sénégalaises et Sénégalais, Patriotes et Démocrates debout,

Par l'appel du 16 juin 1999, M. Moustapha Niasse diagnostiquait les maux du Sénégal, en affirmant sa volonté de changement. Cet appel historique allait déboucher logiquement sur la création, le 23 août 1999, de l'Alliance des Forces de Progrès qui, par la grâce de Dieu, a occupé une place centrale dans le bouleversement du 19 mars 2000 voulu par le peuple sénégalais, qui exigeait clairement qu'une gouvernance nouvelle prît forme. L'immense espoir suscité alors a été suivi d'une déception nationale, accompagnée d'une crise profonde et multiforme, qui a affecté tous les secteurs d'activités et tous les segments de la population. Maître Abdoulaye Wade et le mode de gouvernance de son régime en portent l'entière responsabilité.

Aujourd'hui, tous les poumons de l'économie nationale sont essoufflés. Le délabrement général n'épargne ni le monde rural, qui plonge dans la famine, ni les principales unités industrielles, qui se sont effondrées, ni la pêche et le tourisme, naguère en pleine expansion. En ce qui concerne la valorisation des ressources humaines, des secteurs aussi stratégiques que l'Education et la Santé sont négligés. Ils végètent dans le dénuement et dans un climat de tensions permanentes. Par ailleurs, toute politique sociale relative au logement est plombée par une boulimie foncière sans précédent, qui affecte même les hôpitaux, les écoles et les cimetières. Faute d'environnement propice à l'emploi, la jeunesse crie son désespoir, par le slogan tragique " Barça ou Barsakh ".

Malgré ce tableau sombre aggravé par une flambée des prix inédite, le train de vie de l'Etat est débridé, l'affairisme, la corruption et l'impunité constituent la sève nocive de la mal gouvernance chronique qui frappe le Sénégal depuis l'avènement des pseudo-libéraux. On comprend donc pourquoi les finances publiques exsangues n'arrivent plus à honorer les engagements de l'Etat.

En plus, Maître Abdoulaye Wade et son gouvernement organisent la régression de notre démocratie, en foulant aux pieds la Constitution, les libertés et en confisquant la souveraineté populaire, par des mascarades électorales répétées, qui ont fragilisé les Institutions devenues illégitimes et coûteuses. La séparation des pouvoirs au Sénégal est aujourd'hui une vue de l'esprit. L'Exécutif envahit en permanence les espaces du Législatif et de la Justice, pour défendre les intérêts d'un groupe privé qui a installé le pays dans l'insécurité intégrale, en menaçant gravement la stabilité

Pour toutes ces raisons, les Assises Nationales sont la thérapeutique que le génie de la Nation sénégalaise debout a conçue, avec les patriotes et les démocrates, aux fins de trouver des solutions consensuelles aux multiples maux qui frappent notre pays. C'est là que se trouve le chemin vrai du développement concerté et équilibré, pour mettre fin aux rêves, aux illusions et aux manœuvres de Maître Abdoulaye Wade devenus de véritables cauchemars pour les populations. L'amorce du retour de l'Espoir est à ce prix. L'Alliance des Forces de Progrès, dont la devise est Foi- Patriotisme- Solidarité, ne ménagera aucun effort, pour assurer le succès des Assises Nationales. Le Sénégal en sortira vainqueur !

Bonne chance à toutes et à tous !


Fait à Dakar, le 31 mai 2008 

Le Bureau politique de l'AFP