Communique du Bureau Politique de l'AFP

Jeudi 19 décembre  2002

 

Le Bureau politique de l'AFP s'est réuni le jeudi 19 décembre 2002, sous la présidence du coordonateur national M. Madieyna Diouf, en l'absence de M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général du parti, en mission à l'étranger. Lors de cette séance, le Bureau Politique de l'AFP a examiné l'ordre du jour suivant :

1. Situation nationale
2. Vie du parti

Le Bureau Politique partage avec l'ensemble du peuple sénégalais le succès éclatant et la belle performance obtenue par M. Moustapha Niasse, Secrétaire Général de l'AFP, en sa qualité d'Envoyé Spécial de M. Koffi Annan, Secrétaire Général des Nations-Unies en République Démocratique du Congo. Avec la signature de l'Accord global et inclusif à Pretoria, qui engage l'ensemble des forces sociales, politiques et religieuses du Congo Démocratique et assure, jusqu'aux prochaines élections, une transition politique dans le cadre des responsabilités collectivement partagées, M. Moustapha Niasse a confirmé, en étroite collaboration avec le Secrétaire Général de l'Onu, M. Koffi Annan et le Président Thabo Mbeki, Président en exercice de l'Union Africaine, ses grandes qualités d'homme d'État. Les possibilités offertes par cet Accord ouvrent les perspectives de paix et confirment, qu'avec le concours de ses partenaires, l'Afrique peut venir à bout de tous ses conflits et problèmes qui l'assaillent. Aussi, cette victoire est celle de l'Afrique et du Sénégal.

Examinant la situation nationale, le Bureau Politique de l'AFP réaffirme sa solidarité aux parents des victimes du naufrage du bateau le " Joola " et déplore les brutalités subies par les manifestants de la marche pacifique du samedi 14 décembre 2002. Sur ce plan, le Bureau politique de l'AFP invite le gouvernement de Maître Wade à laisser les représentants des familles de victimes s'organiser librement.

A propos de l'agriculture sénégalaise, le Bureau politique pense que la réalité de la baisse de la pluviométrie n'explique pas à elle seule le grave déficit céréalier. Prenant en considération les conséquences de la chute de la production arachidière et l'aggravation du déficit céréalier ainsi que les répercussions de la baisse du taux de croissance estimé à l'ordre de 2,4%, le Bureau Politique tire la conclusion que le Sénégal va accuser une régression économique qui frappera durablement aussi bien le secteur formel que le secteur informel. Au demeurant, le Gouvernement vient de confirmer devant la représentation nationale qu'il n'a rien prévu dans le projet de Loi de Finances, pour venir en aide au monde rural, durement frappé par l'important déficit vivrier et la forte baisse de la production arachidière ainsi qu'aux familles des victimes du "Joola". Le Sénégal n'a jamais connu des catastrophes de cette envergure.

Abordant le deuxième point de son ordre du jour, le Bureau Politique engage l'ensemble des structures du parti à poursuivre leur organisation méthodique et leur mobilisation afin de confirmer l'AFP dans sa vocation de grand parti attractif. Evaluant l'état d'exécution des recommandations et décisions des commissions préparatoires du 1er Congrès ordinaire du parti, le Bureau politique invite toutes ses structures à continuer à garder le même degré de détermination et de mobilisation, pour parachever la construction de l'outil indispensable de la rénovation politique, du changement économique, politique et social du Sénégal.

 

Dakar, 19 décembre 2002

Le Bureau Politique de l'AFP