UNE LETTRE DU SECRETAIRE GENERAL 

AUX CITOYENS 

 

 
Chers compatriotes,

Le 19 mars 2000, les sénégalais, dans un mouvement rarement égalé en Afrique, ont procédé pacifiquement à un changement de régime, ouvrant ainsi un large spectre de promesses et d'espérances à notre pays.

Naissaient alors dans nos consciences la nécessité d'une rupture avec un mode de gestion des affaires de l'Etat, l'espoir d'une restauration et d'une renaissance de la Nation, ainsi que la possibilité d'une ré appropriation de notre dignité.

L'Alternance, sans aucun doute, a été perçue comme une opportunité pour répondre efficacement aux graves questions qui taraudent le quotidien de chacun d'entre nous : la sécurité publique, le chômage, la santé, l'éducation et le développement réel devant permettre à chaque sénégalais de donner le meilleur de lui-même à la Cité. En somme, il s'agissait et il s'agit toujours de changer la qualité de notre Vie, à défaut de " changer la Vie ".

Au bout d'un an, la plupart de ces questions majeures restent d'une brûlante actualité. Il n'est pas exagéré de dire qu'elles sont reléguées dans les marges d'un discours officiel marqué de plus en plus par la dithyrambe, le flatterie et un culte de la personnalité anachronique.

Personne d'entre vous, j'en suis convaincu, n'avait souhaité revivre, sous des formes nouvelles et parfois caricaturales, les tares de l'Ancien Régime.

La possibilité vous est cependant offerte de recentrer les actions de l'Etat autour d'objectifs précis : la sécurité, la stabilité et le développement solidaire.

C'est l'enjeu des élections du 29 Avril 2001.

Assurer à chaque segment de notre population la sécurité et la dignité qu'il est en droit d'attendre de l'Etat demeure plus que jamais mon credo. Cet objectif nécessite la mise en œuvre de politiques novatrices en matière de santé, d'éducation et d'emploi, dans un Sénégal sécurisé entretenant des relations normalisées avec ses voisins.

Naturellement, l'une des conditions de possibilité de ce nouvel élan est la mise en place d'un gouvernement d'hommes et de femmes ayant une claire conscience de ces priorités.

Je vous invite à relever, avec l'Alliance des Forces de Progrès, ce nouveau défi qui reste à la mesure du génie de notre peuple.

Moustapha Niasse
Secrétaire général de l’AFP