UN PARTENARIAT CONTRACTUEL POUR UNE VERITABLE DEMOCRATIE ECONOMIQUE

Une lettre du secrétaire général au secteur privé

 
Les membres des organisations patronales, syndicats professionnels et opérateurs économiques ressortissant du Secteur privé national sont invités à voter le 29 Avril 2001 pour la liste de l'AFP afin de favoriser la mise en perspective des bases d'une véritable démocratie économique à l'instar de la dimension politique.

La représentation et la participation des opérateurs économiques dans un cadre relationnel, contractuel et démocratique entre tous les acteurs de l'économie notamment pour les domaines d'intérêt collectif était pourtant institutionnalisées en vue de la recherche d'un consensus basé sur le respect, la reconnaissance de la responsabilité mutuelle et le dialogue libre entre toutes les parties prenantes.

Le régime actuel concentre dans l 'espace présidentiel, tous les leviers de décision économiques et certains projets d'envergure nationale.

Un tel dévoiement des attributs et de la vocation de l'Etat dans ce domaine sensible de l'économie, ne peut prospérer que dans la marginalisation délibérément organisée du Secteur Privé national par les tenants du pouvoir actuel..

Qu'en est-il au delà des textes constitutionnels, législatifs et réglementaires en matière économique ?

Sur l'ensemble de ces dispositions, le secteur privé a eu à s'exprimer pour déplorer les privilèges exorbitants accordés à l'administration dans des domaines qui limitent jusqu'à l'annulation, les droits et libertés économiques et sociaux proclamés par la constitution.

Il s'y ajoute que l'Etat reste toujours très près des indicateurs de son " tableau de bord " avec entre autres pour conséquences, des contraintes majeures sur les entreprises (au niveau de la qualité et des coûts de facteurs de base, de la fiscalité, etc) et surtout par rapport à l'exercice sans entrave des principes politiques, économiques et sociaux : Liberté, démocratie et participation.

Il s'agit donc de tirer toutes les conséquences de la détérioration constante de la position des acteurs principaux de l'économie nationale

Il s'agit surtout de constater que le Secteur Privé national ne dispose plus d'aucune considération par rapport à sa représentation effective des droits économiques, ni d'aucun cadre institutionnel, formel et structuré, pour assumer pleinement son rôle et apporter sa contribution aux objectifs de croissance et de développement de l'économie nationale.

C'est en réponse à cette situation multiforme et injuste que l'AFP propose à tous les groupements professionnels, aux organisations patronales et à tous les opérateurs économiques sénégalais, un partenariat contractuel basé : 

- sur le rétablissement des cadres de concertation tels qu'ils doivent être structurés depuis la base des filières économiques jusqu'au niveau des politiques sectorielles et globales 

- sur l'avènement d'institutions délibératives et décisionnelles à vocation de représentation des droits économiques et sociaux à l'instar des droits politiques 

- sur la promotion d'une économie nationale de concertation, de consensus et de solidarité entre tous les acteurs publics et privés sans exclusive, ni prééminence de quelque niveau institutionnel ou de catégorie d'intérêt 

- et sur la définition et la reconnaissance, pleine et entière, d'un statut à l'entreprise dont le concept dynamique est à l'économie ce que la Famille est à la société.

Les Politiques économiques qui seront ainsi conçues et mises en œuvre dans un tel partenariat contractuel, porteront pour l'essentiel et dans le respect de nos engagements internationaux, le sceau de la convergence nationale de tous les acteurs du développement économique et sociale de notre pays.

Elles seront portées à la fois : 

- par la vision de rupture de l'AFP avec une économie marquée par son extraversion et sa concentration hypertrophique dans les zones du littoral maritime comme la région de Dakar, 

- par la volonté politique de l'AFP de délocalisation d'industries, de services et d'administrations avec en objectif, la promotion de nouveaux pôles de développement et la recolonisation par les sénégalais, des immenses terres abandonnées par des populations devenues des réfugiés économiques dans les villes 

- et par la détermination de l'AFP à apporter des réponses objectives et consensuelles à l'insécurité générale et à l'indignité humaine incidente à l'accroissement exponentiel du fléau de la pauvreté.

L'AFP inscrit toutes ses actions dans la ligne de la Stratégie de développement du Secteur Privé telle que les organisations patronales l'ont conçue et déclinée dans un document qui porte leur vision partagée entre toutes leurs composantes, d'un nouveau Sénégal de fraternité et de solidarité assumées, de culte du travail, de vertu de la transparence et de croissance élargie à tous les secteurs économiques.

L'AFP a déjà visité dans son programme, toutes les dimensions contenues dans l'environnement général des entreprises et propose plusieurs alternatives opérationnelles portées par une volonté de recherche d'un consensus le plus largement partagé par tous les acteurs concernés.

L'AFP se veut ainsi le modèle dynamique d'un système-cadre de convergence vers un Sénégal enfin réconcilié avec lui-même, d'un Sénégal de paix et de progrès.

C'est pourquoi, l'AFP appelle à voter pour sa liste et s'engage à assumer les espoirs placés en elle à travers l'expression majoritaire du suffrage des électeurs sénégalais.

Moustapha Niasse
Secrétaire général de l’AFP