Communiqué du Bureau Politique de l'AFP

 

Jeudi 23 mai 2002


Le Bureau Politique de l'A.F.P s'est réuni le jeudi 23 mai 2002, sous la présidence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti en vue d'examiner l'ordre du jour suivant :

  • Examen de la situation politique nationale à la suite des élections locales du 12 mai 2002
  • Situation économique et sociale
  • Vie du parti

Avant l'entame de son ordre du jour, le Bureau Politique a formulé des prières pour le repos de l'âme de Madame Anna Bathily, épouse du Secrétaire Général de la LD/MPT, et présenté, en cette douloureuse circonstance, ses condoléances les plus émues, au Professeur Abdoulaye Bathily.

Lors de cette séance, le Bureau Politique de l'A.F.P a constaté, avec satisfaction, que la leçon principale des élections régionales, rurales et municipales du 12 mai, constitue, sans conteste, la poussée triomphale de l'opposition, du CPC en particulier, sur l'étendue du territoire national. En effet, le Bureau Politique, tout en se félicitant de l'apport significatif des différents partis du CPC qui, grâce à la mobilisation dans un cadre unitaire des forces populaires, ont permis le net recul, voire la défaite de la coalition présidentielle dans plusieurs endroits du pays, considère cette nouvelle perspective comme le triomphe d'une ligne politique juste et efficace.

Le Bureau Politique de l'A.F.P, tout en félicitant les membres et électeurs de l'A.F.P pour leur dévouement lors de cette compétition, engage donc ses militants élus, à donner le meilleur d'eux-mêmes, pour faire de cette rupture exprimée par les masses populaires, le début de la défaite irréversible des partisans de la pensée unique et du retour du parti-Etat, qu'incarne le PDS.

Par ailleurs, le Bureau Politique se félicite du sérieux revers subi partout par le PDS, en particulier dans le bassin arachidier, à Kaffrine, à Nioro, dans la région de Tamba, dans des villes comme Ziguinchor, Bargny, Kédougou, Sédhiou à Joal-Fadiouth. Malgré l'utilisation massive de l'argent, l'achat des consciences, l'affaiblissement programmé de l'Onel, les imperfections constatées dans le fichier électoral et enfin l'implication, encore une fois, du Président de la République, la preuve est ainsi faite, que la coalition autour de M. Abdoulaye Wade est rejetée et discréditée dans le pays réel. Dans d'autres importantes localités, malgré le discours triomphaliste de responsables du PDS, le CPC, à M'bour, à Tivaoune, à Linguère, Vélingara et dans bien d'autres grandes circonscriptions urbaines, a victorieusement tenu tête au PDS, qui ne doit sa victoire qu'à l'intimidation des électeurs, aux irrégularités incontestables et aux fraudes. Le taux élevé d'abstention, constaté à Touba, est la preuve éloquente, que les manœuvres politiciennes du Président de la République n'ont mené qu'à un désaveu manifeste qui a sérieusement affecté l'autorité et le symbole que doit incarner le Chef de l'Etat.

Tirant donc les enseignements de cette importante compétition électorale, qui marque le déclin du régime PDS, le Bureau Politique de l'A.F.P pense que l'opposition sénégalaise, le C.PC, en particulier, est devenu l'alternative face à l'aggravation de la misère sociale, l'absence de culture démocratique et d'éthique républicaine des principaux dirigeants du parti du Président de la République. L'aiguisement de la conscience démocratique des larges couches populaires, qui ont exprimé un sentiment très clair de rejet de la politique économique et sociale en cours confirme par ailleurs, l'aspiration irrépressible des Sénégalais à un véritable changement de leur condition de vie et de travail.

Face à cette volonté de changement, le Gouvernement de Maître Abdoulaye Wade s'emploie à dresser les Sénégalais, les uns contre les autres, en remettant dangereusement en question la paix civile. Aucun secteur n'est à l'abri de cette politique néfaste les organisations syndicales des travailleurs, le patronat, le monde rural et la société civile, à qui le Président de la République vient d'administrer, s'il en était besoin, la preuve de son intolérance caractérisée, qui lui fait perdre sa sérénité dans tout débat d'idées contradictoires.

Evaluant les relations financières très tendues avec les bailleurs de fond, en particulier la Banque Mondiale, le Bureau Politique de l'A.F.P considère que les errements de la politique économique de Maître Wade et le manque de vision dans ses choix ont conduit à une situation d'impasse. En effet, tous les observateurs avisés, y compris ceux de la presse économique du Sénégal, sont unanimes à reconnaître qu'en mi-mars 2002, le portefeuille de la Banque mondiale, qui s'intéressait à 21 projets, qui représentent 881 millions de dollars, n'a eu à décaisser que 221 millions de dollars. De 30% en 1997, les décaissements de la Banque Mondiale ont baissé en 2001 à 9%. Les reniements, par le gouvernement de Maître Wade de ses propres engagements, discréditent ainsi l'État du Sénégal et entraînent du fait des reports et des multiples tergiversations, une application plus draconienne d'une politique de redressement des finances publiques, malmenées par des pratiques douteuses et des dépenses non budgétisées.

C'est sous cet éclairage que le Bureau Politique déplore le drame qui sévit dans le monde rural. Les bons non encore payés, l'absence de revenus financiers chez les paysans, la flambée du prix du mil à 200 francs le Kilo, ont mené, en deux ans, à la dislocation de l'économie rurale, exposant ainsi les campagnes et villages du Sénégal à une famine certaine. Déjà les signes annonciateurs de cette famine se font sentir chez le bétail qui manque cruellement d'aliments. La production de lait a aussi baissé dans les zones pastorales de façon vertigineuse.

Abordant le dernier point de son ordre du jour, le Bureau Politique engage le parti à achever la structuration définitive de l'.A.F.P, dans la tradition et la philosophie d'un parti de Gauche, socialiste, démocratique et moderne. Dans cet esprit, le Bureau Politique a mis en place une structure de réflexions pour faire de l'Appel du 16 juin du camarade Moustapha Niasse, un moment privilégié de commémoration et d'actions qui serviront à nourrir la ligne doctrinale, politique et idéologique de l'A.F.P

Enfin, le Bureau Politique félicite chaleureusement le Comité d'Experts chargé de l'audit du fichier électoral et tous les Camarades de l'ANCP qui, sans relâche, de jour comme de nuit, pendant deux semaines, ont mis à nu les tentatives de fraudes électroniques, que préparent, depuis la Présidence de la République, les faussaires de la démocratie. Dans la même lignée, le Bureau Politique adresse ses vifs encouragements au groupe d'experts et d'analyses des données économiques en Afrique et au Sénégal, groupe composé notamment de cadres de l'A.N.C.P, pour la pertinence de leurs études consacrées aux rapports du Sénégal avec les bailleurs de fonds et les partenaires au développement.

Fait à Dakar, le 23 mai 2002
Le Bureau Politique de l'AFP