Lettre aux militants

 

Mes chers camarades,

Mes chers camarades,

Dans quelques mois, au Sénégal, les électeurs-citoyens seront invités à élire leurs députés à la prochaine Assemblée nationale, pour la période 2006-2011.

En Avril 2001, à peine 18 mois après sa création, notre parti, l'AFP, avait obtenu un score fort honorable aux élections législatives, avec 11 députés qui animent, aujourd'hui, avec les parlementaires du PIT Sénégal et du RND, le Groupe de l'Espoir, à l'Assemblée nationale.

Une année plus tard, en avril 2002, les élections rurales, communales et régionales ont été organisées. L'AFP, sur les listes élaborées par les partis membres du Cadre Permanent de Concertation de l'Opposition (CPC), a obtenu des centaines de postes de Conseillers ruraux, municipaux et régionaux. Plusieurs de ces structures décentralisées sont, à présent, présidées par des élus de notre parti. Ceux-ci, de ce fait, prennent une part active et directe au développement progressif des zones de base, dans les campagnes et dans les villes, par l'élaboration, la promotion et la consolidation d'actes et de décisions venant améliorer le style de vie des populations, accroître leur bien-être et leur confirmer que le succès est toujours au bout de l'effort.

Ainsi, aujourd'hui, rien ne se décide sans leur participation, comme dirigeants ou comme membres des instances qui tracent la voie à suivre ou les actions à entreprendre comme le forage de puits, l'édification de cases ou de postes de santé, la réfection ou l'aménagement de routes ou de pistes de production, à l'intérieur des communautés rurales ou, encore, dans les quartiers des villes.

Le vote des budgets des communautés rurales, des conseils municipaux, des conseils régionaux, ne se fait plus sans la participation de nos élus. De même, les gouverneurs, préfets et sous-préfets sont tenus de prendre en compte les principes républicains et les règles qui déterminent le fonctionnement des structures décentralisées, afin que les populations se prennent en charge, avec le soutien de l'Etat, pleinement, en tout ce qui concerne leur droit au développement, au respect de leur dignité et à la conduite de leur vie quotidienne. Ce qui est la finalité de toute politique de développement, défendre l'intérêt de tous, réaliser le bonheur des populations.

Si notre parti, à travers ses représentants, a pu accéder à de telles responsabilités, c'est grâce à Dieu et aux efforts que nous avons, tous ensemble, accomplis dans le cadre de notre combat au service du peuple, au service de notre foi religieuse et au nom de l'intangible réalité selon laquelle l'être humain doit façonner et protéger son cadre de vie, par la création des outils qu'il doit utiliser, tout au long de son existence, comme le recommandent les Ecritures saintes des trois religions révélées par le Créateur.

Une analyse sereine et approfondie de cette réalité nous conduit, tout droit, à considérer que nous devons poursuivre notre marche sur le chemin ainsi tracé, et qui est celui du bonheur et de la prospérité. Ce bonheur et cette prospérité, nous devons les construire pour le peuple sénégalais, sous l'inspiration des choix de l'AFP pour un comportement fondé sur la disponibilité au service de l'intérêt général, pour la défense des causes nobles, la lutte contre la pauvreté, l'injustice, et pour une générosité constante en direction des couches les plus défavorisées de notre pays, par l'éducation et la formation, l'instruction civique et par le travail pour le plus grand nombre de citoyens.

Voilà les raisons qui conduisent l'AFP à poursuivre, sur le terrain, la réflexion et l'action, pour que, dans notre pays, arrivent les changements pour lesquels le peuple avait massivement voté, le 19 mars 2000. Ces changements, nous les attendons encore parce que ceux que nous avons élus, avec le soutien de Dieu, à la tête du pays, n'ont pas tenu leurs promesses. Ils ont oublié les engagements qu'ils avaient pris, se contentant, depuis cinq années, d'aller de promesses en promesses, de voyages en voyages, sans jeter le moindre regard en direction des populations, aujourd'hui plus déshéritées qu'avant l'an 2000.

Voilà pourquoi j'engage tous les militants de notre parti, dans les 11 régions du Sénégal :

  • à définir et lister les tâches à accomplir, à la base et aux différents niveaux pour suivre, sur le terrain et en temps réel, les phases du processus électoral ;
  • à réfléchir sur les stratégies locales de renforcement du parti, sur son implication dans les actions et décisions du CPC ;
    à se mobiliser, à s'organiser avec méthode et rigueur pour gagner du terrain, pour faire face à l'adversaire , à recruter de nouveaux militants - chaque militant se fixant comme objectif de convaincre dix nouveaux adhérents et de les amener à l'AFP ;
  • à acquérir la carte de membre du parti pour 2005, qui sera bientôt mise à disposition, au niveau des sections, par les commissaires politiques désignés à cet effet, en relation avec les responsables du parti ;
  • à rechercher et à obtenir les nouvelles cartes d'identité numérisées qui ont été annoncées par les autorités de l'Etat et à rechercher les pièces d'état civil qui sont requises à cet effet ;
  • à surveiller, de très près, l'arrivée et le travail des commissions itinérantes qui sillonneront le pays pour identifier et inscrire les électeurs et à s'inscrire massivement sur les listes électorales ;
  • à établir, dans chaque commune et dans chaque communauté rurale, une véritable cartographie électorale de notre parti.

Le Bureau politique du parti prendra les mesures nécessaires pour faire installer, partout où besoin sera, les comités électoraux du parti. Ces comités seront animés par les militants et les militantes de l'AFP eux-mêmes.

Si Dieu rend possible, comme nous l'avons tous souhaité, que l'opposition démocratique aille groupée aux prochaines élections, ces comités électoraux seront constitués et installés, dans le même esprit et regrouperont, dans une synergie d'intelligences et d'expériences cumulées, les représentants des partis politiques en coalition. Si nous gagnons les élections de 2006, le Sénégal sera doté d'une direction nouvelle, sortie des rangs du peuple au service duquel elle mettra tout son engagement, son expérience et tout son patriotisme.

Dans un mois, si Dieu le veut, cette première lettre aux militants qui est un appel à la mobilisation et à l'animation du parti en direction des prochaines échéances électorales, sera suivie d'une seconde lettre, sur un autre sujet. Il en sera ainsi, chaque mois, jusqu'à l'échéance des élections législatives, en 2006, et, par la suite, jusqu'à l'échéance des élections présidentielles, en 2007, si Dieu le veut.

Il me reste, au nom du Bureau politique de l'AFP, à vous adresser des vœux de bonne santé, pour chaque militante et chaque militant de notre parti, pour nos familles, pour nos amis et pour tous ceux qui, dans ce pays, considèrent que toute vie sur terre est limitée dans le temps, l'essentiel étant qu'elle soit utile aux autres et à soi-même, dans la solidarité et dans la générosité.

C'est dans cette voie que l'AFP, fidèle à ses idéaux, a inscrit son action, ses espoirs, le tout reposant dans la foi en Dieu et dans le sens de l'effort qui doit animer tout être humain.

Que Dieu aide toujours ceux qui se dévouent, chaque jour, au service de leurs semblables ! Amine.

 

Moustapha Niasse