Communique du Bureau Politique de l'AFP

Jeudi 12 septembre  2002

 

Le Bureau politique de l'Alliance des Forces de Progrès s'est réuni, le jeudi 12 septembre 2002, sous la présidence de M. Madieyna Diouf , Coordonnateur National, en l'absence du Secrétaire Général, M. Moustapha Niasse, en mission à l'étranger, en vue d'examiner l'ordre du jour suivant :

  • Situation Nationale
  • Vie du Parti

Abordant le premier point de l'ordre du jour, le Bureau politique s'est penché sur le contexte caractérisé par la morosité générale, le doute, les interrogations, et l'inquiétude qui ont gagné l'ensemble des couches sociales de notre pays, suite à l'alternance trahie par le gouvernement de Me Wade, qui se révèle incapable d'amorcer le moindre mouvement vers la satisfaction des attentes des populations.

Malgré la situation catastrophique du monde rural, le gouvernement de Me Wade continue de disserter sur le sexe des anges en niant la réalité féroce d'un appauvrissement qui a engendré des poches de famine un peu partout dans le territoire national. La distribution désordonnée et partisane des vivres de soudure est venue ajouter à la frustration qu'ont provoqué les bons impayés, qui constituent une injustice inqualifiable que le gouvernement s'est longtemps obstiné à nier, avant de refuser d'y remédier . Plus grave, aucune mesure sérieuse n'est prise pour pallier le blocage structurel qui est le corollaire d'une absence totale de vision, et de politique agricole claire.

L'effondrement de la filière arachidière a des conséquences sur l'ensemble de l'économie du pays, dont les signes de récession sont constaté par tous les observateurs et les investisseurs potentiels qui se gardent de s'engager face à l'ampleur du désastre inhérent à l'Etat informel, patrimonial et familial qui s'est installé depuis l'alternance confisquée au service d'un clan.

Les délestages de plus en plus fréquents et longs hypothèquent l'avenir immédiat de notre tissu industriel, asphyxie l'activité économique et empêche tout progrès en direction de la compétitivité des entreprises. En outre, l'éclairage publique défaillant aggrave l'insécurité dans les villes.

Cette insécurité n'épargne pas les campagnes et les régions périphériques .

Les bailleurs de fonds comme le FMI n'ont pas hésité à suspendre leur coopération avec le Sénégal, suite à la mauvaise gouvernance caractérisée qui sous tend le cheminement erratique du gouvernement de Me Wade, embourbé dans d'innombrables nébuleuses non élucidées.

Les masques sont tombés et bien tombés !

Devant l'ampleur du désastre et les graves dangers que courent notre pays, le Bureau politique de l'AFP engage tous les responsables et tous les segments du parti à assurer le suivi des recommandations du forum organisé à l'occasion du troisième anniversaire, notamment celle qui consiste à poursuivre la construction d'une alternative forte et crédible prête à prendre en charge les attentes des Sénégalais. A cet égard, le Bureau politique encourage l'élargissement du CPC à toutes les forces de Progrès qui entendent mettre fin à un régime adepte de la mise en scène, la manipulation, le populisme et l'autoritarisme archaïque.

Dans le même ordre d'idée, le Bureau politique de l'AFP encourage la poursuite de l'exécution du programme de Vacances du Progrès et la structuration en direction du premier Congrès ordinaire qui constituera un précieux outil pour faire face aux responsabilités historiques qui incombent à notre parti.

 

Dakar, le 12 septembre 2002

Le Bureau Politique de l'AFP